Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de patybio

Articles avec #conseils d 'hygiene vie

Alimentation : besoin ou plaisir, un équilibre fragile entre deux voies nerveuses

18 Mars 2017, 18:00pm

Publié par patybio

Alimentation : besoin ou plaisir, un équilibre fragile entre deux voies nerveuses

En étudiant un groupe de neurones chez la souris, les chercheurs ont observé que lorsque leur activité est compromise, le comportement alimentaire devient moins lié aux besoins métaboliques de l'organisme et plus dépendant des propriétés gustatives de la nourriture.

 

Le comportement alimentaire est régulé par différentes voies nerveuses et le fait de manger est ainsi contrôlé à la fois par les besoins énergétiques de l’organisme mais aussi par le plaisir associé à la nourriture. Dans le contexte actuel où les nourritures riches sont de plus en plus présentes dans nos régimes alimentaires et où les pathologies comme l’obésité, le diabète et les maladies cardio-vasculaires sont en pleine expansion, il est important de comprendre dans quelle mesure ces différents circuits nerveux sont impliqués et connectés entre eux. Connaître les contributions respectives du circuit qui maintient l’équilibre énergétique et du circuit de la récompense (ou du plaisir) permettrait de développer des traitements plus efficaces contre ces maladies.

Une équipe de recherche s’est intéressée à un groupe de neurones de l’hypothalamus, baptisés NPY/AgRP,  connus pour leur rôle dans la prise alimentaire. Ces neurones font partie du circuit qui maintient l’équilibre énergétique : ils promeuvent la prise alimentaire lorsqu’ils sont activés, en cas de jeûne ou d’hypoglycémie par exemple. Ils ont donc jusqu’ici été considérés comme des cibles de choix pour la mise au point de traitements contre l’obésité. En étudiant des souris privées de ces neurones, les chercheurs ont démontré que ceux-ci sont essentiels pour déclencher la prise alimentaire lorsque la nourriture n’a pas de valeur hédonique forte et constitue simplement une réponse aux besoins métaboliques. En revanche, ils contribuent moins à la prise alimentaire lorsque la nourriture est très appétente, riche en graisses et en sucres.

En effet, lorsque ces neurones sont absents ou inhibés, les souris consomment moins la nourriture standard, même après un jeûne. A l’inverse, elles vont se nourrir normalement si on leur présente des aliments riches en graisses et en sucres. Une série d’expériences a montré que, lorsque l’activité des neurones NPY/AgRP est compromise, l’hormone qui les stimulait va activer à la place des neurones impliqués dans le circuit de la récompense. Cette voie nerveuse fonctionnant à la dopamine prend donc le relai et dirige le comportement alimentaire. Il en résulte une façon de se nourrir perturbée, déconnecté des besoins énergétiques de l’organisme et essentiellement dépendante du plaisir provoqué par les aliments.

Les souris étudiées consomment alors les aliments gras et sucrés en plus grande quantité et prennent du poids. Leur comportement alimentaire est aussi beaucoup plus sensible aux facteurs extérieurs comme le stress. Dans l’ensemble elles constituent un bon modèle de ce que les anglophones appellent le « comfort feeding » ou le fait de manger pour se réconforter.

Dans le cas des souris de cette étude, l’activité des neurones NPY/AgRP est altérée suite à une intervention génétique mais une exposition continue à des nourritures riches pourrait avoir des conséquences similaires en induisant une désensibilisation de ces neurones au profit d’un contrôle par le circuit nerveux de la récompense. Les habitudes alimentaires qui en résultent, dissociées du métabolisme, contribuent à l’établissement de troubles de type compulsif et favorisent le développement de l’obésité. Ces résultats apportent donc un éclairage nouveau sur le rôle des neurones NPY/AgRP dans le maintien de l’équilibre énergétique. Ils indiquent également qu’agir au niveau pharmacologique sur ces neurones pour traiter l’hyperphagie pourrait se révèler contre-productif.

 

© Serge Luquet


La prise alimentaire est régie par plusieurs réseaux neuronaux :

  • le circuit de contrôle de la prise alimentaire en réponse aux besoins énergétiques de l’organisme (en bleu) comprend le noyau paraventriculaire (PVN), l’hypothalamus latéral (LH), le noyau du tractus solitaire (NTS) et le noyau arqué (Arc). Les neurones d’Arc s’activent lorsque les niveaux d’énergie sont bas et sécrètent deux molécules (NPY et AgRP) afin de promouvoir la prise alimentaire.
  • le circuit lié au « plaisir » associé à la nourriture (en rose) comprend l’aire tegmentale ventrale (VTA), siège des neurones dopaminergiques, le striatum et le noyau accumbens (Nacc). La libération de dopamine dans le circuit de récompense va promouvoir la prise de nourriture riche en graisses et sucres.

Lorsque l’activité des neurones NPY/AgRP est compromise, le contrôle de la prise alimentaire devient majoritairement tributaire du circuit de récompense. Le comportement alimentaire est alors moins lié aux besoins métaboliques et plus dépendant de facteurs environnementaux tels le stress ou les propriétés gustatives de la nourriture.

 

Références :
Palatability can drive feeding independent of AgRP neurons ; R. G. P. Denis, A. Joly-Amado, E. Webber, F. Langlet, M. Schaeffer, S. Padilla, C. Cansell, B. Dehouck, J. Castel, A-S. Delbès, S. Martinez, A. Lacombe, C. Rouch, N. Kassis, J-A. Fehrentz, J. Martinez, P. Verdié, T. S. Hnasko, R. D. Palmiter, M. J. Krashes, A. D. Güler, C. Magnan et S. Luquet ; Cell Metabolism ; 13 août 2015.

Source : cnrs

Voir les commentaires

En automne, ces aliments qui regonflent le moral !

29 Octobre 2016, 16:52pm

Publié par patybio

Le conseil de William Grosselin : « Ne vous privez surtout pas de chocolat noir. Deux à trois carrés à l’heure du goûter ne font de mal à personne, bien au contraire. »

En automne, ces aliments qui regonflent le moral !

