Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de patybio

Eliminer l 'excès d' eau

30 Mai 2011, 13:04pm

Publié par patybio

 

 

                          Éliminer l’excès d’eau

 


Aromathérapie : Éliminer l’excès d’eau

 

 

Surtout visible dans la partie basse du corps, avec les chevilles qui enflent, la rétention d’eau est désagréable. Agissez avant que l’inconfort ne devienne vraiment pénible.


C’est surtout au niveau des pieds, des chevilles et des jambes qu’on voit le gonflement des tissus même si parfois la rétention d’eau est plus générale. Le massage quotidien des jambes est essentiel afin de prévenir au mieux ces problèmes de stagnation. Cela favorise une meilleure circulation de la lymphe.


Massage aux gants de soie

Le massage aux gants de soie est dynamisant. Outre l’élimination des cellules mortes, il favorise le drainage des toxines et améliore la nutrition des tissus. Ce massage se fait à sec et se pratique plutôt le matin, par exemple avant la douche.

Préparation 

1 paire de gants de soie.

 

  1. Avant la douche, enfilez les gants de soie.
  2. Commencez par passer doucement sur le visage.
  3. Massez vigoureusement de haut en bas l’ensemble du corps en veillant à pratiquer des mouvements circulaires au niveau des articulations et des mouvements longitudinaux dans la longueur des membres.
  4. Ne massez pas la poitrine.
  5. Massez à l’horizontale et en diagonale la zone abdominale.
  6. Finissez par les chevilles et le dessus des pieds.

 

 

Massage aux huiles essentielles


Les huiles essentielles de cyprès et de lentisque pistachier décongestionnent les systèmes veineux et lymphatique
. Le cyprès permet de réduire l’œdème. L’huile essentielle de cèdre a une action favorable sur la rétention hydrolipidique et la cellulite, elle stimule le drainage de la lymphe. L’huile de macadamia est intéressante pour sa fluidité.


ATTENTION :

Cette synergie est déconseillée en cas de grossesse.

Préparation 

  • 1 flacon compte-gouttes foncé de 50 ml
  • 3 ml d’HE de cyprès
  • 3 ml d’HE de lentisque pistachier
  • 4 ml d’HE de cèdre de l’Atlas
  • huile végétale de macadamia.

 

  1. Versez les huiles essentielles dans le flacon.
  2. Complétez avec l’huile de macadamia.
  3. Homogénéisez la solution en agitant.
  4. Appliquez 8 gouttes localement en massant très doucement de l’extrémité du membre vers le haut du corps.
  5. Pratiquez matin et soir, 3 semaines par mois pendant 3 mois.
  6.  

  7.  

  8.                     Un lit en pente douce


    Pour améliorer l’élimination de l’eau pendant le sommeil, on relèvera de 7 cm le pied du lit, à l’aide de cales de bois par exemple.

    Boire pour chasser l’excès d’eau


    L’excès d’eau peut être dû à une mauvaise élimination par les reins
    . On cherchera donc à favoriser le drainage par l’utilisation de plantes dont les principes actifs auront été extraits à l’eau. Cette option devra être évitée par les personnes qui souffrent d’insuffisance rénale. 

  9.  

  10.  

  11.                     Rafraîchissement au cyprès et au cèdre
  12.  

  13.  Le cyprès sous forme d’hydrolat va aussi soutenir l’action des reins. Il redonne de la tonicité au système lymphatique. Le cèdre active le parcours de la lymphe et décongestionne le petit bassin.

    Préparation

  14. 1 litre d’eau de source
  15. 1 cuiller à soupe d’hydrolat de cyprès ou 1 cuiller à soupe d’hydrolat de cèdre.

 

  1. Versez un des hydrolats dans le litre d’eau.
  2. Agitez avant de boire.
  3. Buvez le litre de boisson dans la journée, en 3 ou 4 gorgées à chaque fois.
  4. Alternez cyprès et cèdre, 1 jour sur 2, pendant 3 semaines

 

 

Voir les commentaires

Bonne fête à toutes les mamans

28 Mai 2011, 18:46pm

Publié par patybio

 

 

    Bonne fête à toutes les mamans

 

   

 

    "La beauté des mères dépasse infiniment la gloire de la nature."

