Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de patybio

Enfin un dentifrice au chocolat !

17 Décembre 2013, 12:47pm

Publié par patybio

 
Enfin un dentifrice au chocolat !
 
 
 
dentifrice.jpg
 
 
 
Une récente étude présentée au congrès annuel 2013 de l'Association des Dentistes Américains (ADA : American Dental Association) a indiqué qu'un nouveau dentifrice, contenant un extrait naturel de cacao, la théobromine, était plus efficace contre les caries que le dentifrice au fluor.

Et les résultats sont en effet spectaculaires : il s'agissait de déterminer le dentifrice qui réparait et reminéralisait le mieux la dentine, la matière principale dont sont faites nos dents, sous l'émail. Lorsque votre dentine est directement exposée à l'air ou aux aliments, vous sentez cette douleur aiguë si caractéristique. Les personnes qui, comme moi, ont connu l'époque où les dentistes n’anesthésiaient pas avant de soigner les caries, se souviennent bien du moment où la fraise attaquait la dentine, et où il fallait se cramponner à son siège quelques secondes…

Les résultats de l'étude ont montré que les personnes se brossant les dents deux fois par jour avec le dentifrice à l'extrait de cacao ont connu, au bout d'une semaine, 100 % d'occlusion dentaire, ce qui veut dire que la dentine s'est reminéralisée ou s'est réparée. (1)

Des études antérieures publiées cette année (2013) avaient déjà montré que la théobromine marche mieux que le fluor pour réparer l'émail abîmé (2), ainsi que pour faire durcir l'émail et le rendre plus résistant aux acides qui l'attaquent et provoquent les caries. (3)

Le premier dentifrice à l'extrait de cacao, appelé Theodent, est déjà en vente aux Etats-Unis. 
 
Jean-Marc Dupuis
5670090313_4dc829de8d.jpg

Voir les commentaires

Causa Limena au poulet

16 Décembre 2013, 16:58pm

Publié par patybio

 
 
 
Une bonne idée originale pour les fêtes :
"Causa Limena au poulet"
(source site de nutrition)

Ce plat traditionnel péruvien est un délicieux mélange de purée crémeuse, d’avocat Hass et de poulet à la mayonnaise.
CAUSA.jpg

Ingrédients
•1 kg de pommes de terre (Maris Peer ou Charlotte)...
•350g de poitrine de poulet désossée et sans peau
•2 cuil. à soupe de mayonnaise
•Un filet d’huile d’olive
•1-2 cuil. à café de pate de piment aji amarillo (ou piment rouge doux liquéfié)
•1 citron vert
•Une pincée de sel et de poivre noir
•2 avocats Hass, coupés en deux, dénoyautés et pelés

Pour décorer
•1 avocat Hass mûr, coupé en deux, dénoyauté, pelé et coupé en tranche
•Des feuilles de salades ou des herbes fraîches

Méthode
1.Faîtes cuire les pommes de terre jusqu’à ce qu’elles soient tendre, puis égouttez et laissez refroidir un moment. Ensuite, pelez-les, écrasez-les et laissez-les complètement refroidir.
2.Pendant ce temps, pochez les poitrines de poulet dans de l’eau bouillante salez et poivrez et laissez cuire pendant 20 minutes. Egouttez et laissez refroidir. Puis coupez finement le poulet et mélangez-le à la mayonnaise.
3.Dans la purée de pommes de terre, ajoutez l’huile d’olive, la pâte de piment et le jus d’ ½ citron vert et assaisonnez. Ecrasez les avocats et ajoutez-y le jus de citron vert restant, salez et poivrez légèrement.
4.Pour assembler chaque Causa, aidez-vous d’un anneau de cuisiner, d’un moule rond ou d’un emporte-pièce (idéalement de 7cm de hauteur). Commencez par étaler une couche d’environ 1cm de purée de pommes de terre et lissez uniformément en utilisant le dos d’une cuillère.
5.Continuez avec une couche similaire d’avocat, puis une couche du mélange poulet-mayonnaise. Répétez l’action avec une couche d’avocat et terminez par une couche de purée de pommes de terre.
6.Utilisez le reste des préparations afin de faire 6 Causas au total. Réfrigérez pendant 10 minutes, puis retirez les Causas des moules. Avant de servir, décorez vos Causas avec des tranches d’avocat et des feuilles de salade.



L'astuce du chef: Si vous préférez, vous pouvez superposer les mélanges dans des verres à bords droits, et servez vos Causas sans les démouler.
Bon appétit !