 

Déprime saisonnière, fatigue chronique, stress… Et s’il suffisait de bousculer un peu nos habitudes alimentaires pour regonfler notre moral ? Exit les plats préparés, le café sans modération et le pain à tous les repas. Place au chocolat, au parmesan et aux noix du Brésil !

Les secrets de l’alimentation du bonheur avec William Grosselin, naturopathe, nutritionniste et militant de la bonne humeur.

Du poisson gras et des huiles végétales contre le blues saisonnier

Les poissons gras (thon, saumon, anchois, hareng) et les huiles végétales (olive, tournesol, lin, noix…) regorgent d’Omega 3. Cet acide gras essentiel (le corps ne le fabrique pas lui-même et il faut donc impérativement en consommer) active la sécrétion de la mélatonine, qui n’est autre que l’hormone régulatrice du sommeil et des rythmes chronobiologiques. Pour combattre les petites déprimes saisonnières, qui sévissent notamment à l’automne et à l’hiver, veillez donc à mettre régulièrement au menu des poissons gras et quotidiennement des huiles végétales.

Le conseil de William Grosselin :« Optez pour la vinaigrette du bonheur, composée d’¼ d’huile d’olive, ¼ d’huile de lin, ¼ d’huile de tournesol et d’¼ d’huile de pépins de raisin. »

 

Des noix du Brésil pour prévenir la déprime

Quel est le point commun entre une tomate, un grain d’orge et des rognons ? Tous sont largement pourvus en sélénium, un oligo-élément très important pour la prévention du stress et de certains cancers. En outre, une carence en sélénium augmenterait les risques de dépression et d’agressivité. S’il existe sous forme de compléments alimentaires (à des prix exorbitants), on le trouve plus simplement dans les champignons, les tomates, le chou, les brocolis, l’oignon, l’ail, l’orge, les abats, la viande rouge et les fruits de mer. Le champion toutes catégories : la noix du Brésil, à consommer séchée, non-salée et non-blanchie.

Le conseil de William Grosselin : « Une seule noix du Brésil procure 100 % de l’apport quotidien nécessaire en sélénium. Imaginez donc les bienfaits d’en consommer cinq ou six chaque matin ! »

 

Du chocolat et des graines contre le stress

A DÉCOUVRIR

 

William Grosselin est naturopathe et nutritionniste à Marseille. Son site : http://naturopathie-marseille.fr/

Le chocolat noir (70 % de cacao minimum), les graines (tournesol, sésame), les noix du Brésil (encore elles !) et les amandes sont riches en magnésium, si utile à notre corps qu’il en est devenu célèbre. Il sert notamment à la formation des os et des dents, favorise la plasticité cérébrale, stimule la mémoire et surtout, ce qui nous intéresse ici, nous aide à lutter contre le stress !

Le conseil de William Grosselin : « Ne vous privez surtout pas de chocolat noir. Deux à trois carrés à l’heure du goûter ne font de mal à personne, bien au contraire. »

En automne, ces aliments qui regonflent le moral !

Une petite halte chaque jour de relaxation en musique est essentielle à chacun d'entre nous dans ce cycle de saison automnal. Paty

Voir les commentaires

La fatigue ...Petits conseils utiles.

1 Octobre 2015, 14:09pm

Publié par patybio

P1100475.JPG

 

 

La fatigue   

 

Article rédigé : "Par Imbert Alexandre "

 

Flagada, épuisés, claqués, nous sommes 47 % à avoir éprouvé, au cours de l’année, au moins une période de faiblesse prolongée, voire d’épuisement complet. Le plus souvent, la baisse de régime a lieu entre novembre et mars, quand les frimas et le manque de lumière pèsent autant sur le moral que sur l’organisme.

 

 

Le « coup de pompe » correspond toujours à un signal d’alarme auquel il faut être attentif. Tant que la baisse de tonus ne dure pas plus de quinze jours, et surtout tant qu’on peut lui attribuer une explication évidente (stress, mauvaise nuit, démotivation, surcharge de travail, infection hivernale…), inutile de s’angoisser. Cette fatigue-là peut être combattue en adoptant certains réflexes qui ont fait leurs preuves.

 

 

Conseils généraux

Ils sont simples mais importants. Vous devez :
- faire un peu d’exercice (marche, natation, gymnastique, yoga),
- vous aménager des plages de repos, faire la sieste,
- pratiquer un dérivatif (musique, sorties, vie associative),
- protéger votre allié le plus précieux, le sommeil.

 

 

Conseils alimentaires

- Privilégier les céréales et les fruits secs pour le manganèse et la vitamine B. Les fruits de mer pour le cobalt et la vitamine B. La levure de bière pour la vitamine B. Les légumes verts et les fruits frais (kiwi, citron, orange, et acérola) pour la vitamine C.
- Recourir largement à l’ail, la cannelle, le gingembre, la menthe et le pollen qui ont derrière eux une longue tradition tonifiante.

Les aliments naturels

  • La gelée royale : miel de luxe destiné aux reines qui vivent beaucoup plus longtemps que les ouvrières. C’est un des aliments les plus riches en oligo-éléments, en acides aminés, en vitamines B (surtout B5). Elle contient également de petites quantités de vitamines A, C, D, E.

Vous la consommerez fraîche si vous habitez près d’un apiculteur, sinon en gélules (4 par jour).

  • Les germes de blé : ils sont obtenus en trempant les grains dans de l’eau et en les laissant germer deux jours. Ils constituent la partie vivante de la plante, renferment tous les constituants nécessaires à sa croissance et apportent 2 fois plus de calcium, 3 fois plus de magnésium et de phosphore, beaucoup plus de vitamines B, C, D et E.
  • La luzerne et l’avoine riches en minéraux, en vitamines A, B, D, E et en acides aminés. Elles sont très nutritives et dynamisantes.

Vous pouvez vous aider de céréales germées, disponibles en flacon de 50 ml (Boiron), qui contiennent, entre-autres, de la T.M. d’Avoine.
Prendre 30 gouttes dans un peu d’eau deux fois par jour.

La vitamine anti-fatigue

- La vitamine C est indispensable ici. Croquer 4 à 6 comprimés d’Acérola que vous pourrez alterner avec du guarana ou du tribulus.