                                                Christian Bobin


5623959512_064ff9d46d.jpg

Voir les commentaires

Les allergies ...Une approche holistique

27 Mai 2011, 13:10pm

Publié par patybio

 

 

 

                         Les allergies 


Phytothérapie : Les allergies dans la peau

 

Les allergies sont les manifestations d’un système immunitaire déréglé, qui réagit à des agents normalement inoffensifs. Loin d’être une fatalité, l’allergie est en réalité un messager qui tente de nous dire que quelque chose fonctionne mal. Suivons le fil de cette approche holistique.

Chercher à se protéger des allergies demande, vous l’avez compris, une vigilance de guerrier sioux. Le préalable pour qui veut offrir le moins de prise possible aux allergènes, c’est de cultiver son terrain avec discernement. Cela sous-entend de fermer l’accès de son organisme aux polluants, autant que faire se peut. Et de rester pourtant ouvert aux stimuli naturels propres à favoriser la construction d’un système immunitaire (SI) opérationnel.

La clé de voûte du SI étant la muqueuse digestive, c’est d’elle qu’il faut se préoccuper en premier. Car elle a pour vocation de ne laisser filtrer que des substances nutritives, tout en se montrant capable de neutraliser et de drainer vers la sortie toute substance nocive éventuelle. C’est de l’état de la flore microbienne, essentiellement, que dépend la bonne marche de cette tâche essentielle. Et cette flore est sous la dépendance de vos choix, c’est-à-dire de votre alimentation, de votre environnement et de vos émotions.

Si vous êtes sujet à une allergie, sachez que nombre d’entre elles sont réversibles. D’ailleurs, il arrive souvent qu’une allergie apparaisse chez l’enfant, et qu’elle s’atténue, puis qu’elle disparaisse vers l’adolescence ou le début de l’âge adulte. C’est le cas de certaines rhinites, ainsi que d’une partie des manifestations cutanées. Les intolérances alimentaires, un peu différentes des allergies à proprement parler, sont moins enclines à régresser. Cependant, améliorer son terrain n’est jamais un coup pour rien, et on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise quand on commence à prendre soin de soi !

Concentrez donc vos efforts sur tout ce qui restaure le système digestif, spécialement l’intestin grêle et le gros intestin. Révisez vos classiques ;:

Sélectionnez des ingrédients les plus digestes, issus de l’agriculture biologique pour ne pas augmenter votre charge en produits toxiques.  

Cuisinez-les de manière à les préserver, préférez les fibres et les protéines végétales, tout en réduisant les viandes et les sucres.

Mangez à des heures régulières, un peu moins en quantité, un peu mieux en qualité. Pour relancer la machine, faites une cure de probiotiques qui aidera à repeupler l’intestin de souches amies.

Vous pouvez même augmenter leur portée en les associant par alternance au lapacho (Tabebuia impetiginosa) qui, en plus de potentialiser les probiotiques, est aussi un fortifiant et un draineur général.  

Convertissez-vous aux oméga 3, pour leurs propriétés anti-inflammatoires sur les muqueuses.

Et pensez à mieux vous hydrater.

Bougez, bien sûr, car l’exercice est indispensable pour aller mieux. Et retournez dans le monde, ayez des relations épanouissantes, en vous faisant une priorité de mettre un terme à celles qui vous minent. Ne dit-on pas de quelqu’un qui nous insupporte qu’il nous « donne de l’urticaire » ? Les dispositions mentales ont un déterminisme fort vis-à-vis des allergies…

 

 

 

Du côté des plantes :

La racine de bardane (Arctium lappa) colle assez bien aux problèmes allergiques, surtout ceux qui s’expriment sur la peau. Ses qualités antibactériennes et dépuratives justifient son utilisation dans les cas de dermatoses, eczémas et autres formes d’allergies cutanées. On peut lui associer le plantain (Plantago lanceolata), connu pour son action bienfaisante sur les voies respiratoires, et qui ajoute une action inhibitrice vis-à-vis de l’histamine, toujours appréciée chez les allergiques. C’est aussi un draineur remarquable, capable de remettre de l’ordre dans les émonctoires engorgés. L’usage de la fumeterre (Fumaria officinalis) se perd aujourd’hui, mais il était fréquent au siècle dernier face aux réactions de peau. Son effet hépatique entraînait, comme la bardane, une action dépurative complémentaire.


