Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de patybio

Pause vacances

27 Avril 2011, 12:45pm

Publié par patybio

4362141118_d39be975f6.jpg

                                                                                     Bonjour à tous, 

 

            En ce moment mon blog est  un peu moins actif car je profite de mes enfants

                                        qui sont actuellement en vacances.

  Merci à vous tous pour vos gentils commentaires que j 'accueille avec  un grand plaisir Paty

 


 

Aimer un être,  c'est tout simplement reconnaître qu'il existe autant que vous

Simone Weil

 

3720168702_99b54e0a55.jpg

Voir les commentaires

Baume du tigre : Pour en finir avec les rumeurs

22 Avril 2011, 15:47pm

Publié par patybio

 

 

 

     Baume du tigre : Pour en finir avec les rumeurs -

 

                                                                    Par Léonard Katz - 

Le baume du tigre suscite de nombreuses rumeurs. Il serait interdit à la vente en France, il contient de l’opium ou trop de camphre… On en vient même à douter de son efficacité car trop de baumes du tigre de qualité discutable se vendent sous le manteau. Le baume du tigre est un des grands remèdes de la médecine naturelle qu’il faut réhabiliter.

Le baume du tigre ou baume essentiel ou baume chinois est réellement né en 1926 à Singapour après la découverte d’une formule chinoise utilisée depuis des siècles contre les douleurs. Il a été commercialisé à partir de cette date par la société Aw Boon Shaw sous le nom de baume du tigre (tiger balm) blanc et rouge.

De quoi est-il composé ?

Le véritable baume du tigre est en fait un mélange de camphre (entre 17 et 25 %), de menthol (de 8 à 12 %), d’essence de cajeput (entre 6 et 8 %), d’huile de menthe (entre 8 et 10 %), d’essence de clou de girofle (entre 1 et 2 %) et d’essence de cassis pour le baume rouge (entre 1 et 2 %). On utilise enfin de la paraffine pour fixer l’onguent (40 à 42 % du produit).

Comment le choisir ?

  • Les présentations : le baume existe en pots de verres (environ 20 g), en boîte en fer (10 et 20 g net), en huile (25 et 60 ml) et enfin en stick (20 g). Il n’y a aucune différence de produit entre ces différentes présentations. Tout est ici question de confort d’utilisation.
  • Les prix : ils sont variables. En gros, comptez entre 6 et 9 euros pour un pot de verre ou fer, de 8 à 12 euros pour l’huile et de 7 à 9 euros pour un stick.
  • Les origines : il vaut mieux privilégier l’origine de Singapour ou de Shanghai car il existe des copies thaïlandaises de mauvaise qualité ainsi qu’un onguent originaire du Maghreb dont la formule est totalement différente.

Le rouge ou le blanc ?

  • Le blanc sera plus utilisé pour les congestions nasales, sinusite, rhinite, torticolis, maux de têtes.
  • Le rouge sera plutôt conseillé pour les inflammations, douleurs musculaires et ostéoarticulaires ainsi que pour le mal de dos et les faiblesses lombaires.

Comment l’employer ?

Le baume du tigre s’emploie uniquement en traitement externe. Il est très efficace pour traiter :

  • Les douleurs musculaires.
  • Le mal de dos.
  • L’arthrite (il aide par son action à faire circuler le sang et l’énergie).
  • Les inflammations des tendons et des articulations.
  • Les maux de têtes : en application sur les tempes ou sur le front.
  • Il est également reconnu pour certains troubles ORL tels que la sinusite ou rhinite, ou la toux en application en friction sur la poitrine ou en inhalation.
  • L’emploi du baume n’est déconseillé qu’aux femmes enceintes et aux enfants de moins de 2 ans.
  • N’appliquez pas sur les muqueuses et les yeux, lavez-vous les mains après application et gardez le baume hors de portée des enfants.

 

Est-il interdit ?

Le baume n’est pas interdit à la vente en France. Les différents tests d’innocuité qui ont été réalisés concluent que moins de 0,5 % des cas testés ont déclenché une réaction cutanée.