Oligothérapie

Les apports d’oligo-éléments se font habituellement par l’alimentation qui doit être variée et de qualité, en encourageant la consommation de céréales, de fruits frais ou secs, de foie… Vous pouvez toutefois vous supplémenter en cobalt, cuivre, fer, magnésium et manganèse, en cas de fatigue. Mais pour être sûr de disposer de tous les oligo-éléments, recourez à l’eau Biocolloïdale qui recèle 72 oligo-éléments directement assimilables. Mettez 2 bouchons dans une bouteille de Mont Roucous. À boire un jour sur deux.

Homéopathie

- Kalium phosphoricum est le médicament homéopathique des fatigues intellectuelles après surmenage. Il est particulièrement indiqué en cas de faiblesse musculaire.

- Phosphoricum acidum est le médicament de l’épuisement mental. Signe spécifique : l’absence relative de faiblesse musculaire.

- Vous pouvez également vous aider de Phosphoricum acidum composé qui contient ces deux produits en 3 CH. Prendre 4 granules à sucer 2 fois par jour.

Phytothérapie

- Éleuthérocoque et Ginseng sont deux plantes adaptogènes qui facilitent la gestion des stress. Prendre 2 gélules de chaque 2 fois par jour ou en alternance.

Huiles essentielles

Pierre Franchomme, aromatologue de renommée internationale, a récemment mis au point une nouvelle gamme d’huiles essentielles et de remèdes naturels appelés Aroma-Nutrient, qui présentent des vertus exceptionnelles :

- Aroma-Nutrient 1 (aux racines de livèche et aux noix de muscade, enrichi en vitamine B6) : aide à purifier l 'organisme encrasé. Prendre
2 gélules 2 fois par jour pendant 10 jours.

- Aroma-Nutrient 3 (aux bourgeons de cassis et au pin sylvestre) : protège l’organisme des agressions diverses, le stimule et le tonifie. Ce nutriment est particulièrement indiqué dans les périodes de fatigue, d’épuisement, de vulnérabilité, ainsi que pour la souplesse des articulations. Prendre 2 gélules 2 fois par jour pendant plusieurs semaines.

- Aroma-Nutrient 6 (à la noix de muscade et à la mandarine, enrichi de gentiane jaune, de zinc et de vitamine B6) : aide à surmonter les états de stress, de mal-être et de tensions nerveuses.

 

Vous trouverez tous ces produits au Laboratoire Aromalia, sauf l’homéopathie disponible en pharmacie.

 

Mises en gardes :

Avant la prise de traitements même naturels à base de phyto, aromathérapie, vitamines et autres...Il est préférable de demander toujours un avis auprès d 'un pharmacien ou thérapeute de santé. Paty

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Aliments pour avoir des cheveux épais et des ongles solides

27 Mars 2015, 13:54pm

Publié par patybio

Aliments pour avoir des cheveux épais et des ongles solides

 

Aliments pour avoir des cheveux épais et des ongles solides

 

 

Voici une liste d’aliments intéressants pour avoir les ongles plus solides et les cheveux plus épais. Les deux fonctionnent ensemble, car ongles et cheveux sont faits dans la même matière, la kératine.

 

Œufs  :

La kératine est une protéine. Pour en fabriquer, vous avez donc besoin de manger des protéines vous aussi. Les protéines sont de grosses molécules formées de chaînes d’acides aminés que vous trouvez dans la viande, dans les légumineuses, mais l’aliment le plus riche et le plus équilibré en protéines est l’œuf. D’autre part, l’œuf est riche en biotine, ou vitamine B8, qui jouerait un rôle dans le développement de la kératine. Si vous avez de gros problèmes d’ongles (ongles cassants, striés, tachés, etc.), envisagez de prendre une dose quotidienne de 2,5 milligrammes de biotine, selon le conseil du Journal of Drugs in Dermatology [1]. Car manger simplement des œufs ne suffira pas (cela correspond à la dose de biotine de 300 œufs).

 

Viande rouge :

La viande rouge est également riche en protéines. Mais elle vous apporte un autre nutriment essentiel pour les ongles et les cheveux : le fer. Les personnes anémiques à cause d’une carence en fer (on parle d’anémie ferriprive) ont souvent les cheveux plats et fins. Par ailleurs, le manque de fer est associé avec la koïlonychie : les bords des ongles se relèvent, donnant aux ongles une forme concave (creusée). Il est important de connaître son statut en fer : cela permet de compenser ses déficits, en prenant un complément de fer si nécessaire. Mais cela permet aussi d’éviter les aliments riches en fer si vos réserves sont déjà bonnes, car un excès de fer est encore plus dangereux pour la santé qu’un manque de fer.

 

Myrtilles :

 Les myrtilles comptent parmi les fruits les plus riches en antioxydants, qui protègent contre les radicaux libres. Or, les radicaux libres attaquent toutes les cellules du corps, y compris les cellules des ongles et des cheveux. Surtout, la myrtille agit sur la microcirculation, favorisant une bonne irrigation du cuir chevelu et facilitant l’apport des nutriments jusqu’au bulbe du cheveu. Amandes Les amandes sont, comme la viande rouge et les œufs, une bonne source de protéines, végétales cette fois. Mais leur intérêt pour les ongles et les cheveux est ailleurs : elles sont très riches en magnésium. Si vos ongles ont des stries verticales, cela peut-être un signe de manque de magnésium. Par ailleurs, le magnésium est le minéral qui permet de détendre les cellules musculaires et nerveuses et de lutter contre le stress. Le stress est une cause importante de chute des cheveux. Vous trouvez aussi du magnésium dans les légumes verts, le cacao et le sarrasin.