Autre plante importante :

L’ortie (Urtica dioica ou U. urens) est également un antihistaminique de choix, réputé même pour traiter la plupart des allergies sur le long terme, grâce à toutes ses autres propriétés qui le rapprochent des meilleurs adaptogènes. Le sang, les voies respiratoires et le système immunitaire sont parmi les autres bénéficiaires d’une cure d’ortie.


Le cassis (Ribes nigrum), sous forme d’extraits de bourgeons, jouit aussi de vertus fortement antiallergiques. C’est effectivement un tonique des surrénales et son action cortisone-like contribue à une meilleure réponse, plus adaptée, face aux allergisants. De là à dire que le cassis est adaptogène, il n’y avait qu’un pas. Ce n’est pas mon analyse, car le cassis au long court provoque des effets contraires et de la fatigue, chose que l’on ne constatera pas avec des adaptogènes comme le ginseng, la rhodiola ou le kudzu.


Mais, pour ce dernier, la cible reste la lumière intestinale. C’est une autre ressource végétale intéressante, aux vertus immunomodulantes et qui sera intéressant pour réduire les pics de réactions du SI.


Enfin, le monde végétal offre une merveille exotique à nos yeux d’Occidentaux :

La papaye fermentée ! De par ses vertus antioxydantes indirectes (la papaye stimule notre organisme dans ce but), nous avons là une richesse qui nous permet de faire face autant aux actions trop fortes de notre SI, mais aussi aux réactions trop faibles de ce dernier. C’est autant un fortifiant devant l’hypersensibilité (par exemple quand un rhume des foins se manifeste) que devant l’atonie des défenses et les phénomènes de dégénérescence qui peuvent en découler.

 

Quelles que soient les mesures que vous adopterez dans l’objectif d’améliorer votre terrain, rappelez-vous qu’il vous faudra de la patience et de la persévérance ; c’est toute votre personne que vous cherchez à rééquilibrer, alors cela peut prendre un certain temps, voire un temps certain… 

 

  • Mettez de l’ordre

En cas d’allergie, une cure de drainage peut se justifier, afin de rediriger les déchets métaboliques vers les émonctoires naturels. Ensuite, incorporez dans votre alimentation des anti-inflammatoires naturels comme le curcuma, les oméga 3, l’huile d’onagre ou de bourrache, ainsi que des flavonoïdes, et des vitamines E et C.

  • Le gel d’aloé contre l’urticaire

L’Aloe vera, ou Aloe barbadensis, a une affinité avec la peau. Surnommée lys du désert par les populations touareg, cette succulente est originaire des régions subdésertiques. Elle est connue depuis l’Antiquité pour ses vertus dans les soins de beauté et notamment de la peau. Ses feuilles renferment en effet un suc concentré dont la richesse en vitamines, minéraux et autres nutriments lui confère des qualités spécifiques dans les soins dermatologiques. Par ses propriétés cicatrisantes, régénératrices et calmantes, le gel tiré de l’aloès est particulièrement recommandé lors des poussées d’eczéma ou d’urticaire… Son utilisation à des fins médicinales et cosmétiques, de plus en plus répandue, explique d’ailleurs que cet aloès soit cultivé un peu partout dans le monde.

  • L’anti-inflammatoire de choix

Le macérat glycériné de bourgeon de cassis intervient dans les réactions d’hypersensibilité immédiate comme les manifestations allergiques et les chocs anaphylactiques. Par sa fonction cortisol-like, qui stimule la production de cortisol sanguin, Ribes nigrum agit comme un anti-inflammatoire et comme un antihistaminique naturel. Son utilisation par voie interne est souveraine dans les cas d’eczéma sec et infecté, de psoriasis ou d’urticaire. On peut aussi l’utiliser par voie externe pour apaiser la réaction à une piqûre d’insecte.

  • L’huile complète de périlla

L’acide rosmarinique présent dans l’huile essentielle de périlla est à l’origine d’une activité antiallergique en modifiant les réactions du système immunitaire. Elle complète fort bien l’huile végétale extraite des graines de périlla qui, elle, est très riche en acide alphalinolénique de la famille des oméga 3.

