Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de patybio

Le Bonheur est-il inné ?

25 Avril 2014, 13:08pm

Publié par patybio

P1070593.JPG

       

           Découvrir un tel panorama un jour de pluie brumeux...

Peut nous offrir un espace, un moment de pur bonheur ! 

Bon vendredi à tous Paty

 

 

 

 

 

Une émission "France Inter "que je partage avec vous, riche en écoute sur ce thème intemporel : Le Bonheur est-il inné ?

 

 

 

Arthur Dreyfus explore notre temps en vous proposant un débat d’idées autour de la question : le bonheur est-il inné ?

 

Avec

Rémy Pawin

Historien, auteur de d’Histoire du bonheur en France (Laffont, 2013)

 

Vincent Cespedes 

Philosophe, auteur de L'Ambition, ou l'épopée de soi (Éditions Flammarion, 2013)et de Magique étude du Bonheur, (Larousse, Collection Philosophie, 2010)

 

Jean-Pierre Ternaux

Coordonnateur de l’Observatoire du Bonheur, Neurobiologiste et Directeur Honoraire de Recherche au CNRS    

 

 

 

Voir les commentaires

L’équilibre acide-base selon Hildegarde de Bingen

24 Avril 2014, 12:43pm

Publié par patybio

Fotolia_52777321_M_w692_h397_r4_q90.jpg

 

 

L’équilibre acide-base selon Hildegarde

Par : "Isabelle Petiot"

 

 

En pleine redécouverte, les écrits médiévaux d’Hildegarde de Bingen proposent une thérapeutique reconnue contre nos maladies de civilisation modernes – cancers, artériosclérose, dépression, cholestérol… L’équilibre
acido-basique est au cœur de la médecine « totale » et visionnaire de cette sainte vénérée en Occident.

 

Plus la médecine se penche sur les œuvres d’Hildegarde de Bingen, plus leur aspect visionnaire se confirme. Apôtre des « merveilles du Seigneur », cette abbesse allemande du XIIe siècle avait vu juste sur de nombreux points de l’alimentation humaine et défendu, en ce temps lointain déjà, la nécessité de préserver l’environnement dans lequel nous vivons. Ses « aliments de la joie » ne sont ainsi rien d’autre que ceux que la naturopathie moderne recommande pour basifier nos organismes, acidifiés à l’excès par l’alimentation industrielle, les polluants et le str
 

 

 
Dans sa vision globale de la santé humaine, liée comme dans toute médecine holistique au psychisme et à la vie spirituelle, Hildegarde décrit l’acidité comme corrélée aux émotions négatives que sont la tristesse et la colère.
« Lorsque l’âme de l’homme a senti quelque chose de nocif pour elle ou pour son corps, le cœur, le foie et les vaisseaux sanguins se contractent. Il s’élève comme un nuage qui assombrit le cœur, de sorte que l’homme devient triste », la tristesse « produit une chaude fumée dans toutes les humeurs autour de la bile et de l’acidité biliaire se produit silencieusement la colère », décrit-elle dans « Les causes et les remèdes » (éd. Jérôme Millon, 2007). Inversement, toute surcharge de nourriture encrasse l’organisme et produit de la tristesse. Pour la sainte, la joie est dans la sobriété et la pureté de l’âme dans la pureté des aliments ! Excès de « bile noire » et « humeurs douces » évoquent sous sa plume deux états de santé qui s’opposent, l’un fait de carence et de surcharges, de déséquilibres, l’autre d’un équilibre que procurent ses fameux aliments de la joie, mais aussi certaines pierres précieuses et une vie spirituelle profonde.
 

Le corps et l’esprit

Temple de l’esprit saint dans la tradition chrétienne, le corps est l’un des piliers de la « santé totale » chère à Hildegarde de Bingen, avec l’esprit, l’âme, et l’environnement. Naturopathe et croyant, Daniel Maurin est l’auteur des«Secrets de santé et bien-être de sainte Hildegarde de Bingen» publiés l’an dernier par les éditions Jouvence. Une belle porte d’entrée dans l’univers de cette sainte, proclamée docteur de l’Église en septembre 2012.

 

Délaissée pendant près de huit siècles, la science d’Hildegarde de Bingen, très proche de la médecine chinoise, a été réétudiée et vulgarisée à partir des années 1950 par deux Allemands, le docteur Hertzka et le docteur Strehlow, auteur de nombreux ouvrages spécialisés.