 

Bière :

La bière est une des plus importantes sources de silice dans l’alimentation occidentale actuelle, selon le Journal of the Science of Food and Agriculture. La silice est un minéral trace qui augmente la circulation dans le cuir chevelu, ce qui stimule la pousse des cheveux. Un complément alimentaire quotidien de 10 milligrammes de silice diminue la fragilité des ongles et des cheveux de 20 %, selon une étude parue dans Archives of Dermatological Research [2]. Vous en avez la même quantité dans un verre de bière. Huitres Le zinc est un minéral essentiel pour fabriquer les protéines des cheveux et des ongles. Six huitres contiennent 74 mg de zinc, bien plus que n’importe quel autre aliment. Les taches blanches sur les ongles sont causées par un manque de zinc. Si vous n’aimez pas les huitres, vous trouverez du zinc dans le bœuf et la volaille.

 

Ortie

L'ortie est un fortifiant naturel du cuir chevelu. Elle contient des vitamines et des minéraux qui renforcent les ongles et les cheveux. Vous pouvez la consommer sous forme de gélules ou en appliquer une lotion capillaire directement sur vos cheveux.

Pour cela, il vous suffit de faire infuser les feuilles fraîchement coupées. Filtrez et diluez dans un petit verre de vinaigre de cidre. Ajoutez quelques gouttes d'huiles essentielle de pamplemousse (par exemple).

Vous verrez, c’est très efficace. J’ai pris cette recette dans la dernière édition de Plantes et Bien-Être. Je vous la conseille ! Chacune de ses 32 pages est remplie à craquer de conseils et informations sur les plantes. Elle vous détaille entre autres toutes les recettes naturelles pour obtenir de beaux cheveux sains.

 

Vitamine D

Un lien existe peut-être entre le manque de vitamine D et la perte de cheveux. Selon une étude de Skin Pharmacology Physiology, les femmes qui perdent leurs cheveux ont des niveaux de vitamine D inférieurs à celles qui ont des cheveux solides [3]. La vitamine D est principalement fabriquée dans votre peau, sous l’effet des rayons du soleil. Les sources alimentaires, y compris les poissons, vous apporteront difficilement les quantités adéquates. Si vous ne pouvez prendre le soleil, vous devrez prendre un complément alimentaire de vitamine D. Saumon

 

Le saumon est une bonne source de biotine, de protéines, d’acides gras oméga-3, qui réduisent l’inflammation et assainissent le cuir chevelu. Pour avoir de beaux cheveux, il faut avoir des follicules sains (racine des cheveux). L’effet anti-inflammatoire des oméga-3 est aussi bon pour les ongles.

 

À votre santé par :

"Jean-Marc Dupuis "

Aliments pour avoir des cheveux épais et des ongles solides

Voir les commentaires

Huile apaisante pour règles douloureuses

26 Février 2015, 13:45pm

Publié par patybio

Huile apaisante pour règles douloureuses

"La femme n'est victime d'aucune mystérieuse fatalité : il ne faut pas conclure que ses ovaires la condamnent à vivre éternellement à genoux."
Simone de Beauvoir

Huile apaisante pour règles douloureuses

 

 

~~Formule d'une huile apaisante pour  les règles douloureuses~~

 

Aujourd'hui, je partage avec vous cette petite formule très facile à réaliser, mais ô combien utile en cas de douleurs pendant les règles.

J 'ai testé et conseillée cette formule autours de moi et je me suis aperçue de ses bons résultats assez rapidement ! Paty

 

C'est une formule à la base  réalisée par" NerysPurchon" auteur du très bon livre :

 

"La Bible de l'aromathérapie"
 

 

Matériel et ingrédients pour réaliser cette formule.

 

1 petit flacon

 2 cuillères à soupe d'huile d 'amande douce.

15 gouttes d'huile essentielle de Lavande

10 gouttes d'huile essentielle de Cyprès

5 gouttes d'huile essentielle de Géranium

 

 

 

Mélanger les huiles essentielles avec l'huile d 'amande douce dans le flacon. Agiter vigoureusement.

Laisser reposer 4 jours avant utilisation, afin que les différentes subtances amplifient leurs effets par synergie !

 

Ensuite dès le début de vos règles, si vous avez des règles douloureuses ne pas attendre, avec un peu de produit masser le ventre et le bas du dos deux fois par jour.


 

 

ATTENTION :

Ne pas utiliser cette formule, si vous avez un soucis quelconque de santé et plus encore si vous avez des douleurs avec une absence de règles.

Toujours demander conseil à votre pharmacien ou thérapeute en cas de doute, d' allergie, de prise de médicaments ou autre chose.

Ne pas utiliser chez l 'enfant, ni chez la femme enceinte même le premier mois.

Pour les adolescentes demander toujours un avis en cas de douleurs.

La douleur peut signifier une autre pathologie.

Toujours bien se laver les mains après avoir utiliser les HE et ne pas utiliser par voie interne cette formule.

 

Huile apaisante pour règles douloureuses

 

 

Petits conseils d 'hygiène de vie utile :

 

**Vous pouvez aussi prendre régulièrement en cure  de huile "Onagre "par voie interne et du magnésium marin qui aide à un bon déroulement du cycle et donc des règles.

Pensez aussi à vous aérer, à marcher en méditant

A vous détendre,

Sophrologie, méditation, écouter de la musique,

Massage divers etc...

Prenez ce temps salutaire pour vous de repos.

Dormez si vous en ressentez le besoin.

Manger équilibré

~~Faire des cures de Spiruline pour les femmes végétarienne. ~~

Boire de l 'eau et des tisane et éviter le sucre et le sel  en abondance.

 

Prenez soin de vous car vous êtes unique !

Bien à vous Paty **

Huile apaisante pour règles douloureuses

Musique de relaxation é écouter pour une relaxation optimale en cas de douleurs

Voir les commentaires

Ces aliments qui nous protègent du froid

24 Février 2015, 13:40pm

Publié par patybio

Ces aliments qui nous protègent du froid

Article que je republie chaque saison en ajoutant des aliments nouveaux !

 

Ces aliments qui nous protègent du froid

 

1809436914_b3ba27b768.jpg

 

Lorsqu'il fait froid notre organisme met en route une série de mécanismes pour augmenter notre chaleur corporelle et maintenir nos organes vitaux à l'abri du danger. Augmenter la chaleur c'est produire de l'énergie. L'ensemble de ces opérations s'appellent la thermogenèse. C'est par exemple ce qui se produit quand vous grelottez à cause du froid : ces micro-mouvements musculaires produisent de la chaleur.