  • La quercétine contre les allergies saisonnières

La quercétine est un flavonoïde assez facile à trouver dans l’alimentation, puisque les pommes, le raisin, les framboises, les oignons mais aussi le vin rouge en contiennent. Elle intéresse le milieu scientifique pour ses multiples qualités ; elle serait cardioprotectrice, anticancéreuse, anti-inflammatoire et… antiallergique ! En effet, la quercétine est capable d’inhiber la libération de l’histamine, réduisant de façon très significative les symptômes que sont démangeaisons et éternuements. Associée à la vitamine C et à la bromélaïne, elle est encore plus efficace.

 

 

Attention :

Cette documentation est donnée en titre d 'information : Pour tous problèmes  spécifiques, de santé, chez l 'enfant et la femme enceinte demandez conseils à  un professionnel de la Santé

 


 

                                                                           Bon week-end à tous Paty

 

                             Le bonheur est une fleur qu'il ne faut pas cueillir. André Maurois

 

3706569220_fcb9aede1c.jpg

Voir les commentaires

L Aquasilice Articulation...Une excellente synergie

24 Mai 2011, 12:50pm

Publié par patybio

IMGP4470.JPG

 

                                       L 'AQUASILICE ... Un produit par excellence 

 

 

 

             Aujourd'hui... je vais vous parler d 'un produit que j 'aime beaucoup  :


                           L 'Aquasilice Articulation.

 



Un confort pour protéger vos articulations, tendons et soulager les douleurs

en cas d 'arthrose.

                                                 A faire en cure !

 

Qu 'est ce que l 'Aquasilice Articulation ?

C 'est une eau osmosée dynamisée à base de Silicium Organique mélangée avec de la Glucosamine, de la Chrondroïtine et de la prêle. Une synergie en quelque sorte.

Le Silicium est un oligo- élément indispensable au maintien de la trame collagène (peau, muscles, cartilages, squelette...)

 

Description de la chondroïtine :

La chondroïtine est un constituant essentiel du cartilage et elle est naturellement produite par l'organisme. Elle est aussi présente dans les os, la peau, la cornée et la membrane des artères. Elle contribue à la formation et à l'entretien du tissu cartilagineux. Le rôle de ce tissu est d'assurer la rétention de l’eau dans le cartilage et son élasticité, ainsi que la solidité et la souplesse des articulations.

Comme c'est le cas pour la glucosamine, on considère que la chondroïtine peut soulager les douleurs de l'arthrose et, au-delà de cet effet symptomatique, qu’elle pourrait contribuer à stopper ou ralentir la dégénérescence des tissus articulaires.

. On soupçonne que, d’une part, elle favoriserait la reconstruction du cartilage et inhiberait partiellement l’enzyme qui le détruit (l’hyaluronidase). D’autre part, elle agirait de façon similaire à la glucosamine au chapitre de la formation du cartilage et du liquide synovial

 

 

Description de la glucosamine :

La glucosamine est fabriquée par l'organisme à partir du glucose et de la glutamine, un acide aminé. La glucosamine ainsi produite joue un rôle crucial dans le maintien de l'intégrité du cartilage de toutes les articulations. Lorsque le processus de fabrication de la glucosamine se dérègle, les cartilages se mettent à dégénérer et l'arthrose s'installe.

On n'a pas encore élucidé le mécanisme d'action de la glucosamine, mais il se pourrait qu’elle augmente l'action lubrifiante du liquide synovial et ralentisse la dégradation du cartilage.

La glucosamine du commerce est synthétisée en laboratoire à partir de la chitine extraite de la carapace des crustacés (crevettes, langoustines, crabes, homards). Elle se présente généralement sous la forme de sulfate de glucosamine, mais on en trouve également sous la forme de chlorhydrate de glucosamine. Jusqu'à présent, la très grande majorité des études a été menée avec du sulfate de glucosamine et celles qui ont utilisé du chlorhydrate n’ont pas été concluantes en ce qui concerne les symptômes de l’arthrose.

 

La grande majorité des études a porté sur l'arthrose du genou, quelques-unes sur l'arthrose de la hanche.

 

 

 

Précautions pour la glucosamine

Attention :

Diabète

  • Certains professionnels s’inquiétaient d’une interférence possible entre la prise de glucosamine et le traitement du diabète. Un essai clinique mené en 2006 a clairement démontré que la prise de sulfate de glucosamine n’augmente pas la résistance à l’insuline18.