« L’acidité est la grande préoccupation de sainte Hildegarde car elle génère le terrain inflammatoire propice à toutes les maladies graves ; les aliments de la joie qu’elle préconise de consommer le plus régulièrement possible – fenouil, petit épeautre *, châtaigne, coing, amandes et les épices que sont la cannelle, la noix de muscade et le clou de girofle – sont tous des aliments qui basifient l’organisme, ils sont par ailleurs riches en vitamine B12 et en magnésium », confirme Hélène du Pontavice, naturopathe formée au CENATHO, spécialisée dans l’alimentation de sainte Hildegarde.

« Très basifiant, le fenouil est un des aliments les plus recommandés par Hildegarde de Bingen, qui le conseille aussi sous forme de tisane à boire tout au long de la journée. C’est le premier remède à adopter contre les douleurs articulaires et les maladies en -ite, arthrite, tendinite, colite…, qui procèdent toutes d’une acidité trop importante », souligne Hélène du Pontavice. Auteur de nombreuses recettes de cuisine, Hildegarde utilise également, notamment contre l’arthrite et les rhumatismes, le vinaigre de cidre, un régulateur alcalino-acide dont les propriétés sont démontrées aujourd’hui. Tout ce qui est basifiant n’est pas pour autant bon à prendre selon la sainte. Ainsi de la pomme de terre, « une solanacée qu’elle range parmi les aliments excitants ». La pomme de terre… une inconnue en Europe à l’époque ! « Hildegarde a été directement inspirée du Seigneur, comme elle s’en explique dans ses écrits », relève Hélène du Pontavice. « Dans sa thérapie alimentaire chaque aliment est plus ou moins conseillé, selon l’état de santé de la personne, ainsi elle recommande les céréales aux bien portants, mais pas aux malades », précise la naturopathe qui souligne un autre aspect pris en compte de manière étonnante dans les écrits de l’abbesse : « Hildegarde parle des produits de conservation que l’on mettra dans des aliments cueillis verts afin de leur permettre de voyager. » Mangue, avocat, banane… ne figurent pas dans les aliments de la joie bien que peu ou pas acides.
« Hildegarde conseille de se nourrir près de chez soi, à moins de 50 kilomètres ! » Locavore avant l’heure… 

 

La sobriété contre l’acidité

La méthode de jeûne d’Hildegarde consiste plus en une diète revitalisante et désencrassante qu’en une privation intégrale de nourriture. Elle se pratique pendant une durée de quelques jours à trois semaines. Au cœur de ce régime, une soupe à boire le midi, à base de grand épeautre non hybridé (sous forme de flocons ou de grains) auquel on ajoute des légumes qui peuvent varier : carottes, courges, betteraves, navets, fenouil…

Cette « soupe du jeûneur » est à assaisonner de trois condiments : serpolet, anthémis et galanga, une plante utilisée en médecine chinoise, entre autres contre les troubles digestifs. Le soir et le matin, on boit des tisanes et des jus de fruits et légumes.

 

* Ndlr : certains naturopathes familiers d’Hildegarde conseillent de remplacer l’épeautre, céréale phare de son régime, par du petit épeautre, une céréale ancienne non hybridée. Une polémique existe à ce sujet car le petit épeautre, qui malgré son nom n’a rien à voir avec le grand épeautre (proche du blé), est absent des écrits d’Hildegarde de Bingen.

 

Article du :  Mensuel gratuit "Bio Info"

site internet : www.bio-info.com

 

Super site pour découvrir la vie de cette phytothérapeute des temps modernes :

http://www.medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/de_bingen.htm 

 

 

À lire 

« L’art de guérir par l’alimentation selon Hildegarde de Bingen »,
du Dr Wighard Strehlow, éd. F.-X. de Guibert, 2007, 30,50 €. 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

L’asperge à l’amoroso ...Emission culinaire !

22 Avril 2014, 16:04pm

Publié par patybio

IMGP2059

 

 

 

 

 

 

 

L’asperge à l’amoroso            

 

Cette semaine, nous sommes à table avec l’écrivain et traducteur Jean-Paul Manganaro qui écrit le mot « culinaire » en trois mots.

Comme ça : Cul in air, c’est le titre de son dernier livre publié aux éditions POL.

 

Jean-Paul Manganaro © Pietro motisi / P.O.L.

 

 

 

Voir les commentaires

Si Pâques m'était conté...

18 Avril 2014, 13:59pm

Publié par patybio

paques-caro.jpg

 

Très belles fêtes de Pâques à tous "Paty"

 

 

Si Pâques m 'était conté...