Voir les commentaires

Snatam Kaur une pause relaxante.

16 Décembre 2013, 16:44pm

Publié par patybio

 
 
Un moment de partage musical dans la paix et sérénité
 
"Par Snatam Kaur"
 
 
 
 
 
 
 
 Très douce soirée à tous Paty
 
"Confiance en soi et sérénité, tels sont les suprêmes conseils de la sagesse".
Auteur : Alphonse de Châteaubriant .
 
 
 
 
 
 
26356_481459388581363_1340256720_n.jpg

Voir les commentaires

COMMENT GERTRUDE INSTRUIT SES ENFANTS"

16 Décembre 2013, 16:31pm

Publié par patybio

 
 
COMMENT GERTRUDE INSTRUIT SES ENFANTS"
 
Texte de Pestalozzi
 
6383768651_5d68bb38dc.jpg
 
 
 
 
 
 
"L'enfant sur le sein de sa mère" notait-il, en 1782 déjà, "est plus dépendant et plus faible qu'aucune créature de la terre mais c'est là qu'il ressent les premières impressions morales de l'amour et de la reconnaissance. La moralité de l'homme n'est que le résultat du développement des premiers sentiments d'amour et de reconnaissance éprouvée par le nourrisson". "Je me demande comment j'en viens à avoir pour les hommes de l'amour, de la confiance, de la reconnaissance et de l'obéissance; comment viennent dans ma nature les sentiments sur lesquels reposent essentiellement l'amour, la gratitude et la confiance envers les hommes, et les actes par lesquels se forme l'obéissance humaine. Et je trouve qu'ils ont, avant tout, pour point de départ: les relations qui existent entre le petit enfant et sa mère{...). L'enfant est soigné, il est réjoui. Le germe de l'amour est épanoui en lui. Les germes de l'amour, de la confiance, de la gratitude ne tardent pas à se développer. L'enfant connaît le pas de sa mère, il sourit à son ombre, si quelqu'un lui ressemble, il l'aime: une créature qui ressemble à sa mère est une créature bonne. Il sourit à la forme de sa mère, il sourit à la forme humaine; quelqu'un que sa mère aime, il l'aime aussi: quelqu'un que sa mère étreint, il l'embrasse aussi {...). Le germe de l'humanité, le germe de l'amour fraternel s'est épanoui en lui. "(...)berth-Mere-bb.jpg
Le développement du genre humain a son point de départ dans un désir violent de satisfaire les besoins des sens. Le sein maternel apaise le premier orage de désir sensuel et en gendre l'amour. C'est maintenant sa mère qui se montre inflexible à ses désire désordonnés; l'enfant se démène et pousse des crie; elle continue d'être inflexible: il cesse de crier, il s'habitue à soumettre sa volonté à celle de sa mère; les premiers germes de la patience, les premiers germes de l'obéissance sont éclos. "Obéissance et amour, reconnaissance et confiance réunis épanouissent le premier germe de la conscience, la première lueur du sentiment qu'il n'est pas bien de se démener contre une mère aimante, la première lueur du sentiment que sa mère n'est pas au monde rien que pour lui; la première lueur du sentiment que tout dans ce monde n'est pas pour lui; et avec ce sentiment germe encore ce second sentiment que lui aussi n'est pas dans ce monde rien que pour lui; la première lueur du devoir et du droit est près d'éclore. "
  • 0
 
 

Voir les commentaires

Le kiwi : l’exotisme à portée de main

14 Décembre 2013, 13:25pm

Publié par patybio

Le kiwi : l’exotisme à portée de main

 

  4266458521_3b7acc887b.jpg

 

 

 

 

L’hiver arrivant à grands pas, les fruits se font plus rares et il devient plus difficile de varier les saveurs. C’est sans compter sur le kiwi qui vient nous régaler de son goût exotique, non pas de l’autre bout du monde mais directement de votre jardin ! Êtes-vous prêt pour le voyage ?

Soutien du système nerveux

 

Potassium et magnésium

Particulièrement riche en minéraux (700 mg pour 100 g), manger un kiwi par jour contribue à compléter l’apport nutritionnel nécessaire. Fortement doté en potassium (300 mg), celui-ci renforce les bienfaits sur le système cardiovasculaire et notamment la régulation de la tension artérielle. Sa richesse en magnésium en fait un soutien précieux en cette période de transition entre automne et hiver : il permet ainsi de retrouver tonus et bien-être en luttant contre les effets néfastes du stress tels que l’hyperémotivité, la fatigue nerveuse matinale ou les maux de tête. Son action sédative est tout à fait indiquée en cas d’insomnie. C’est également une bonne source de phosphore (37 mg), de calcium (27 mg), mais aussi de nombreux oligo-éléments au premier rang desquels figurent le fer (0,4 mg), le cuivre (0,14 mg), le zinc (0,12 mg) et le manganèse (0,1 mg).