Allergie aux crustacés

  • Un essai récent a clairement démontré que les suppléments de glucosamine synthétisés à partir de la carapace de crevettes ne présentaient pas de danger pour les personnes allergiques aux crevettes19.

Hypertension

  • Privilégier les suppléments de glucosamine sans sodium.

Asthme

  • En 2002, un cas d'asthme chronique exacerbé par la prise d'un supplément combinant la glucosamine et la chondroïtine a été rapporté, mais le lien de cause à effet n’a pas été établi22.

Contre-indications

  • Éviter durant la grossesse et l'allaitement 

 

 

                     

                     LA  Prêle : Equisetum arvense

Vertus officinales :

 

Affection Action de la prêle importante dans l 'Aquasilice
Anti-rhumatismal Reminéralisant naturel, renforce les tissus conjonctifs (cartilage, tendons, os), soigne les rhumatismes, la polyarthrite
Système digestif Traite la gastro-entérite et stimule le système digestif, traite les problèmes de reins
Hémorragie Hémostatique, interrompre le saignement pour éviter l'hémorragie, elle possède également des propriétés diurétiques
La toux Utile pour le traitement de la toux chronique
 
 

Fichier:Equisetum arvense 9462.JPG

Voir les commentaires

video... relaxing music zen "Ange de lumière

21 Mai 2011, 15:39pm

Publié par patybio

 

                   Relaxing music zen "Ange de lumière

                                                                                   

fleur-de-lotus-rose

Voir les commentaires

Soyez un Bambou Creux

19 Mai 2011, 13:39pm

Publié par patybio

 

 


                          Soyez un Bambou Creux 

 

 

2803054289_22a08fce9d.jpg

 
L  

Osho, Extrait de: Tantra: The Supreme Understanding

Voir les commentaires

Ces 4 énergies indispensables...A la vie !

16 Mai 2011, 12:40pm

Publié par patybio

 

 

 

  Aujourd'hui j 'avais envie de vous faire partager

ses 4 énergies essentielles dans notre  vie  :

 


                           Les rires, les pleurs, le silence et la créativité.


 

LES RIRES :

4435291467_41526e7b3c.jpg

 

Le rire transforme notre énergie.

Chaque fibre et chaque cellule de notre corps deviennent vivantes et commencent à danser.

Le rire est le feu qui pulvérise et nettoie notre être.

Rire pour se sentir rire, écouter ce que notre rire fait en nous,

ouvrir les portes du rire qui vit au plus profond de notre être.

Laisser notre rire rencontrer l 'énergie de s'exprimer comme le jaillissement d 'une source.

 

 

LES PLEURS :

4525561417_86b8de4f77.jpg

 

 

 

Pleurer n 'est pas triste,

C 'est simplement être dans la vie.

Quand nous nous permettons de pleurer,

nous nous ouvrons à la liberté.

Pleurer pour sentir, sentir pour pleurer.

Pleurer pour faire fondre la glace...

Dans les pleurs nous passons d 'un état solide à un état liquide,

la vie se met à circuler, et nos comportements, nos sentiments, nos sensations se mettent

eux aussi à devenir fluides

 


 

 

LE SILENCE :

4765161879_487656ed2e.jpg

 

 

 

Le silence c 'est un désir, une aspiration.

C'est explorer une terre inconnue qui nous habite.

Le silence nous parait si inacessible que nous pensons ne jamais pouvoir le rencontrer.

Lorsque nous sommes tranquilles et restons silencieux, nous pouvons alors le toucher.

Le silence cherche un nouvelle réponse à la viie dans nos plus grandes profondeurs 

 

 

 

LA CREATIVITE :

318470742_4bc282db94.jpg

 

La créativité commence dans l 'affinité que nous sentons avec quelque chose.

C 'est comme devenir amoureux d 'une forme, d 'une musique, d 'un mouvement, d 'une couleur,

sentir une connexion émotionnelle et vibratoire avec une expression de la vie.

L 'acte de création met en mouvement nos retenues, nos frustrations,

ainsi que nos illuminations, nos élans.

C 'est s 'éloigner de nos routines et être ouvert-e aux nouvelles possibilités. Paty

 

 

 

 

Voir les commentaires

S'autoguérir par Hooponopono ...Magnifique moment

15 Mai 2011, 18:58pm

Publié par patybio

 

 

                    

 

                      S'autoguérir par Hooponopono

 

 

 


                                     Pour visionner la vidéo ...Laissez passer la musique d 'intro Paty !