En dehors de plusieurs couches de vêtements, de gants et d'un couvre-chef, une bonne alimentation peut permettre d'augmenter la thermogenèse ; certains aliments y parviennent même très bien. Ces aliments qui augmentent la thermogenèse vous permettront d'avoir moins froid mais aussi d'être moins fatigué et de moins grossir pendant l'hiver. En effet, la thermogenèse est la plus efficace lorsqu'elle active l'utilisation des graisses pour fournir de l'énergie.

Le café

IMGP1969

 

Même à faibles doses le café est efficace pour activer la thermogenèse (1 - 3). Un grand café corsé peut augmenter la dépense d'énergie de 4%. Une consommation répétée de cafés au cours de la journée peut augmenter la dépense d'énergie totale jusqu'à 13% (4). De plus, cet effet s'accompagne d'une augmentation de l'utilisation des graisses pour fournir de l'énergie. Dis autrement cela signifie que si vous mangez comme d'habitude, vous perdez du poids. Alors si vous ressentez l'envie d'en boire plus quand il fait froid, n'hésitez pas. Attention toutefois, le café élève pour plusieurs heures les hormones du stress, donc prudence chez les personnes anxieuses et les mauvais dormeurs.

Le thé vert

3834234745_3771bfe439.jpg

Le thé contient des substances de la famille des polyphénols, dont les catéchines, qui semblent pouvoir augmenter la dépense d'énergie comme la caféine (5). Les catéchines empêcheraient la dégradation de la noradrénaline un neurotransmetteur dont le rôle est d'activer les cellules graisseuses et de favoriser le déstockage des graisses. La catéchine efficace s'appelle épigallocatéchine gallate (ECGC) et elle agirait surtout en synergie avec la caféine (que le thé contient déjàa mais dans une quantité moindre que le café) (6). On peut donc se contenter du thé, mais pour un effet optimal, il faudrait soit boire du café et du thé au cours de la journée soit prendre un complément alimentaire qui contient les deux substances actives (caféine et ECGC). En raison des variations importantes selon les types de thés et leur mode de préparation il est difficile de déterminer combien de tasses de thé sont nécessaires pour un réel effet mais l'ECGC serait efficace dès 270 mg par jour.

Le piment

Vous avez des vapeurs après avoir mangé un plat pimenté ? Eh bien oui, ce n'est pas qu'une impression. Le piment modifie l'activité du système nerveux autonome et active la thermogenèse via la capsaïcine, son ingrédient actif (7). Comme le café il peut vous réchauffer en facilitant la perte de poids (8). L'effet est proportionnel à la dose mais si vous n'êtes pas habitué, augmentez votre consommation progressivement. Vous risqueriez un léger malaise gastrique. Prudence chez les personnes qui souffrent de maladie auto-immune car le piment facilite la perméabilité intestinale, donc ouvre la voie à la présence d'antigènes dans le sang, qui pourraient exacerber des réactions auto-immunes.

Le gingembre et le poivre noir

177639720_204e947bfd.jpg

Le gingembre contient du gingerol et le poivre noir de la pipérine. Ces deux ingrédients font partie de la même famille que la capsaïcine du piment même s'ils sont beaucoup moins puissants. Ils restent efficaces pour lutter contre le froid (9).

 

Les protéines

IMGP2092

Les protéines sont les macronutriments qui ont l'effet thermique le plus élevé comparativement aux glucides ou aux lipides. Ne les négligez donc pas en hiver. Les protéines animales se trouvent dans les viandes, poissons, laitages et oeufs, les protéines végétales dans les légumes à feuilles, le soja, les légumineuses accompagnées de céréales et les oléagineux secs.

 

 

Les oméga-3

1074141651_09210fd5ed.jpg

Les acides gras oméga-3 sont une famille de graisses polyinsaturées. Les oméga-3 dits "à longue chaîne" se retrouvent dans les poissons gras. Quelle est la caractéristiques de tous ces poissons riches en oméga-3 ? Ils nagent en eaux froides. En effet, les oméga-3 ont la particularité d'être très rapidement mobilisables par l'organisme en cas de besoin pour fournir de l'énergie. Ainsi, un bon stock corporel d'oméga-3 permet ainsi de mieux se protéger du froid (10, 11). Pour cela, vous pouvez consommer du poisson gras deux à trois fois par semaine, voire des capsules d'huile de poisson.

L'huile vierge de noix de coco

6404501009_9d0b9911fb.jpg

A l'inverse des oméga-3, les graisses saturées sont préférentiellement stockées plutôt qu'utilisées pour fournir de l'énergie. Il faudrait donc plutôt les réduire (viandes grasses, fromages, etc.) (12). Cependant, il existe un autre type de graisses saturées peu courantes dans l'alimentation qui sont elles capables de fournir de l'énergie très rapidement. Il s'agit des triglycérides à chaînes moyennes (TCM). Les TCM se trouvent en grande quantité dans l'huile vierge de noix de coco (que l'on se procure facilement en magasin biologique). Une étude a montré que la consommation de 5 à 10 g de cette huile aux trois repas principaux augmentait la thermogenèse de 5% (13).

 

 

Attention aux régimes

Vous êtes constamment fatiguée ? Vous avez toujours froid ? Si le phénomène perdure, vous devez consulter un médecin car ces symptômes peuvent signaler un trouble ou une maladie. En revanche, si vous suivez un régime amincissant drastique, la fatigue et le froid sont des symptômes normaux. Néanmoins ils vous fragilisent face aux affections hivernales : relâchez un peu vos efforts ou choisissez un régime plus souple.

 

 

Références: Article de  : Jacques Robert  Nutrition

 

 Pensées vers vous tous mes amis Paty

5890130187_8ee312d6c5.jpg

 

 

 

 

Voir les commentaires

Lutter contre la fatigue ...Suite !

4 Novembre 2014, 15:38pm

Publié par patybio

 

Lutter contre la fatigue ...Suite

 

 

 

Trois points permettent de relancer l’énergie dans le corps et de lutter ainsi contre les états de faiblesse, les coups de pompe et les petits accès de fatigue. 