 

 

La Pâque juive à lieu le 14 Nissan au soir, ce qui correspond au mois lunaire entre mars et avril. En effet, le calendrier juif est un calendrier lunaire : les mois suivent à peu près les lunaisons, et comptent 29 ou 30 jours. Mais les Juifs veulent aussi suivre le Soleil, et une année de 12 mois lunaires est trop courte de 10 à 12 jours. Pour y remédier, certaines années juives comptent 13 mois lunaires.

D’après les témoignages, la passion du Christ tombe aux mêmes dates que la Pâque juive. Les communautés chrétiennes des 1ers siècles fêtaient Pâques à des dates différentes. Les églises d’Orient, restées proches de la tradition juive, choisirent plutôt de fêter la Cène, la veille de la passion et de la mort du Christ, qui avait eu lieu le jour même de la Pâque juive. L’Église d’Occident souhaita pour sa part que Pâques tombe un dimanche, jour de la résurrection du Christ. Après bien des controverses, le concile de Nicée fixa en 325 la date de Pâques, soit le dimanche suivant la pleine lune de l’équinoxe du printemps. Cette définition compliquée s’explique par le fait que les dates des calendriers juifs et chrétiens ne correspondent pas, l’un étant lunaire et l’autre solaire. A l’époque du concile de Nicée, les chrétiens utilisaient le calendrier julien. Il a pour origine une réforme des calendriers imposée par César. La particularité de cette réforme fut d’aligner la mesure des jours sur le soleil et d’instituer les années bissextiles. Mais ce calendrier se basait sur des calculs imprécis, si bien que la fête de Pâques aurait fini par tomber en été. Pour y remédier, le pape Grégoire XIII imposa, en 1582,  son propre calendrier, et retrancha 10 jours à l’an 1582 pour corriger les erreurs du calendrier julien. C’est ainsi que fut établi le calendrier ecclésiastique, mi solaire, avec des fêtes fixes comme Noël, mi lunaire, avec des fêtes mobiles dépendant de la date de Pâques. Le calendrier grégorien est celui que nous utilisons encore actuellement.

Aujourd’hui, les églises orthodoxes, qui ont conservé le calendrier julien, ne célèbrent pas Pâques aux mêmes dates que les autres églises chrétiennes.


 
 
 

Origine

 

Pâque juive
 
 

Le terme Pâque vient de « Pessah », l’agneau, mais qui pris le sens de passage. En effet, cette fête commémore pour les Juifs la sortie d’Egypte où le peuple était tenu en esclavage. Plus particulièrement, elle se réfère à la 10ème des plaies envoyées par Jehova sur l’Egypte : l’extermination de tous les nouveaux nés. Afin que les bébés juifs soient épargnés, chaque famille juive, suivant les consignes divines, sacrifia un agneau et enduisit les montants des portes de son sang. Le passage se réfère donc à celui de la colère de Dieu qui épargne le peuple élu. Cette nuit-là, les Juifs mangèrent la chair de l’agneau sacrifié ainsi que des pains sans levain, car, étant donné l’imminence de leur fuite, ils n’auraient pas eu le temps de laisser le pain gonfler. Ce rite est encore celui qui prévaut actuellement lors des fêtes pascales. Le temps fort de la fête juive est le Seder, le 1er soir de la fête. La famille se réunit autour du repas traditionnel au cours duquel est servi l’agneau, assaisonné d’herbes amères et accompagné de pain azyme. Au cours de la soirée, on lit la Haggadah, l’histoire de la sortie d’Egypte.  

Il faut noter l’existence de rites antérieurs à la sortie d’Egypte, où les bergers nomades sacrifiaient un agneau à la 1ère lune du printemps, dont le sang devait protéger les troupeaux.

 

 

 

Pâques chrétiennes

Les fêtes chrétiennes de Pâques commémorent la passion et la résurrection du Christ. Selon les écritures, il fut arrêté le soir de la Pâque juive, après l’avoir célébrée avec ses disciples (Sainte Cène). Cet événement aurait eu lieu 1350 ans après la fuite d’Egypte. A cette époque, Israël était occupée par les Romains. Jésus fut ainsi doublement condamné : d’une part, il fut dénoncé par les autorités religieuses juives comme blasphémateur, puisqu’il se disait le fils de Dieu, et d’autre part, il fut condamné comme agitateur par la juridiction romaine. Dans la période troublée de la Jérusalem de l’époque, l’exécution de Jésus ne fut ressentie que comme une des manifestations de la politique répressive romaine.Sa crucifixion, le vendredi Saint, correspond d’ailleurs à la mise à mort habituelle des non Romains. Il fut enterré le jour du Sabbat (samedi) et le tombeau fut trouvé vide le dimanche.