Mode d’emploi : Le secret du baume

L’efficacité du baume dépend largement de la façon de l’appliquer.  

Ne cherchez pas à faire pénétrer le baume ni à masser la zone concernée comme avec une huile ou une pommade traditionnelle il faut frictionner/chauffer le baume !

  1. Prenez une noisette de baume et frictionnez très vite avec, par exemple, le tranchant de la main comme si vous vouliez couper la partie du corps que vous souhaitez traiter.
  2. Dès que vous sentez la chaleur arrêtez la friction, le baume fera le reste.

 Les conseils  de Paty :

Le  baume rouge je l'utilise lorsque j'aii une douleur spécifique...son efficacité est redoutable .

N 'oubliez pas de vous laver les mains ...car l 'odeur est très forte  et il tâche les mains !

 

 

                                             Bon week-end  à tous   Paty

212446072_8c22ce135d.jpg

Voir les commentaires

La paix toujours présente ...Par Arnaud Desjardins

19 Avril 2011, 08:30am

Publié par patybio

 

 

 

                    La paix toujours présente 

      Par Arnaud Desjardins

 

4530561447_54363011bc.jpg

 

 

« Personne ne vit dans le monde, chacun vit dans son monde ». Cette formule de Prajnanpad, qui fut son maître, est une des préférées d’Arnaud Desjardins qui se dirige allégrement vers ses quatre-vingt six ans et vient de publier un livre : « Cela sera le dernier », me dit-il lors d’une récente conversation téléphonique. Il fait la synthèse de ce qu’il a appris, reçu et transmis au fil d’une existence incroyablement riche et féconde. Après avoir réussi Sciences Po et des études de droit, il découvre les spiritualités orientales en particulier par les livres de Jean Herbert : le début de soixante ans de lectures qu’elles soient d’inspirations hindoues, bouddhistes, soufies, chrétiennes ou grecques anciennes mais aussi de retraites, de rencontres et de voyages à travers le monde entier de 1959 à 1975. Devenu réalisateur de télévision, il tourne en effet une série d’émissions consacrées à l’Inde spirituelle, puis aux maîtres tibétains en exil, aux soufis d’Afghanistan, pays alors paisible et accueillant, jusqu’au Japon où il découvre l’univers des temples zen. Ces films, qui connurent un grand succès lors de leur diffusion, lui permirent de rencontrer et vivre auprès de personnages exceptionnels tels la sainte Ma Ananda Moyi, le Dalaï Lama ou le maître zen Deshimaru, pour ne citer qu’eux. Il fera aussi passer leur message, qui deviendra le sien, par de nombreux livres et des enseignements oraux. Essayons de résumer celui-ci de façon radicale : les choses ne sont simples pour personne et nous vivons souvent des états d’angoisse et de souffrances psychosomatiques dues à l’envahissement de nos émotions, pensées en boucle et obsessions. Comment s’en libérer ? En découvrant qu’il existe en nous-même un espace qui correspond à un niveau de conscience plus vaste, hors du temps et libre des frustrations et peurs. Derrière notre petit ego vain, agité, préoccupé, futile… il existe un autre Moi fait de paix, de silence, de sagesse et de sérénité. Il s’agit donc de redécouvrir sans cesse cet espace de liberté calme en nous. Sans cesse, car ce travail intérieur est toujours à refaire. C’est là tout le sujet de ce rare témoignage, qui nous enseigne à retrouver un équilibre fondamental orienté vers l’essentiel. Marc de Smedt

 


Ci-dessous voici un extrait de l’introduction du livre :

Voici donc « encore un livre d’Arnaud Desjardins pour dire toujours la même chose ». Pas tout à fait la même chose, pas tout à fait de la même manière. Et, comme personne n’est tenu, pour lire un livre, d’avoir appris par coeur les précédents du même auteur, il n’est pas inutile d’entendre et de ré-entendre encore des vérités dont nous pouvons vérifier par nous-mêmes la véracité et dont nous pouvons nous imprégner au point qu’elles nous transforment de l’intérieur.