 

À satiété

N’oublions pas non plus sa teneur élevée en fibres : 2,5 g pour 100 g. Celles-ci sont d’ailleurs bien équilibrées car on retrouve environ deux tiers de fibres insolubles, comme la cellulose et l’hémicellulose (qui stimulent le péristaltisme intestinal et favorisent l’élimination) et un tiers de fibres solubles, comme la pectine (qui améliorent la progression des déchets dans le tube digestif). Cette répartition permet de lutter en douceur contre la constipation avec une bonne tolérance. De plus, les fibres contribuent à la prévention des maladies cardiovasculaires, au contrôle du diabète de type 2 et favorisent la satiété.

Un kiwi lors d’une collation permet d’éviter de grignoter et calme la sensation de faim. Il faut d’autant moins hésiter qu’il possède une résistance naturelle aux parasites et aux maladies : sa peau velue le protège et comme il s’agit d’une liane et non d’un arbre, il est en général à l’abri des champignons. Sa culture ne nécessite donc pas de traitement avant ou après récolte quand la production est de qualité. C’est le plus souvent le cas en France (5e producteur mondial) et particulièrement dans le Sud-Ouest, grande région productrice : le kiwi de l’Adour possède la double certification Label rouge et IGP (indication géographique protégée) ; il représente environ 25 % de la production nationale. Il est donc possible de goûter aux saveurs exotiques du kiwi sans avoir recours aux importations de Nouvelle-Zélande, également grand producteur de kiwi mais bien loin de chez nous…

Toutes ces qualités font du kiwi un compagnon de table très appréciable. Sa douceur et sa finesse de goût ravissent les palais les plus délicats tout en apportant des bienfaits indéniables à notre santé. N’hésitez pas à mettre à vos menus cet exoti­que au goût rafraîchissant !

 

 

 

 Bon week-end à tous

1796804045_4f2b1725ef.jpg

 

Voir les commentaires

POURQUOI METTRE LA DINDE AU MENU ?

13 Décembre 2013, 12:54pm

Publié par patybio

 
 
POURQUOI METTRE LA DINDE AU MENU ?
 
 
 
dinde.jpg
 
 
 
 
  • Elle se compare avantageusement au poulet, tant pour la saveur que pour la polyvalence des apprêts culinaires.
  • À certains moments de l’année, c’est la volaille la plus économique que l’on puisse acheter.
  • Avec encore moins de matières grasses que le poulet, elle a sa place dans un régime alimentaire équilibré.
  • Grâce à sa teneur exceptionnelle en protéines et en vitamines, c’est un aliment très nutritif.
 
La dinde présente une faible teneur en matières grasses et en acides gras saturés et pourrait ainsi être intégrée à une diète préventive des maladies cardiovasculaires. Sa teneur élevée en sélénium pourrait aussi aider à protéger des maladies cardiovasculaires. De plus, la consommation de dinde s’avère particulièrement intéressante pour les individus souffrant d’allergies alimentaires, car la protéine de dinde est rarement allergène.

 

 