Au 1ers temps du christianisme, les fidèles continuaient à suivre les coutumes juives, tout en donnant aux fêtes une signification nouvelle. Ainsi, l’immolation de l’agneau devenait le symbole du sacrifice de Jésus et de son sang versé non plus pour le peuple élu, mais pour l’ensemble des hommes. A partir du IVe siècle, les différentes communautés chrétienne instaurèrent des rites propres. C’était aussi le jour de Pâques que l’on effectuait les baptêmes.

 

 

 

Mythes antérieurs au christianisme

Dans de nombreuses sociétés, l’équinoxe du printemps est associée au renouveau et à la vie. Il existe également des mythes retraçant la résurrection de jeunes et beaux dieux. Ainsi, dans la mythologie syrienne, Adonis, né d’un arbre à myrrhe, était si beau que la déesse Aphrodite s’en épris. Tué dans un accident de chasse, il fut réssucité par les larmes de la déesse. Un mythe très semblable nous vient de Phrygie (en Asie Mineure) et concerne Athys, né d’une amande et considéré comme un dieu de la végétation. Tué lui aussi par un sanglier, il aurait été ressuscité par Cybèle, mère des dieux, qui l’aimait. Les fêtes de Cybèle et d’Athys furent adoptées par les Romains et incorporées à leurs fêtes de printemps. On mimait l’enterrement d’Athys, on le pleurait et, en hommage au chagrin de Cybèle, on jeûnait. Le 25 mars, le dieu se relevait et les fidèles se laissaient aller à la joie. Le lendemain étaient pratiqués les baptêmes des disciples de Cybèle avec du sang de taureau. Ce culte se serait répandu en Gaule et en Germanie sous l’occupation romaine. Il est vraisemblable que l’Eglise chrétienne ait également choisi la date de Pâques afin de couvrir ces autres célébrations.


 
 
 

Les symboles

 

La croix

La croix fut très tôt adoptée comme symbole par les chrétiens. Ceci peut paraître un peu paradoxal, puisque la christianisme se base sur la résurrection du Christ et que la croix est un symbole de mort.

Au IVe siècle, on crut découvrir la véritable croix du christ à Jérusalem et, au VIIe siècle, se répandit la coutume d’adorer la croix dans toutes les églises.

 

 

 

Les Œufs de Pâques

On ne trouve aucune mention aux œufs dans les textes liturgiques. Cette coutume a donc des origines païennes. L’œuf est un symbole de vie et de naissance. Dans de nombreuses mythologies, la terre et le ciel sont originaires d’un œuf. Ainsi, selon un mythe chinois, le monde serait né d’un œuf de tortue. Dans la mythologie finlandaise, c’est un œuf d’or qui, en se brisant, donna naissance au ciel, à la terre et aux astres. Des mythes semblables nous viennent de Phénicie ou d’Hawaï. Des contes hindous associent l’œuf et le soleil. Enfin, de nombreux contes retracent comment l’âme peut être enfermée dans un œuf.

Mais l’œuf peut aussi être un symbole de mort et de renaissance. Ainsi, de nombreux peuples déposaient des œufs dans les sépultures.

L’introduction des œufs dans les coutumes pascales daterait du XIIe siècle et les 1ers textes y faisant allusion en Europe datent du XVe siècle. On peut penser que cette coutume vient des symbole et des vertus associées aux œufs.

Une autre hypothèse, plus pragmatique, lie cette tradition au Carême  pendant 40 jours, il est en effet interdit par l’Eglise de consommer des œufs. Dès lors, on conservait les œufs jusqu’à Pâques, où on les offrait aux enfants. On se mit aussi à les teindre. La coutume de décorer les œufs est elle aussi très ancienne. Ainsi, en Ukraine, on développa l’art de décorer les œufs au printemps dès la préhistoire. De même, les égyptiens et les perses avaient pour habitude de teindre des oeufs aux couleurs du printemps et de les offrir à leurs proches pour symboliser le renouveau de la vie. Les Croisés ramenèrent en France cette coutume qu’ils avaient découverte chez les coptes.

Entre la croix et l’œuf existent plusieurs oppositions symboliques. Tout d’abord, la croix renvoie à la mort et l’œuf à la vie. Ensuite, les deux symboles évoquent des conceptions de la  temporalité  différentes : l’œuf évoque le temps cyclique et l’éternel recommencement. A l’opposé, la croix est le signe d’un événement unique, la crucifixion du Sauveur, qui a changé le cours de l’histoire. On est ici dans un temps linéaire.