 

 

 

A méditer  tout simplement belle lumière sur vous Paty ! 

2457421674_219a0ef64d.jpg

Voir les commentaires

L’influence des yeux dans les douleurs cervicales

15 Mai 2011, 12:05pm

Publié par patybio

 

 

                       L’influence des yeux dans les douleurs cervicales  

 

4996215910_c411479ec4.jpg

 

Le capteur visuel représente un élément perturbateur qu’il ne faut surtout pas oublier de regarder. Il fait parti des capteurs céphaliques et envoie des informations sensorielles vers le système nerveux central. Le rôle principal du capteur visuel est un rôle de perception. De plus, le maintien du regard horizontal met en branle des réflexes complexes sur le plan oculo-moteur et vestibulaire. Toute mauvaise interprétation par le cerveau entraînera une compensation posturale de tout ce qui est en-dessous. Le capteur visuel est très complexe et parfois difficile à traiter car la majorité des professionnels qui s’en occupent ne sont pas formés pour évaluer l’influence qu’il peut avoir sur le système postural. C’est important de bien voir autant de près que de loin mais c’est également important de comprendre comment un trouble de la vision peut se répercuter sur le corps et être source de douleurs chroniques. 

 

Il est primordial de prendre conscience qu’il existe un lien bio-mécanique entre les yeux et le rachis cervical. En effet, le rachis cervical est là pour faciliter et augmenter la vision. C’est son rôle principal. S’il y a une perturbation de la vision, il y aura forcément une compensation cervicale. Par exemple, si on est en présence d’un œil qui ne converge plus ou qui présente un problème de motricité quelconque, on observera une compensation cervicale pour conserver l’horizontalité du regard. Donc un thérapeute qui évalue la posture d’un sujet et qui note une déviation de la tête doit toujours se poser la question à savoir si c’est réellement un problème cervical ou simplement une adaptation du rachis cervical pour compenser un trouble oculaire. De plus, il y a un lien entre la vision et la posture. On va toujours dans la direction où l’on regarde. Donc, le regard aura des répercussions sur la façon dont se tiennent les gens debout; c’est de la proprioception.

Il existe également un lien entre la vision et la stabilité du corps. Pour se tenir debout, on a besoin des yeux. On est moins stable en absence de vision et cela se mesure facilement sur une plate-forme de stabilité lors d’un examen en posturographie. Par conséquent, un problème visuel non corrigé va entraîner des répercussions sur la stabilité du corps; cette personne va compenser son instabilité avec les muscles cervicaux et cela pourra éventuellement générer des douleurs cervicales. Donc, si vous souffrez de douleurs chroniques et que vous présentez un problème visuel, consultez un optométriste ou un ophtalmologiste. L’optométriste s’occupe des troubles de la vision et fait du dépistage de maladies des yeux et réfère, s’il y a lieu, à l’ophtalmologiste qui traite la maladie de l’œil. Les cataractes, le glaucome et les pathologies de vieillissement de l’œil (dégénérescence oculaire) entraînent une diminution de la netteté visuelle et crée également une instabilité cervicale. Par contre, les gens atteints de ces pathologies doivent attendre environ huit mois avant d’être opérés et ce délai est largement suffisant pour créer des problèmes cervicaux.

Pour ce qui est des verres correcteurs, les gens doivent réaliser que la lunette est un élément d’optique servant à corriger un trouble visuel. Comme les gens ne sont pas bien informés des répercussions du système visuel sur la posture et sur l’entretien de douleurs chroniques, les gens considèrent souvent les lunettes comme un accessoire de mode et d’esthétique sans se soucier du reste. Des récentes études ont démontré que le port de foyers progressifs crée une distorsion de la posture chez la majorité des patients. Plusieurs chercheurs étudient et suivent de près ce phénomène car un jour ou l’autre, nous aurons tous besoin de lunettes en vieillissant dû à la perte d’élasticité du cristallin. Ces chercheurs évoquent que le verre progressif, de par sa constitution, perd son efficacité en périphérie. Cela réduit donc le champ visuel en latéral entraînant par conséquent une compensation cervicale et sollicitant davantage le cou pour compenser la perte de champ visuel. De plus, l’information proprioceptive parvenue au système nerveux central est modifiée et cela entraîne des modifications dans le tonus postural pouvant être à l’origine des douleurs musculo-squelettiques. Il y a même des contre-indications au port de foyers progressifs lors d’hyperlordose cervicale et lors de rigidité importante car ces gens, ne pouvant plus compenser avec leur cou, voient alors apparaître des phénomènes de douleurs. Plusieurs développent des douleurs cervicales, des migraines ou des étourdissements après le port de foyers progressifs sans faire le lien avec la lunette. La variation de la lordose cervicale doit être prise en considération pour bien centrer le verre correcteur de la lunette. L’ajustement de la monture doit être adéquat et parfois les gens ne portent par leurs lunettes correctement sur leur nez.