Principes actifs et propriétés

Maladies cardiovasculaires. La dinde est considérée comme une viande ayant une faible teneur en matières grasses et en acides gras saturés, ces composés étant associés à l’apparition des maladies cardiovasculaires1,2,3. En particulier, les acides gras saturés sont liés à des perturbations physiologiques qui pourraient provoquer des maladies cardiovasculaires, comme une diminution du flot sanguin4 ou une augmentation de différents marqueurs d’inflammation5. La consommation de dinde favoriserait une amélioration du profil lipidique. Dans une étude d’intervention, des individus hypercholestérolémiques suivant une diète faible en lipides incluant quotidiennement 170 g (environ 6 oz) de viande blanche, telle la dinde, voyaient leur cholestérol LDL (« mauvais » cholestérol) diminuer et leur cholestérol HDL (« bon » cholestérol) augmenter6.
La dinde a un profil d’acides gras intéressant pour la santé. Elle figure parmi les viandes qui contiennent le moins d’acide myristique, un acide gras saturé particulièrement néfaste pour la santé du coeur, ce qui lui attribue un faible pouvoir athérogène. La dinde, particulièrement sa partie brune, contient des acides gras monoinsaturés reconnus pour diminuer l’agrégation plaquettaire (un facteur de risque de la maladie cardiovasculaire). Lors d’une étude d’intervention effectuée chez l’humain, les résultats obtenus ont démontré que la consommation quotidienne de 175 g à 330 g (soit environ 6 oz à 11 oz) de viande blanche ne causait pas l’agrégation plaquettaire8.
La chair de dinde contient aussi beaucoup de sélénium, ce qui présente un avantage nutritionnel intéressant puisque ce minéral protège contre le stress oxydatif, ce dernier contribuant au développement des maladies cardiovasculaires9.
Cancer. Contrairement à d’autres types de viandes, la consommation de viande blanche comme la dinde serait reliée à une diminution des cancers colorectaux10, effet qui pourrait être expliqué par sa faible teneur en matières grasses et en acides gras saturés. De plus, la consommation de viande blanche ne causerait pas la formation de nitrosamines, composés cancérigènes qui se forment dans l’intestin11. D’autres données épidémiologiques ont permis de démontrer que la consommation de viande blanche avait un effet protecteur contre le cancer du poumon12. Mentionnons que ce résultat a été obtenu en évaluant l’alimentation d’un nombre restreint de sujets et que le questionnaire alimentaire utilisé afin d’établir des liens entre certains aliments et le risque de cancer était géré par les sujets eux-mêmes. Il faut préciser également que les résultats rapportés ci-dessus ont été obtenus en associant la consommation de viande blanche (et non de la dinde en tant que tel) au risque de certains cancers.
 
 
 
 
 
 
Nutriments les plus importants
 
Excellente source Phosphore. La dinde est une excellente source de phosphore . Le phosphore constitue le deuxième minéral le plus abondant de l’organisme après le calcium. Ce minéral joue un rôle essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os et des dents. De plus, il participe entre autres à la croissance et à la régénérescence des tissus, aide à maintenir à la normale le pH du sang et est l’un des constituants des membranes cellulaires.
Excellente source Fer. La viande brune de la dinde est une excellente source de fer pour l’homme, mais seulement une source pour la femme. La viande blanche de la dinde est quant à elle une bonne source de fer pour l’homme tandis qu’elle ne représente qu’une source de fer pour la femme, puisque leurs besoins respectifs en ce minéral sont différents. Chaque cellule du corps contient du fer. Ce minéral est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang. Il joue aussi un rôle dans la fabrication de nouvelles cellules, d’hormones et de neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Il est à noter que le fer présent dans les viandes (fer hémique) est mieux absorbé dans l’organisme que le fer contenu dans les aliments d’origine végétale.
Excellente source Zinc. La viande brune de la dinde est une excellente source de zinc. La viande blanche est quant à elle une excellente source de zinc pour la femme et une bonne source pour l’homme, leurs besoins respectifs étant différents. Le zinc participe notamment aux réactions immunitaires, à la fabrication du matériel génétique, à la perception du goût, à la cicatrisation des plaies et au développement du foetus. Il interagit également avec les hormones sexuelles et thyroïdiennes. Dans le pancréas, il participe à la synthèse (fabrication), à la mise en réserve et à la libération de l’insuline.
Excellente source Sélénium. La dinde est une excellente source de sélénium. Ce minéral travaille avec l’une des principales enzymes antioxydantes, prévenant ainsi la formation de radicaux libres dans l’organisme. Il contribue aussi à convertir les hormones thyroïdiennes en leur forme active.
Excellente source Vitamine B3. La viande blanche de la dinde est une excellente source de vitamine B3, tandis que la viande brune est une bonne source. Appelée aussi niacine, cette vitamine participe à de nombreuses réactions métaboliques et contribue particulièrement à la production d'énergie à partir des glucides, des lipides, des protéines et de l'alcool que nous ingérons. Elle prend part aussi au processus de formation de l’ADN, permettant une croissance et un développement normaux.
Excellente source Acide pantothénique. La viande brune de la dinde est une excellente source d’acide pantothénique, tandis que la viande blanche est seulement une source. Aussi appelée vitamine B5, l’acide pantothénique fait partie d’une coenzyme clé nous permettant d’utiliser de façon adéquate l’énergie présente dans les aliments que nous consommons. Il participe aussi à plusieurs étapes de la fabrication des hormones stéroïdiennes, des neurotransmetteurs et de l’hémoglobine.
Excellente source Vitamine B6. La dinde est une excellente source de vitamine B6. Cette vitamine, aussi appelée pyridoxine, fait partie de coenzymes qui participent au métabolisme des protéines et des acides gras ainsi qu’à la synthèse (fabrication) des neurotransmetteurs (messagers dans l’influx nerveux). Elle contribue également à la fabrication des globules rouges et leur permet de transporter davantage d’oxygène. La pyridoxine est aussi nécessaire à la transformation du glycogène en glucose et elle collabore au bon fonctionnement du système immunitaire. Cette vitamine prend enfin part à la formation de certaines composantes des cellules nerveuses et à la modulation de récepteurs hormonaux.
Bonne source Cuivre. La viande brune de la dinde est une bonne source de cuivre, tandis que la viande blanche est une source. En tant que constituant de plusieurs enzymes, le cuivre est nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène (protéine servant à la structure et à la réparation des tissus) dans l’organisme. Plusieurs enzymes contenant du cuivre contribuent également à la défense du corps contre les radicaux libres.
Bonne source Vitamine B2. La viande brune de la dinde est une bonne source de vitamine B2, aussi connue sous le nom de riboflavine. La viande blanche est quant à elle une source. Tout comme la vitamine B1, la vitamine B2 joue un rôle dans le métabolisme de l’énergie de toutes les cellules. De plus, elle contribue à la croissance et à la réparation des tissus, à la production d’hormones et à la formation des globules rouges.
Bonne source Vitamine B12. La dinde est une bonne source de vitamine B12. Cette vitamine travaille de concert avec l’acide folique (vitamine B9) pour la fabrication des globules rouges dans le sang. Elle participe aussi à l’entretien des cellules nerveuses et des cellules fabriquant le tissu osseux.
 