 

 

Le lapin de Pâque

Il semble qu’à l’origine, le lapin de Pâques était un lièvre. Ainsi, chez les Saxons, on honorait au printemps la déesse Eastre, qui a d’ailleurs donné son nom à Easter (Pâques en anglais). Le lièvre était l’animal emblématique de la déesse et est resté associé aux fêtes de Pâques. De manière similaire, dans les traditions celtiques et scandinaves, le lièvre était le symbole de la déesse mère.

Le mythe du lapin apportant des œufs aux enfants se baserait sur une légende allemande : une pauvre femme, ne pouvant offrir des douceurs à ses enfants, aurait décoré et caché des œufs dans le jardin avant d’y envoyer ses enfants. Ceux-ci, apercevant un lapin, pensèrent que c’était lui qui avait pondu les œufs…

 

 

Les cloches

En signe de deuil, l'Église romaine interdit que les cloches sonnent pendant les 3 jours précédant la résurrection du Christ. Là est l'origine de la légende selon laquelle les cloches vont à Rome. D'après certaines versions, les cloches se font bénir par le pape et, pour d'autres, elles partent à la recherche des oeufs pour les enfants.

Merci au site:  http://tecfa.unige.ch/tecfa/teaching/UVLibre/0001/bin59/spaques.htm

Voir les commentaires

citation

7 Avril 2014, 13:30pm

Publié par patybio

 

 

 

 

Bon début de semaine à tous Paty

 


P1080669-copie-1.JPG

 

                                                     Photo Paty : "Lever du soleil "

 

 

 

 

La joie est le soleil des âmes ; elle illumine celui qui la possède et réchauffe tous ceux qui en reçoivent les rayons -

Carl Reysz

 

 

 


Voir les commentaires

Les meilleurs aliments anti-allergie (aux pollens)

4 Avril 2014, 15:29pm

Publié par patybio

 

 

 

Les meilleurs aliments anti-allergie (aux pollens)

Les meilleurs aliments anti-allergie (aux pollens)
Article  sur le site "de Conso Globe"

Quand le pollen se diffuse dans l’atmosphère, vous êtes nombreux à vous soulager avec des médicaments (des antihistaminiques) : pourtant il existe certains aliments qui peuvent tout à fait contribuer à vous soulager, des aliments anti-allergie aux pollens, en quelque sorte.

Les aliments contre l’allergie

allergie_pollen

 

Le retour des pollens, synonyme de printemps, de lumière et de fleurs écloses dans les jardins, n’est pourtant pas vécu comme une période positive par les allergiques. Au contraire ! C’est l’un des moments les plus difficiles de l’année pour tous ceux qui sont sensibles – et il y en a de plus en plus ! – aux pollens.

allergies alimentationSi les médicaments antihistaminiques sont efficaces et n’ont pratiquement plus les effets secondaires d’endormissement qu’ils avaient avant, l’alimentation peut aussi participer à faire reculer, voire faire diminuer l’allergie. Les aliments riches en antioxydants, et ceux fermentés sont particulièrement recommandés.

A vos assiettes avant de passer aux mouchoirs !

L’ail pour ses vertus antioxydantes

Ce champion des antioxydants cumule les vertus santé : hypo-cholestérolémiant, antibactérien, antiseptique, stimulant circulatoire et hypotenseur, il aurait aussi des propriétés anti-allergies aux pollens.

allergies alimentation

Un peu d’oignon, un peu d’ail… et on ne fait pas reculer que les vampires

Des chercheurs ont établi des liens entre des apports élevés de certains antioxydants, dont certains contenus d’ans l’ail, avec une diminution de l’incidence de l’allergie aux pollens.

→ N’hésitez pas à rajouter de l’ail tous les jours dans vos plats, cru ou cuit.

  •  

L’oignon pour lutter contre l’histamine

Chez cet autre alliacé, c’est la quercétine, autre antioxydant, qui va jouer sur l’allergie au pollen. Son effet anti-inflammatoire va soulager l’inflammation des muqueuses nasales. Elle va allergies alimentation oignon

aussi pouvoir retarder la libération de l’histamine, la molécule responsable de la réaction allergique.

Autre avantage de la quercétine : elle favorise l’absorption de la vitamine C, autre antioxydant qui stimule le système immunitaire.

Autres sources de quercétine :  la pomme avec sa peau ( soit une pomme bio !),  les baies rouges, le raisin rouge et le thé noir.

→ La encore, l’oignon doit faire partie de tous les plats de la journée, cru ou cuit.