Ces trois points sont à masser, ou mieux encore à tapoter, pendant quelques secondes. 

  • Les deux premiers points sont les Rein 27 (R27), Iu Fu. Ils sont situés de chaque côté du sternum dans le creux formé par la première côte et le bord inférieur de la clavicule, à environ 4 à 5 cm de la ligne médiane.
  • Le troisième point est le Vaisseau Conception ou Jenn Mo 21 (JM21), Tienn Tru. Il est situé sur le sternum trois centimètres environ sous le creux sus-sternal (bord supérieur du sternum).

Tapoter ces points apporte un soulagement immédiat à la fatigue. Cette manœuvre est à renouveler tant que la nécessité s’en fait sentir.

 


Automassage fatigue

 

Par la rédaction : Principe de Santé !

Voir les commentaires

Aliments bénéfiques pour le coeur  avec recettes de" Laure Martinat"

20 Octobre 2014, 12:02pm

Publié par patybio

photo-coeur.jpg

 

 

 

 

 

Mangez de bon cœur !

Par Laure Martinat     

 

 

 

Au début des années soixante, on commence à s’intéresser à l’effet des régimes alimentaires sur la santé cardiaque. On s’aperçoit ainsi qu’en Crète la mortalité par affections cardiovasculaires est vingt fois moins élevée qu’aux États-Unis. Depuis, de nombreuses observations ont permis de comprendre l’efficacité de certains aliments et de leurs associations. Voici ce que l’on peut en dire aujourd’hui et ne soyez pas surpris si cela remet en cause certaines idées reçues plus récentes…

 

Les aliments protecteurs

Certains aliments ont des propriétés spécifiques qui contribuent à la prévention des maladies cardiovasculaires : on parle d’aliments cardioprotecteurs. Sachant que toute maladie cardiovasculaire ne relève pas d’une seule et unique cause.

  • L’ail grâce à ses composés soufrés, fait diminuer le taux d’homocystéine dans le sang qui est un marqueur des maladies coronaires. Pour conserver toutes ses vertus mieux vaut le consommer cru !
  • En favorisant la fluidification du sang, l’ail, l’oignon et le pamplemousse limitent le risque de thromboses, mimant l’effet de l’aspirine au long cours.
  • Consommés quotidiennement, les raisins noirs pourraient prévenir l’hypertension artérielle. Dans la même optique, adoptez un régime pauvre en sel, principal facteur de l’augmentation de la tension.
  • Les polyphénols du chocolat noir (70 % de cacao minimum) expliqueraient ses vertus préventives et protectrices. Consommer 2 ou 3 carrés par jour ne peut donc être que bénéfique pour votre cœur. D’autant que la présence de nombreux minéraux comme le magnésium lui confère des propriétés antistress, autre facteur qui augmente le risque de crise cardiaque.
  • Enfin tournons-nous vers les aliments riches en fibres solubles : haricots, lentilles, aubergines, courgettes. Elles vont permettre d’abaisser le taux de cholestérol sanguin. L’avoine est riche en bêta-glucane, une sorte de fibres solubles qui agit comme un véritable piège pour le cholestérol.

 

Coup de cœur pour le thé

Noir ou vert, le thé est réputé prévenir les maladies cardiovasculaires grâce à la présence d’antioxydants à la fois abondants et variés. Les flavonoïdes diminuent le mauvais cholestérol en limitant son oxydation et augmentent le bon cholestérol ou HDL ce qui contribue à la bonne santé des artères, notamment celles du cœur : les coronaires. Les catéchines inhibent l’agrégation des plaquettes, diminuant les risques que ces mêmes artères se bouchent. Pour en bénéficier au maximum, il faut bien préparer son thé : 2 à 3 g de thé pour une tasse de 250 ml. Versez l’eau frémissante et non bouillante sur votre thé et laissez infuser au moins 5 minutes. Il faut le boire dans l’heure sinon les polyphénols disparaissent. Testez le thé au citron : il améliore l’absorption des polyphénols.   

 

 

 

Petit-déjeuner « Honolulu »

5 min de préparation
470 calories par portion / 1 portion

Quantité

  • 2 c. à café de graines de lin : 7 g
  • 1/4 de verre de céréales riches en fibres (type All Bran) : 20 g
  • 3/4 de verre de céréales à grains entiers : 24 g
  • 2/3 de verre de lait écrémé à 0 % : 170 ml
  • 1 banane ou autre fruit de saison : 150 g
  • 1 tranche de pain complet, sans sel de préférence : 45 g
  • 1 c. à café de purée d’amande : 5 g

 

DÉJEUNER (plat) Riz et lentilles aux herbes
Préparation : 10 min / Cuisson 15 min / Attente 10 min
390 calories par portion / 2 portions

Ingrédients

  • 2/3 de verre de riz basmati : 130 g
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive vierge extra : 15 ml
  • 1,5 c. à soupe de jus de citron : 1/2 citron
  • 1 c. à soupe de sauce soja faible en sodium : 15 ml
  • 1 c. à café de poudre de curry : 3 g
  • 1 verre de lentilles égouttées : 250 ml
  • 1 oignon vert tranché finement : 15 g
  • 1 gousse d’ail hachée finement
  • 1/4 de verre de persil plat frais haché finement : 22 g
  • 1 c. à café de basilic frais haché finement : 1 g
  • poivre au goût

Méthode

  1. Cuire le riz. Laisser reposer au moins 30 minutes au réfrigérateur (on peut faire cette étape à l’avance).
  2. Dans un petit bol, bien mélanger l’huile, le jus de citron, la sauce soja et la poudre de curry.
  3. Mettre le riz dans un saladier avec les lentilles, l’oignon vert, l’ail et les herbes. Verser la sauce par-dessus, poivrer légèrement, mélanger délicatement. Laisser reposer 10 minutes avant de servir.