 
 
La dinde de grain est-elle meilleure ?
L’alimentation de la dinde peut affecter le profil en acides gras de la viande. Certains producteurs utilisent des mélanges de grains contenant entre autres du lin, ce qui augmente la quantité d’acide alpha-linolénique (un acide gras oméga-3 d’origine végétale) dans le gras de la volaille15,16. Ce type d’alimentation confère des avantages nutritionnels intéressants à la chair de dinde, puisque qu’on attribue aux oméga-3 plusieurs bénéfices pour la santé.
 
 (Source Passeport Santé )
7756235219_le-repas-de-noel-et-la-traditionnelle-dinde-aux-.jpg 
 

Voir les commentaires

L' estomac dans tous ses états !

10 Décembre 2013, 14:27pm

Publié par patybio

 
 
L’estomac dans tous ses états
 
 
Soutenir la fonction digestive
Pour les HE : 1 ml = 20 à 25 gouttes
HECT : huile essentielle chémotypée
QSP : quantité suffisante pour
  • Indications : pathologies de l’estomac, remontées acides, douleurs épigastriques, hernies hiatales, digestions difficiles, troubles du transit, intestins irritables. 
Voie cutanée
Appliquer 10 à 15 gouttes sur l’estomac en massage léger, trois à six fois par jour selon les besoins.
 
Voie sublinguale
Dans la bouche sur  une pastille spéciale HE , 4 à 5 gouttes trois fois par jour, au début de chaque repas. Traiter par cure de 15 jours à 3 semaines, puis arrêter au moins une semaine.
 
 
Indications : pathologies de l’estomac, remontées acides, douleurs épigastriques, hernies hiatales, digestions difficiles, troubles du transit, intestins irritables. 
 
Contre-indications
Grossesse, allaitement, enfants de moins de 6 ans, sujets épileptiques et antécédents de cancers hormono-dépendants (présence d’anis).
  •  
 
À savoir
L’anis vert, alcool ou essence ?
 
L’anis vert est originaire du Moyen-Orient. Les graines de cette ombellifère, qui sont proposées telles quelles en fin de repas en Inde pour favoriser la digestion, fournit une HE des plus digestives et apéritives. Très concentrée en anéthol, elle a des propriétés pharmacologiques puissantes ce qui la rend contre-indiquée chez la femme enceinte ou allaitante, chez l’enfant ou en cas d’antécédent de cancers hormono-dépendants.
Elle est en effet analgésique central, spasmolytique, apéritive, régulatrice du système hormonal féminin. L’HE d’anis (vert ou étoilé) rentre
par ailleurs dans la composition de certains alcools (pastis, anisette, absinthe…) et pendant des années elle dépendait de la régie des alcools. Aujourd’hui, l’HE d’anis vert a été libéralisée
anis-normal-grand1293897849.jpg 
 
Un pansement argilo-aromatique
Les douleurs épigastriques de l’hyperacidité et de l’ulcère sont parfois intenses et difficiles à calmer. Il peut être utile d’associer plusieurs gestes pour une action plus rapide. Combinée aux huiles essentielles, l’argile constitue un pansement gastrique apaisant et reminéralisant qui calme les zones échauffées et neutralise l’acidité.
 