Les produits fermentés pour défendre l’immunité

kombucha-boisson-champignon allergie alimentation

 

 

 

Yaourt, lait kéfir, kombucha, choucroute… tous les produits fermentés, riche en bactéries probiotiques qui vont aller alimenter le microbiote, sont bons pour… beaucoup de choses, dont le renforcement de l’immunité. Parfait pour participer à la lutte contre les allergies.

allergies alimentationUn étude italienne a montré qu’un groupe de personnes sujettes au rhume des foins ayant pris 500 mL de yaourts par jour pendant 4 mois, ont non seulement des taux d’histamine plus bas que ceux qui ont pris seulement du lait écrémé à la même fréquence, mais ont aussi des symptômes allergiques moins prononcés.

D’autres études ont montré que les enfants dont les mamans avaient consommé beaucoup de produits fermentés pendant la grossesse, étaient moins sujets aux allergies en grandissant.

→ Faites comme dans l’étude italienne : mangez au moins 1/2 litre de yaourt ou d’aliments fermentés tous les jours, avant et pendant la période critique. Les ferments lactiques tels que le Lactobacillus, le Bifidobacterium et le Bacillus clausii sont les plus recommandés.

 Les médicaments et aliments à éviter pour les allergiques au pollen

  • l’aspirine
  • les anti-inflammatoires
  • les laxatifs
  • l’alcool
  • les épices

Ils augmentent la perméabilité de la muqueuse intestinale, rendue plus fragile, faisant baisser l’immunité.

> Suite : Les aliments riches en vitamine E pour diminuer l’allergie aux pollens

 

Les aliments riches en vitamine E pour diminuer l’allergie aux pollens

Les aliments riches en vitamine E font baisser de 30% l’incidence de l’allergie aux pollens chez les personnes allergiques qui en consomment beaucoup. C’est ce qu’a constaté une étude allemande. La consommation d’aliments riches en vitamine E doit s’élever jusqu’à 10 et 13 mg par jour.

 


allergies alimentation avocat

Les aliments riches en vitamine E :

  • les légumes à feuilles vertes
  • les grains entiers
  • les fruits à coque
  • les avocats.

→ Pour arriver à 10 mg de vitamine E par jour, il faut :

30 g d’amandes =  7 mg de vitamine E + une tasse (250 ml) d’épinards cuits =  2 mg + 2 cuillères à soupe (30 ml) de germe de blé, 2,5 mg.

Le conseil de la diététicienne

allergies alimentationL’alimentation a aussi sa place pour lutter contre les allergies, en particulier celle liée aux pollens. Sans être miraculeuse, cette alimentation riche en produits antioxydants et en produits fermentés qui fait la part belle aux légumes frais, aux oléagineux, aux graines et aux produits laitiers fermentés, est celle qui participe aussi à une bonne santé générale et à celle du microbiote. Une pierre, trois coups, en quelque sorte !

Sortez vos mouchoirs avant d’éplucher l’oignon, vous n’aurez plus à l’utiliser après malgré les pollens !

Voir les commentaires

conseils pour la circulation !

3 Avril 2014, 14:58pm

Publié par patybio

jambes.jpg

 

 

 

 

La circulation


De très bons conseils au printemps  naturels pour arriver cet été avec des jambes légères.
Invités : Nicola Frassanito, Danielle Roux

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

"Le grand guide de l 'être" de Lise Bourbeau et Micheline ST- Jacques

3 Avril 2014, 13:47pm

Publié par patybio

P1080633.JPG

 

Merci infiniment à mon amie Anne pour ce magnifique cadeau qui m 'a permis de découvrir ce Grand Livre de l 'intérieur et de trouver des réponses Paty.

 

 

 

Biographie de l'auteur

Lise Bourbeau : auteur de 15 livres dont le best-seller " Ecoute ton corps ton plus grand ami sur la terre ". Son enseignement pratique et la philosophie simple qu'elle transmet ont aidé plus d'un million de personnes à effectuer des changements concrets dans leur quotidien. Elle est fondatrice de la plus grande école de développement personnel au Québec dont la philosophie de vie est maintenant diffusée dans 22pays et 9 langues. Micheline St-Jacques est diplômée de l'école de Vie Ecoute Ton Corps depuis 1993. Elle a une grande passion : toujours chercher a s'améliorer et aider les gens à mieux se connaître. Son engagement, sa persévérance et son désir de partager les outils suggérés dans cet ouvrage l'ont amenée a écrire conjointement ce livre. qui lui ont permis de repousser sans cesse ses limites au plan de I'être

 