Les gens qui portent des verres correcteurs se font parfois proposer des foyers progressifs vers l’âge de 45 ans en prévention alors qu’en réalité, ils n’en ont pas nécessairement besoin. Si vous êtes myopes mais que vous voyez bien de près, vous devriez avoir des verres correcteurs pour la myopie seulement. Si vous êtes presbytes, vous devriez avoir des verres correcteurs pour la presbytie. Si vous êtes atteints de presbytie et de myopie, vous devriez avoir deux paires de lunettes, une pour la presbytie lorsque vous lisez de près et une pour la myopie pour voir de loin. Quoi qu’il en soit, la solution n’est pas toujours évidente d’autant plus qu’elle comporte un aspect financier important mais essayez de garder un jugement critique lorsqu’on vous propose quelque chose et analysez-vous; votre corps vous parle et vous guide dans votre recherche de solutions.


Sébastien Plante, physiothérapeute et ostéopathe

 


 

                                                 

                              Ce qui domine chez l’homme, ce n’est pas le désir, c’est la peur.

                                                          Arnaud Desjardins

5632249558_3c3308c4ab.jpg

Voir les commentaires

Nous y sommes...

13 Mai 2011, 16:01pm

Publié par patybio

 

 

             Une fidèle lectrice de mon blog "le Clos d'Alvie" m 'a envoyé ce texte à découvrir par Fred Vargas :

 

536253073_54de022b8e.jpg

 

 

 

 

 

  Nous y sommes


Nous y voilà, nous y sommes.
  Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les
  hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes.
  Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le
  faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui
  fait mal.
  Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités
  d'insouciance, nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous »,
  entendons un quart de l'humanité tandis que le reste était à la
  peine. Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté
  nos pesticides àl'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit
  trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des
  fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous
  avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui
  clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons
  mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones,
  franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés.
  On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme
  faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement
  modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un
  tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des
  déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on
  s'est marrés.
  Franchement on a bien profité.
  Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus
  rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de
  biner des pommes de terre.
  Certes.
Mais nous y sommes.
A la Troisième Révolution.
  Qui a ceci de très différent des deux premières ( la Révolution

néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on
  ne l'a pas choisie.
  « On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? »
  demanderont quelques esprits réticents et chagrins.
> > Oui.
On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas
  demandé notre avis. C'est la mère Nature qui l'a décidé, après
  nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des
  décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous
  ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d'uranium, d'air, d'eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez
  avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous
  survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur
  la danse).
  Sauvez-moi ou crevez avec moi

  Évidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix, on
  s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse,
  affolés et honteux. D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir
  un délai, de s'amuser encore avec la croissance.
Peine perdue.
  Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais.
  Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa
voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre
 en partant, veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des
  fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les
  cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à
  voile, laisser le charbon là où il est, –

attention, ne noulaissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille
  récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore,
  on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand
  même bien marrés).
S'efforcer.
  Réfléchir, même.
  Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être
  solidaire.
  Avec le voisin, avec l'Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
 Pas d'échappatoire, allons-y.
  Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux
  qui l'ont fait le savent, est une activité foncièrement
  satisfaisante. Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce
  n'est pas incompatible.
  A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions
  le retour de la barbarie –une autre des grandes spécialités de
  l'homme, sa plus aboutie peut-être.
  A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.
  A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous
  danserons encore.
 
  Fred Vargas
  Archéologue et écrivain

 

Bon week-end à tous Paty

 

3913107718_c42e177f76.jpg

Voir les commentaires

1 2 > >>