À FAIRE :
Réaliser une eau d’argile en mélangeant, à l’aide d’un ustensile en bois, l’équivalent d’une cuillère à soupe d’argile verte dans un grand verre d’eau. Laisser sédimenter une nuit. Boire seulement ce qui surnage avec une paille. Vous pouvez y ajouter 4 gouttes de la synergie aromatique suivante : HE de myrrhe amère 2 ml (anti-inflammatoire majeure et cicatrisante de la muqueuse), HE de laurier noble (anti-nécrosante et antibiotique) 1 ml, HE de pistachier lentisque 1 ml (revascularisation de la muqueuse), HE de menthe poivrée 0,5 ml (anti-inflammatoire), HE de giroflier (antalgique) 0,5 ml.
Grâce aux particules d’argile, les HE vont tapisser les parois de l’œsophage jusqu’à l’estomac. À boire de préférence à jeun, tous les matins, en cure de 15 jours à 3 semaines, en association ou non à notre formule. Veiller à ne pas consommer de graisse simultanément, les lipides prendraient en masse avec l’argile et constitueraient une glu indésirable.
argile.jpg 
 
 
Faire décamper Helicobacter pylori
Ce petit bacille vient élire résidence dans l’estomac, bien souvent dès l’enfance. Il ne s’exprimera que dans certains déséquilibres. Helicobacter pylori est la seule bactérie connue aujourd’hui capable de survivre dans un environnement aussi acide que l’estomac. Pourtant, quand l’acidité augmente trop, l’helicobacter planté dans la muqueuse stomacale se réveille et provoque des ulcères gastroduodénaux, qui s’accompagnent de douleurs épigastriques pouvant être très violentes. Il est vivement conseillé d’éradiquer cette bactérie, non seulement pour soulager ces désagréments quotidiens, mais aussi parce que cette infection peut amener à terme un processus de cancérisation.
 
 
En aromathérapie, on pourra se tourner vers des HE anti-infectieuses comme l’origan compact ou le laurier noble, mais aussi le pistachier lentisque.
laurier.jpg 
Laurier Noble
 
Il toujours préférable de demander l' avis à son thérapeute ou pharmacien avant tout traitement même naturel aux huiles essentielles et autres...
 
pistachier.jpg
 Pistachier Lentisque
 

En effet, cette espèce produit de la résine par incision sur le tronc, dont la plus célèbre est celle de l’archipel grec Chio qui donne le « mastic en larmes ».

Dans la tradition, le lentisque était largement utilisé dans différentes maladies comme les gastralgies, ulcères, les douleurs dentaires, les diarrhées.

 

et aussi Aérophagie, aérocolie, ulcère gastrique, colite spasmodique, diabète

L' huile essentielle
obtenue après distillation des petits rameaux avec fruits à la vapeur d’eau est très efficace dans les pathologies de la circulation veineuse et lymphatique.(Paty)

 

     
 
 

Voir les commentaires

Faites-le vous-même : Pommade antiseptique

8 Décembre 2013, 16:02pm

Publié par patybio

 

 

 

Faites-le vous-même : Pommade antiseptique

Par la rédaction de :"Soignez-vous"

 

 

 

 

 

Cette pommade est un véritable régénérant cutané grâce à l’action du beurre de karité qui possède également des vertus anti-inflammatoires. Les huiles essentielles qu’elle contient sont à la fois antiseptiques et cicatrisantes. On peut l’utiliser en cas de brûlure ou pour éviter l’infection des plaies.

 
Il est toujours préférable de demander l 'avis à son pharmacien ou herboriste en cas de soucis de cicatrisation d une plaie infectée, bûlures et toutes autres pathologies et allergies aux huiles essentielles...Cette pommade reste un appui pour aider à des petites cicatrisations sans maladies ou autres ... (Paty)
LE-BEU-1.JPG
 
Ingrédients :
 
  • 100 g de beurre de karité
  • 1 ml d’HE de lavande fine
  • 1 ml d’HE de thym à  géraniol
  • 1 ml d’HE de bois de gaïac
  • 1 ml  d’HE d’Eucalyptus globulus.