Résumé

Le grand guide de l 'être se veut un livre de référence qui se rapporte à la connaissance de soi et à l'ouverture au monde spirituel. II présente plus de 500 sujets répertoriés en ordre alphabétique pour une consultation rapide qui ont tous Un point en commun : leur définition relève du domaine de l 'être. Il suggère des outils concrets qui permettent de bien gérer nos états d'être, nous conduisant sur la voie de la paix intérieure et du bonheur de vivre en harmonie avec soi et les autres. Ce livre qui a demandé plus de trois ans à concevoir par Lise Bourbeau et Micheline StJacques est non seulement un dictionnaire auquel il est possible de se référer, mais également un livre conventionnel, puisque des liens ont été créés entre les sujets. Il regorge d'exemples auxquels il est facile de s 'identifier. Il offre une vue d'ensemble quant aux questionnements ou aux situations parfois difficiles, et propose des options, ce qui vous permet de faire des choix conscients et de découvrir votre puissance intérieure, de façon à ce que vous deveniez de plus en plus libre et autonome. Si vous avez un intérêt marqué pour l'amélioration de votre vie, vous serez prêt à vous investir dans la grande aventure de la découverte de l'être spécial qui germe en vous ! C'est le plus beau cadeau que vous puissiez vous offrir et il vous permettra d'ouvrir la force de votre cœur et d'y découvrir votre LUMIÈRE INTÉRIEURE. LE GRAND GUIDE DE L'ETRE s'avère la référence par excellence en matière de croissance et de développement personnel. Il représente aussi un outil inestimable pour tous ceux qui travaillent en relation d'aide. Très différent de par sa structure, ce livre sur la conscience de l'être se révèle tout à fait unique.

 

   

 


Voir les commentaires

La numérologie humaniste

2 Avril 2014, 07:29am

Publié par patybio

P1080649.JPG

 

 

Très beau mercredi à tous "Paty"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La numérologie humaniste

 

Invitée : Nathalie Petit

 

 

 

La numérologie humaniste

 

 



 

Voir les commentaires

Muffins aux asperges, fromage de chèvre et graines de fenouil

1 Avril 2014, 12:51pm

Publié par patybio

 

Muffins aux asperges, fromage de chèvre et graines de fenouil

 

 

 

 

A découvrir : Une bonne recette diététique et de saison avec les asperges et l'alliance du fromage de chèvre...Parsemer de graines de fenouil a rajouter pour les gourmands et le tour est joué.

 

P1080660.JPG

 

 

 

Ingrédients :


1 petit bocal d'asperges vertes

1 yaourt

1 oeuf

120 gr de farine,

1 sachet de levure

1 buche de chèvre

1 cuillère à soupe d huile d' olive

1 cuillère à café d 'herbes de Provence

un peu de sel et de poivre

1 cuillère à soupe d'oignons cuits (facultatifs)

1 cuillère à soupe de graine de fenouil a parsemer sur les muffins après cuisson (facultatif)

 

 

 

 

Préparation :

 

Faites sauter un  oignon d 'avance

 

Mélanger la farine, la levure, le sel et asperges coupées en morceaux et les oignons.

Dans un autre saladier, mélanger l 'oeuf, le yaourt et l'huile.

Assembler les deux préparations et bien mélanger.

Disposer la préparation dans les caissettes et moules à muffins.

Cuire 20 mn suivant les four à th 6

 

 

Dans un saladier, mélanger la farine et la levure.
Couper en petits morceaux le fromage de chèvre et les asperges.
Ajouter les au mélange précédent avec 1 cuillère à café d'herbe de provence. Mélanger.
Dans un autre saladier, mélanger l'oeuf, le yaourt et l'huile.
Assembler les deux préparations et mélanger bien.
Disposer dans les moules à muffins.
Cuire 20 mn à 180°C

Cliquez pour agrandir !
Remarques

Le temps de cuisson peut être différent selon les fours. Prévoyez donc une cuisson entre 20 à 30 mn.


Read more at http://www.750g.com/muffins-asperges-chevre-r28540.htm#UybsVcESzYi15DuP.99

Bon appétit à tous !


Vous pouvez  déguster ses bons muffins  avec une bonne salade de saison Paty

 

 

 

 

L'intérêt nutritionnel et diététique de l'asperge

 

 

 

 

Dans un saladier, mélanger la farine et la levure.
Couper en petits morceaux le fromage de chèvre et les asperges.
Ajouter les au mélange précédent avec 1 cuillère à café d'herbe de provence. Mélanger.
Dans un autre saladier, mélanger l'oeuf, le yaourt et l'huile.
Assembler les deux préparations et mélanger bien.
Disposer dans les moules à muffins.
Cuire 20 mn à 180°C

Cliquez pour agrandir !
Remarques

Le temps de cuisson peut être différent selon les fours. Prévoyez donc une cuisson entre 20 à 30 mn.