 

Salade mixte (accompagnement)
Préparation : 10 min
110 calories par portion / 4 portions

Ingrédients

  • 4 poignées de mesclun (salades mélangées) : 100 g
  • 1 endive : 150 g
  • 1 fenouil : 360 g
  • 3 c. à soupe de vinaigrette à la moutarde : 45 ml
  • sel et poivre au goût

Avant de commencer Une mandoline vous sera utile pour émincer le fenouil.

Méthode

  1. Laver et sécher le mesclun, puis le mettre dans un saladier. Éliminer les fanes du fenouil et trancher le bulbe le plus mince possible à l’aide d’une mandoline. Déposer dans le saladier. Détailler l’endive en julienne et l’ajouter au reste.
  2. Verser la vinaigrette à la moutarde sur la salade, saler et poivrer. Mélanger le tout et servir.

 

 

Abricots parfumés à la cannelle (dessert)

Préparation : 5 min
Cuisson : 10 min / 80 calories par portion / 4 portions
Une courte cuisson fait ressortir la saveur des abricots même les moins mûrs, les rapprochant ainsi du goût prononcé des abricots secs.

Ingrédients

  • 16 abricots fermes et mûrs : 650 g
  • 2 c. à café de sucre : 8 g
  • 3/4 de c. à café de cannelle en poudre : 2 g
  • 1/2 verre d’eau : 125 ml

Méthode

  1. Laver les abricots rapidement. Les séparer en deux et éliminer le noyau. Les déposer dans une casserole avec le sucre, la cannelle et l’eau. Cuire à couvert à feu doux pendant 5 à 8 minutes, quand les abricots sont tendres.
  2. Servir avec son jus de cuisson, tiède ou à température ambiante

 

 

Potage épicé à la courge butternut (dîner)

Préparation : 10 min / Cuisson 70 min
110 calories par portion / 4 portions

Ingrédients

  • 1/2 courge musquée : 500 g
  • 2 gousses d’ail en chemise
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive : 15 ml
  • 1/2 oignon haché finement : 100 g
  • 1/2 c. à soupe de gingembre frais râpé : 7 g
  • 1 c. à café de poudre de curry : 3 g
  • 3 verres de bouillon de poulet peu salé : 750 ml

Méthode

  1. Préchauffer le four à 190 °C.
  2. Couper la courge en deux sur la longueur, éliminer graines et filaments, badigeonner d’huile, saler et poivrer. Placer les moitiés de courge sur une plaque, côté coupé vers le bas, avec les gousses d’ail en chemise en dessous. Cuire 45 à 50 minutes. Laisser tiédir, peler les gousses et les demi-courges, découper la chair en cubes d’environ 1,5 cm et réserver.
  3. Chauffer l’huile à feu moyen et y faire revenir l’oignon haché 5 minutes en remuant jusqu’à ce qu’il soit translucide. Ajouter le gingembre râpé et le curry. Cuire 1 minute en remuant. Ajouter la courge, l’ail et le bouillon. Mijoter à découvert 10 minutes.
  4. Réduire en purée à l’aide d’un robot. Allonger avec le bouillon si trop épais.

 

 

 

Voir les commentaires

10 aliments indispensables pour les coureurs

19 Octobre 2014, 16:23pm

Publié par patybio

course-a-pieds.jpg

 

 

     

 

         10 aliments indispensables pour les coureurs

site Today wecook

 

 

 

 

 

Que vous ayez juste commencé la course à pied ou que vous courriez déjà des semi-marathons, vous devez avoir remarqué l’importance d’une alimentation adaptée à votre mode de vie. Les sportifs, et en particulier les coureurs, ont besoin d’une énergie durable et d’une nourriture qui les aidera à récupérer après l’effort. Pour être au top de votre forme et voir vos performances s’améliorer, pratiquez nos conseils diététiques entre les entrainements en incluant ces 10 aliments indispensables.

saumon frais
 

Le saumon
Le poisson préféré des français l’est aussi des coureurs. Il est riche en oméga-3, les acides gras protecteurs du système cardio-vasculaire, et donc importants pour les sports d’endurance.

Fruits rouges
Les fruits rouges
Les fruits rouges sont à la fois très peu caloriques et très concentrés en antioxydants. L’idéal après une séance d’entrainement pour reminéraliser le corps et aider à la récupération musculaire. Pour faire des économies, et pouvoir en profiter même pendant les mois d’hiver, vous pouvez les acheter surgelés et les mélanger à vos desserts et yaourts.

assiette de broccoli
 

Les brocolis
Bonne source de vitamine C, de potassium et de fibres, le brocoli est un aliment à intégrer dans votre quotidien pour ses propriétés anti-inflammatoires exceptionnelles.

Pot de yaourt ouvert
 

 

Les yaourts
Le yaourt procure du calcium essentiel dans le maintient de la masse osseuse. Il fournit en plus des protéines, qui se chargeront de construire les muscles et les réparer après l’effort.

Entrecote de boeuf
 

 

La viande de boeuf
La viande de boeuf, si on choisit les parties les plus maigres, est l’une des meilleures sources de fer. Le risque d’anémie est particulièrement élevé chez les coureurs car le choc provoqué par l’impact lors de la course détruit une partie des globules rouges. D’où l’importance de faire le plein de ce minéral indispensable pour garantir une bonne endurance.

banane

Les bananes
La banane est l’une des meilleures sources d’énergie pendant l’effort. Elle est assimilée par le corps très rapidement et constitue donc un encas parfait avant une course. Le potassium qu’elle contient aide aussi à prévenir les crampes musculaires.

pâtes complètes

 

Les pâtes au blé complet (ou le pain complet)
Les sportifs ont besoin d’une bonne dose de sucres lents qui agiront comme un carburant durant l’effort. Les féculents complets sont de meilleure qualité que la baguette traditionnelle ou les pâtes raffinées. Ils sont plus riches en minéraux et en fibres bénéfiques pour le système digestif, et ils entrainent une sensation de satiété plus grande et durable.

patate douce
 

 

La patate douce
Autre excellente source de glucides complexes : la patate douce. Elle contient en plus de la vitamine A antioxydante, de la vitamine C et du calcium. Délicieuse cuite au four, en purée ou en frites !