Préparation : 
 
  1. Faire fondre au bain-marie le beurre de karité.
  2. Hors du feu, ajouter les huiles essentielles et remuer jusqu’à refroidissement. 
  3. Mettre le mélange dans un pot hermétique. 

 

 

Voir les commentaires

Tout le potentiel de la plante concentré dans ses bourgeons

7 Décembre 2013, 20:14pm

Publié par patybio

 
 
 
La gemmothérapie -
Tout le potentiel de la plante concentré dans ses bourgeons
 
5482267183_4ca1fe8dfd.jpg
 
La gemmothérapie est l’utilisation, à des fins thérapeutiques, des tissus embryonnaires de végétaux en croissance tels que les jeunes pousses printanières, les bourgeons frais, les radicelles, préparés par macération dans un mélange eau-alcool-glycérine. Les bourgeons des végétaux renferment à l’état latent toutes les vertus de la plante dont ils sont issus. L’idée principale de la gemmothérapie est que les tissus embryonnaires sont totipotents, c'est-à-dire potentiellement aptes à former les tissus les plus divers. Ils contiennent plus d’acides nucléiques (information génétique) que les autres tissus et renferment également des minéraux, des oligo-éléments et des facteurs de croissance tels que les auxines et les gibbérellines, que l’on peut considérer comme de véritables hormones végétales.
En résumé, les bourgeons concentrent toutes les informations nécessaires au développement de la plante.
Pressentie et développée par le Dr Pol Henry dans les années 1970, la phyto-embryothérapie, qui est devenue par la suite la gemmothérapie sous l’impulsion du Dr Max Tetau, est une thérapeutique naturelle qui vient merveilleusement compléter l’action de la phytothérapie classique et de l’homéopathie. Selon le Dr Henry, les préparations à base de bourgeons stimulent la régénération et le drainage cellulaires, mobilisent les énergies biologiques potentielles en libérant l’information bloquée dans la matrice extracellulaire et le tissu conjonctif.
Bien que l’efficacité de cette thérapeutique n’ait pas été scientifiquement validée pour l’instant, l’expérience clinique et de très nombreuses observations montrent que les macérats glycérinés de bourgeons agissent très favorablement sur les processus naturels de régulation homéostasique de l’organisme. Il est probable que nous utilisons parfois de la gemmothérapie sans le savoir lorsque nous mangeons des jeunes pousses de bambou ou des germes de soja.
 
 
QUELQUES EXEMPLES DE BOURGEONS
Le macérat glycériné de tilleul (Tilia tomentosa) possède à la fois les propriétés sédatives liées aux fleurs et les propriétés dépuratives et diurétiques de l’aubier de tilleul. C’est un remède remarquable pour les états anxieux et les troubles légers du sommeil, en particulier chez les jeunes enfants.
 
Le bourgeon d’aubépine (Crataegus oxyacantha) possède à la fois les propriétés des sommités fleuries, qui régularisent le rythme cardiaque, et celles du fruit, qui tonifie le muscle cardiaque. Il faut penser systématiquement au bourgeon d’aubépine lorsqu’il existe des troubles cardiovasculaires d’origine émotionnelle.
 
 
Le bourgeon de cassis (Ribes nigrum) possède une action stimulante sur les glandes corticosurrénales. C’est un remède incontournable des états de fatigue chronique et des états inflammatoires. L’expérience nous a montré son rôle utile dans la lutte contre les allergies saisonnières.
 
 
Le bourgeon de figuier (Ficus carica) est un excellent régulateur du système nerveux, apte à chasser les ressassements stériles qui peuvent retentir sur les muqueuses de l’appareil digestif. Par son action modératrice au niveau du psychisme, c’est un atout indispensable pour mieux maîtriser les effets du stress chronique.
 
 
CONSEILS POUR BIEN UTILISER LE POTENTIEL DES BOURGEONS
Il existe deux formes d’utilisation pour les produits de gemmothérapie :
 
le macérat glycériné concentré (appelé aussi macérat-mère), et le macérat glycériné dilué au 1/10ème (Bg 1D). L’expérience acquise par la pratique quotidienne permet d’indiquer qu’il est préférable d’utiliser le macérat-mère pour les affections aiguës (la posologie est alors de 5 à 10 gouttes deux fois par jour), alors que le macérat 1D est plutôt indiqué pour les affections chroniques et de nature psycho-émotionnelle (la posologie est alors de 50 gouttes deux fois par jour).
Contrairement à la plupart des préparations réalisées en herboristerie et en phytothérapie, il paraît préférable d’utiliser les macérats glycérinés de bourgeons « en unitaire » plutôt que de réaliser des complexes de plusieurs bourgeons.
 