Read more at http://www.750g.com/muffins-asperges-chevre-r28540.htm#UybsVcESzYi15DuP.99

 

  Une haute densité nutritionnelle

 

L’asperge bénéficie à la fois d’un faible apport énergétique, et d’une haute densité nutritionnelle pour de nombreux nutriments :
- Vitamine C (64 mg pour 100 kcal, après cuisson),
- Provitamine A (1,6 mg pour 100 kcal),
- Vitamine E (3,2 mg pour 100 kcal),
- Magnésium (48 mg pour 100 kcal),
- Fer (4,4 mg pour 100 kcal),
- Fibres (6 g pour 100 kcal)...
L’asperge contribue ainsi à équilibrer l’ensemble de l’alimentation, à laquelle elle fournit des substances «de sécurité» (ayant des effets bénéfiques pour la prévention de nombreuses pathologies), et ceci sans risque d’excès calorique...

A condition, bien entendu, de savoir limiter les sauces d’accompagnement qui sont, notoirement, plus énergétiques !

 

Une action diurétique marquée

Différents composés capables de stimuler l’élimination rénale sont présents dans l’asperge en proportions relativement importantes : des fructosanes (glucides spécifiques à certains végétaux), et l’asparagine béta (monoamide dérivé d’un acide aminé, l’acide aspartique).

Par ailleurs, le rapport potassium /sodium élevé (270/3) contribue aussi à favoriser la diurèse. L’asperge possède donc une action diurétique certaine, sensible même lors d’une consommation modérée.

A noter : l’odeur caractéristique que prend parfois l’urine après consommation d’asperges est due à la présence de méthylmercaptan, une substance soufrée de dégradation et d’élimination de certains composés azotés présents dans les asperges.

Des fibres utiles

Les fibres de l’asperge favorisent le bon fonctionnement des intestins : elles régularisent le transit intestinal (grâce aux pectines et mucilages, qui retiennent l’eau, et sont très bien tolérés), tout en le stimulant (les celluloses de la tige sont particulièrement efficaces pour lutter contre la paresse intestinale).

La consommation d’asperges permet ainsi de remédier en douceur à une tendance à la constipation, sans risque d’irritation pour les muqueuses intestinales.

Source Aprifel

votes
  • 120g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 demi fromage de chèvre
  • 1 petit bocal d'asperges (190g)
  • 1 yaourt nature brassé
  • 1 oeuf
  • 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
  • 1 cuillère à café d'herbes de provence

Read more at http://www.750g.com/muffins-asperges-chevre-r28540.htm#qtoVvfi35c9CqQtB.99

 

 

 

 

 

 

Intérêt de l’asperge chez le sportif

 

L’apport énergétique est relativement faible 25Kcal/100g, et repose en partie sur la présence de plusieurs glucides, majoritairement du fructose.

L’asperge est également riche en protéine, et contient notamment des acides aminés soufrés (Méthionine) et de l’acide Aspartique. L’élimination de ces corps azotés donne par ailleurs l’odeur caractéristique des urines après en avoir consommé.

L’intérêt de l’asperge apparaît surtout en récupération d’un effort sportif, en raison de son caractère fortement alcalin, et sa richesse en potassium.

Les taux en anti-oxydants (provitamine A, Vit C), en vitamines du groupe B (B1 B2 B3 B5), en Magnésium et fer, sont par ailleurs très corrects, et complètent la minéralisation après effort.

 Autres propriétés

L’action diurétique de l’asperge repose sur un rapport potassium/sodium élevé, et sur la présence d’acide Aspartique et d’un type de sucre (Fructosane).

La présence de fibres diverses, hydrophiles (pectines, mucilages) et hydrophobes (cellulose hémicellulose), de lignines apporte une action facilitatrice du transit bien tolérée.

 

Conseils pratiques

Par ses propriétés alcalines et minérales, l’asperge s’intègre dans un repas de récupération, équilibré et diversifié, à prédominance glucidique.

L’asperge se consomme en potage, hors d’œuvre, ou plat chaud en association avec féculents ou autres légumes…

 source : Irbms

 

votes
  • 120g de farine
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 demi fromage de chèvre
  • 1 petit bocal d'asperges (190g)
  • 1 yaourt nature brassé
  • 1 oeuf
  • 1 cuillère à soupe d'huile d'olive
  • 1 cuillère à café d'herbes de provence

Read more at http://www.750g.com/muffins-asperges-chevre-r28540.htm#qtoVvfi35c9CqQtB.99

Voir les commentaires