Cet ouvrage s’apparente donc à une suite de lettres collectives, de longues lettres écrites à certains de ceux qui cherchent une aide pour se transformer intérieurement, se libérer de leur peur, s’établir dans la paix intérieure et l’amour qui n’ont pas de contraire. Il fut un temps où ce genre de livre avait une certaine originalité. Aujourd’hui ils paraissent au milieu de beaucoup d’autres qui s’inspirent plus ou moins directement de sources semblables. Mais si cette littérature ne rencontre en France aucune restriction, l’idée même de la relation maître et disciple est encore sujette à caution. Puissent ces pages, entre autres, pacifier et rassurer certaines inquiétudes à cet égard.

Transmettre un enseignement quel qu’il soit, depuis la médecine ou la prise de vues photographiques jusqu’aux figures du patin à glace, demande l’utilisation d’un vocabulaire précis et de termes techniques auxquels chacun donne exactement le même sens. Il devrait en être de même dans une école de sagesse mais c’est loin d’être le cas. Il s’agit le plus souvent de doctrines et de pratiques qui ont été ; à l’ origine, très rigoureusement exprimées dans des langues autres que le français contemporain : sanscrit ou pali, hébreu, arabe, grec ancien ou latin, chinois, etc. Les traductions ont varié avec les traducteurs : le même terme sera rendu dans notre langue par âme, esprit ou conscience. La grammaire sanscrite, par exemple, inclut le genre neutre : dire ou écrire le brahman, c’est déjà le mettre au masculin. Ni le sanscrit ni l’arabe ne connaissent la distinction des majuscules et des minuscules. Les ouvrages de spiritualité en langue française les utilisent généreusement et plus ou moins arbitrairement. Les mots yoga ou karma sont-ils des mots sanscrits ou des mots français d’origine sanscrite ? Et cette question se pose aujourd’hui pour beaucoup d’autres termes.

D’autre part, à travers l’Histoire, chaque tradition s’exprimait dans sa langue et chaque disciple, moine ou ascète s’en tenait à celle-ci. Aujourd’hui ceux et celles qui, par exemple, frappent aux portes de notre « ashram » d’Hauteville ont entendu des conférences, lu des livres, participé à des séminaires concernant un éventail d’idées d’origines diverses et sont positivement sensibles à certains mots qui ont pour d’autres une résonance affective pénible, si ce n’est douloureuse ou même insupportable, à commencer par le plus connu (et le plus diversement interprété) de tous, le mot Dieu.

Pour évoquer la « Réalité Ultime » qui est le fondement de notre conscience d’être individuelle, chacun a ses termes préférés et ceux qu’il rejette : Dieu, l’Absolu, l’Infini, l’Éternel, le Divin, l’Atman (avec la majuscule arbitraire) ou le Soi (éventuellement le Soi Suprême), le Royaume des Cieux qui est au-dedans de nous, le Non-Né, la Nature-de-Bouddha, la vraie nature de l’esprit, l’Esprit (à rigoureusement distinguer de l’âme), l’Essence, et d’autres encore. Pour tenir compte de ces différences, j’ai été amené, même au service d’un enseignement précis parmi d’autres aussi valables, à faire moi-même usage de ces expressions variées comme si elles étaient synonymes. Mais je sais, bien entendu, à quel point elles ne le sont pas pour un théologien. L’important, quand on a face à soi des hommes ou des femmes avec leurs difficultés existentielles, leurs souffrances et leur soif d’une autre qualité de vie, est de montrer une possibilité de libération potentielle en tout être humain, non d’enseigner une doctrine de manière académiquement correcte.