 
 
Gilles Corjon
Dr en pharmacie
Gérant de l’herboristerie Corjon à Grenoble
Enseignant en phytothérapie et aromathérapie à l’Ecole Lyonnaise de Plantes Médicinales3423650293_6cc4658b24.jpg
 

Voir les commentaires

La betterave : pour voir la vie en rose

5 Décembre 2013, 16:04pm

Publié par patybio

 

 

    IMGP3490  

 

La betterave : pour voir la vie en rose  

 

"soignez-vous " 

 

  Le meilleur antidépresseur est celui que l’organisme fabrique lui-même. De récentes études indiquent qu’un extrait de betterave concentré, la bétaïne peut relancer la production naturelle par l’organisme des hormones du bien-être, de la stimulation et de la décontraction. En plus d’aider le corps à reprendre le dessus durant des phases dépressives, la bétaïne va aider le foie à accomplir sa fonction détoxifiante.

 

C’est la recherche scientifique appliquée à la physiologie des enfants autistes qui s’est penchée, il y a une dizaine d’années, sur les vertus de la bétaïne. Des scientifiques du groupe de recherche Down autism now, ont publié des études montrant que la bétaïne, un acide aminé naturellement présent dans certains légumes dont la betterave, était un anti-dépresseur de premier ordre. Bien meilleur que les anti-dépresseurs tricycliques utilisés dans la prise en charge médicamenteuse de l’hyperactivité et du déficit d’attention des enfants autistes car, tout comme pour les consommateurs réguliers, les effets secondaires sont catastrophiques et en limitent l’utilisation. La bétaïne remplace maintenant de plus en plus les anti-dépresseurs classiques dans les traitements cliniques des dépressions et des troubles du comportement.

En effet, la bétaïne est un précurseur naturel de SAMe. L’organisme ne peut pas se passer de cette substance qu’il sécrète lui-même et qui disparaît avec l’âge ou faiblit en cas de maladies lourdes (cancer, maladies cardio-vasculaires) ou de dépression. Le SAMe est directement lié à la production de certaines hormones, et notamment de noradrénaline, qui est un stimulant naturel de dopamine, responsable du sentiment de bien-être et enfin de sérotonine qui est un calmant naturel permettant d’améliorer les fonctions émotives et de prendre de la distance avec les événements. La stabilisation de l’humeur, chez les dépressifs, espace d’une part les phases d’effrondement et d’autre part, neutralise les à-coups d’humeur (passages des rires aux larmes).
La bétaïne stimule donc la production naturelle du SAMe pour que l’organisme se remette en marche de lui-même et remonte le niveau des hormones du bien-être et de la décontraction. La solution de stimulation naturelle est efficace dans plus de 70 % des cas de dépressions.

Soulage le foie

La production naturelle de SAMe par l’organisme va également permettre de relancer la production de glutathion qui joue un rôle central dans le processus de détoxification hépatique. Un rapport récent commandé par le ministère de la Santé américaine a analysé plus de 40 études concernant les maladies du foie. Ce rapport conclut que le SAMe a un effet hépathoprotecteur confirmé et qu’il est recommandé en complémentation pour les sujets alcooliques. La bétaïne favorise la méthylation, un processus normal qui fabrique de nouvelles cellules, crée des antioxydants et décompose les produits chimiques nocifs.

Des artères en forme

C’est toujours dans le cadre de la recherche sur l’autisme que les chercheurs se sont rendus compte que la bétaïne faisait chuter le taux d’homocystéine. Cet autre acide aminé est anormalement élevé chez 80 % des enfants autistes. L’apport de bétaïne permet d’améliorer la capacité des enfants à se concentrer ainsi qu’à fixer leur attention visuelle.
Durant les études, les chercheurs se sont également rendus compte qu’un fort taux d'homocystéine dans le sang a un lien direct avec les maladies cardio-vasculaires athérosclérotiques qui bloquent les artères du cœur, du cerveau et les membres inférieurs et avec la thrombose veineuse. L'homocystéine endommage la paroi intérieure des artères, ce qui pourrait affecter la coagulation du sang et favoriser l’apparition de caillots.

En cure de trois mois 

     Attention : Il est recomandé de toujours demander conseil à votre naturopathe ou pharmacien avant de commencer votre cure ! 

 

 

 

 

 Bonne soirée à tous !

8828255744_e6ced31384.jpg

Voir les commentaires

1 2 > >>