Quinoa
 

Le quinoa
Pour les coureurs qui en ont marre des pâtes : essayez le quinoa ! Cette petite graine est aussi considérée comme un sucre lent. C’est un très bon apport de protéines, peu calorique et particulièrement digeste.

cuisson oeufs durs
Les oeufs

 
Les oeufs  sont sans doutes la meilleure source de protéines complètes : 6 g dans un seul oeuf dur, soit 10% des besoins quotidiens. La vitamine K présente dans les oeufs est vitale pour la santé osseuse. Ils contiennent aussi des acides gras intéressants et des acides aminés. En bonus, ils sont faciles à cuisiner et rapides à intégrer dans un repas !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Renforcer son système immunitaire pour prévenir la grippe !

10 Octobre 2014, 13:18pm

Publié par patybio

immunite.jpg

 

 

 

 

                                                                                                                                                          

                 Renforcer son système immunitaire pour prévenir la grippe

 

                                                                   Par Dr Jean-Claude Rodet

 

 

Cet article est paru sur le très bon site "Association Manger Santé" et découvert  sur le mur de " Vivre et santé"

 

 

 

 

La grippe ne survient pas par hasard. La grippe n’est pas un mal inévitable…

Comme la grippe des poulets et la grippe des porcs, la grippe humaine est une pathologie d’origine virale. Elle se déroule en 4 phases :

  • Incubation (phase silencieuse) durant 1 à 3 jours sans symptôme apparent
  • Manifestation de divers symptômes caractéristiques : frissons, douleurs musculaires, maux de tête, élévation brutale de température
  • État de « V grippal » : la fièvre tombe rapidement et remonte à 39-40°C au bout de 3-4 jours
  • Convalescence : disparition des symptômes et de la fièvre : mais persistance d’une grande asthénie durant parfois plusieurs semaines

Prévenir la grippe

La prévention doit être intelligemment planifiée pour être efficace. La première de toutes les règles d’hygiènes est le lavage des mains. Éviter les solutions alcoolisées et préférer les savons naturels à base d’huile d’olive, ou d’argan, ou le savon d’Alep. Le lavage doit être effectué avant et après l’utilisation des toilettes, après avoir magasiné, avant de préparer son repas et avant de manger. Les mains sont des propagandistes zélées des contagions.

D’autres mesures d’hygiène peuvent être également mises en œuvre :

  • Se vêtir de vêtements adaptés à la température du moment
  • Utiliser le sauna, à chaleur sèche de préférence (méthode utilisée très fréquemment en Finlande)
  • Effectuer une séance d’hydrothérapie du côlon (la médecine ayurvédique suggère les lavements intestinaux en prévention)
  • Lavage des narines avec de l’eau de mer (Plasma de Quinton Biocéan) pour assainir les voies respiratoires.

Alimentation et produits naturels

Insistons aussi surtout sur l’hygiène alimentaire et la prévention par le bon choix des aliments ou des superaliments adaptés à cette situation. Ainsi, il faut bien sûr adopter une alimentation équilibrée composée d’aliments réellement nutritifs et éliminer tous les pseudo-aliments type fast-food (né-faste food ?). C’est-à-dire, éliminer ou limiter la consommation de crèmes, desserts sucrés, sauces, graisses cuites, pour soulager le métabolisme qui doit mobiliser ses défenses immunitaires.

Puis, veillons à la qualité de la flore intestinale en utilisant des bactéries probiotiques bien identifiées, à efficacité reconnue, stables et en doses suffisantes.

Nous pouvons suggérer :

  • Des bactéries lactiques qui comprennent : L. Rhamnosus, S. Thermophilus, L. Delbruekii Bulgaricus, B. Longum qui a une bonne adhésion intestinale…)
  • La papaye fermentée (un stimulant immunitaire en cas de grande fatigue) recommandée par le Dr Luc Montagnié, prix Nobel de Médecine en 2008
  • L’extrait de pépins de pamplemousse, dont les principes actifs antifongiques et antimicrobiens sont très utilises comme produit d’hygiène et de désinfection
  • L’extrait de feuilles d’olivier : l’oleuropéine, substance contenue dans la feuille d’olivier, présente une action positive contre les bactéries, parasites, champignons, virus et se révèle un appui de grand intérêt pour l’immunité
  • L’ail : l’allicine contenue dans le bulbe est un antibiotique, antifongique et antiviral de renommée, mais à condition de la consommer sous la forme de la « moutarde du diable » : ail cru pilé avec du thym, du persil, de l’oignon, incorporés dans de l’huile d’olive et consommé en tartinade.
  • Le vinaigre umebosi : ce vinaigre japonais élaboré à partir de prune lactofermentée est recommandé par la médecine populaire asiatique macrobiotique contre les maux de gorge et les états grippaux
  • Le maïtaké : champignon médicinal japonais réputé adaptogène et stimulant immunitaire, dont l’efficacité est confirmée par diverses études asiatiques
  • La propolis pure, non diluée, 4 fois par jour, augmente la production d’anticorps et fonctionne comme un antibiotique
  • L’acérola biologique : vitamine C naturelle, 5 fois par jour : 20 fois plus de vitamines C que dans l’orange
  • Le vin rouge biologique très chaud : 1 verre au coucher (chauffé, avec de l’eucalyptus, du thym, de la cannelle ou de la girofle et additionné de miel bio -non pasteurisé- avant de le boire)
  • L’oligothérapie nous suggère l’emploi de Chlorure de Magnésium naturel (Nigari) : 1 verre de solution magnésienne matin et soir

L’utilisation de ces suppléments (et d’autres éventuels qui ne sont pas inscrits sur cette liste non exhaustive) s’inscrit dans l’approche de la santé holistique moderne qui est de rétablir les équilibres : faisons donc le choix intelligent de l’approche holistique.

Les aliments bien choisis sont notre première ligne de défense immunitaire. Les « superaliments » sont les outils de deuxième ligne de défense que nous offre la science moderne de la médecine holistique. Bien informés, nous sommes sur la bonne route de la santé.

Notre santé nous appartient !

 

 

Il est très important de toujours demander conseil à son médecin ou thérapeute santé avant la prise de complément alimentaires.Paty

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>