Or il se trouve que, si des hommes et des femmes qui fréquentent notre ashram n’ont aucune préparation philosophique ou théologique, quelques-uns ont déjà, au contraire, des convictions arrêtées en ce domaine. Les dénominateurs communs à tous sont l’insatisfaction - souvent une souffrance durable -,l’espérance d’un changement possible et une nostalgie de quelque chose de plus qu’une psychothérapie. L’enseignement métaphysique non dualiste ultime, tel qu’il a été formulé autant par des maîtres hindous que bouddhistes, est que, tout étant évanescent, « il n’y a ni création ni dissolution, il n’y a pas d’asservissement, personne accomplissant une pratique spirituelle, personne cherchant la libération et personne qui soit libéré » . La voie, les pratiques, les efforts « héroïques »,les progrès ne sont alors que des aspects du rêve dont il s’agit de s’éveiller. Selon cette perspective radicale, toutes les pages qui vont suivre ne concerneraient que l’illusion d’un ego cherchant à rejoindre ce qu’il est déjà. Mais ce dérisoire s’appliquerait aussi à l’asthanga marga (le célèbre « octuple chemin ») proposé par le Bouddha. Cet ensemble de pratiques persévérantes devient dans cette optique aussi étrange qu’un manuel enseignant à la vague comment rejoindre l’océan alors qu’elle est l’océan, qu’elle demeure

en lui et qu’il demeure en elle dans la perfection de la non-séparation. En vérité, pour qu’un ego (même « illusoire » ou « irréel ») puisse tourner toute son attention, toute son énergie psychique vers sa source, vers le Soi (adhyatma), il faut que cette énergie soit puissante et unifiée, libre des pensées, émotions, désirs et peurs habituels (vasana et sankalpa).

En un sens, tout ce qui est évoqué ou décrit dans les différents chapitres qui vont suivre concerne une préparation à la plongée directe et irréversible dans la profondeur de la Conscience. A chacun de découvrir si sa propre expérience s’exprime, selon les images classiques, comme la goutte d’eau qui a rejoint l’océan, la jarre pleine d’eau immergée dans la mer et dont la paroi se brise supprimant ainsi la séparation ou le fleuve qui, bien qu’ayant atteint l’océan et se fondant en lui, continue à couler vers lui.


                            Réf : La paix toujours présente - Arnaud Desjardins - éd. La Table Ronde

4845798923_2967ea693a.jpg


Voir les commentaires

Rencontre avec 3 profs d'université à Londres...A méditer !

17 Avril 2011, 09:11am

Publié par patybio

 

 

            Rencontre avec 3 profs d'université à Londres

 

                                                 d 'après  Christian Godefroy,

3662156062_1860dd83df.jpg

  Un jour, Lawrence LeShan, le célèbre
  scientifique auteur de "How to
  meditate", m'a dit:
   
    "Christian, les gens qui vont manger
  toujours la même cuisine réduisent leur
  champ de conscience.
   
    Pour le développer, tu dois
  expérimenter des choses nouvelles.
  Manger japonais, coréen, libanais,
  inden... Que sais-je encore.
   
    L'habitude endort notre conscience, la
  nouveauté la stimule".
   
    J'ai bien appris la leçon et hier
  soir, à Londres, nous avons été
  manger... Turc.
   
    Intéressante cuisine toute en saveurs.
 
   
    Nous avions 3 voisins flamboyants.
  L'un d'eux parlait si fort et de manière
  si claire que nous avons vite compris
  qu'il était prof d'université. Difficile
  de ne pas entendre sa conversation.
   
   
    Prof d'université? Mais quelle
  aubaine... nous qui hésitions toujours
  entre plusieurs universités!
   
    Emilia, qui a un sens aigü du contact,
  repère un appareil photo que tenait l'un
  d'entre eux.
   
    "Voulez-vous que nous fassions une
  photo de vous 3?"
   
    "Bien volontiers, merci beaucoup!"
   
    On fait une première photo, pas
  terrible à cause du contre jour. On les
  déplace, on fait la deuxième photo -
  impeccable, ils nous remercient, et Alex
  se lance:
   
    "J'hésite entre plusieurs universités.
  J'ai cru comprendre que vous êtes
  professeurs d'université. Puis-je vous
  demander conseil?"
   
    Les 3 profs étaient professeurs à
  l'université de... Cambridge, l'une des
  2 plus fameuses d'Angleterre!
   
    Ils ont gentiment passé du temps à
  donner leur opinion, quelquefois avec un
  humour et un sens de la litote tout
  anglais...
   
    Avouez que le "hasard" fait bien les
  choses... Mais il faut savoir l'aider
  pour qu'il se transforme en chance!
   
    Sans la prise de contact d'Emilia nous
  n'aurions jamais eu leurs conseils... Et
  sans l'avis de Lawrence LeShan, prof
  d'université lui aussi, nous n'aurions
  sans doute pas été manger dans un
  restaurant turc :)
 
    Faites suivre...
   
©2011 Christian Godefroy, Chesières
Reproduction autorisée sans aucune modification du texte
et avec la mention de l'origine: www.cpositif.com

 

 

Bon dimanche à tous Paty

3658800033_1622aea530.jpg


Voir les commentaires

Les allégations nutritionnelles

14 Avril 2011, 15:25pm

Publié par patybio

 

 

 

 

 

                                             Les allégations nutritionnelles

 

2635394397_d0e46c863c.jpg

 

 

 Article extrait du site de la Nutrition  : Manger et Bouger


Ce qu’on appelle les allégations nutritionnelles, ce sont ces messages qu’on entend dans les publicités ou qui sont écrits sur les emballages, comme par exemple « riche en vitamines » ou « allégé en sucre ». Il faut savoir que ces allégations sont très encadrées par la réglementation.

 

Ces informations sont intéressantes mais à prendre avec précaution, pour deux raisons :


Il n’existe aucun aliment miracle

Certains aliments peuvent bien sûr apporter des compléments intéressants, notamment dans le cadre d’alimentations spécifiques (régimes, allergies, carences…) mais pour la plupart d’entre nous, l’important c’est surtout l’équilibre général sur la journée, voire sur la semaine. Un aliment en particulier ne remplacera pas les apports d’une alimentation conforme au PNNS, dont les recommandations ont été pensées au global pour satisfaire l’ensemble des besoins.

Attention à ce qui n’est pas dit !


Un aliment promu à la télé comme « riche en calcium » est peut-être plein de sucres et de matières grasses et ça, a priori, on ne vous le dit pas. Il est souvent trompeur de réduire un aliment à l’une de ses composantes nutritionnelles.

 

Mangerbouger vous aide néanmoins à décrypter quelques informations importantes, pas toujours évidentes à comprendre et à distinguer :


Les informations sur le sucre:

  • « Sans sucres » : l’aliment est très peu sucré, il ne contient pas plus de 0,5 g de sucres pour 100 g ou 100 ml de produit.
  • « Allégé en sucre » : il contient au minimum 30% de sucres en moins qu’un produit similaire. Cela ne signifie pas que le produit est peu sucré mais qu’il peut constituer une alternative intéressante à la consommation des produits « standards ».
  • « Sans sucres ajoutés » : le produit n’a pas été additionné de sucres ou de matières sucrantes lors de sa fabrication, mais il peut contenir les sucres naturellement présents dans les aliments qui ont servi à le préparer (jus de fruits, compotes…).

Les informations sur le sel

  • « A teneur réduite en sel / sodium  » : il contient au minimum 25% de sel en moins qu’un produit similaire. Il est potentiellement toujours salé mais moins que la majorité des produits équivalents.
  • « Pauvre en sel / sodium » : l’aliment ne contient pas plus de 0,12 g de sodium pour 100 g ou 100 ml de produit (soit 0,3 g de sel pour 100 g ou 100 ml de produit).
  • « Sans sel » : l’aliment ne contient pas plus de 0,005 g de sodium pour 100 g ou 100 ml, ce qui est très faible.

Les informations sur les matières grasses

  • « Sans matière grasse  » : l’aliment contient moins de 0,5 g de lipides pour 100 g ou 100 ml de produit, ce qui est effectivement très peu gras.
  • « Allégé en matières grasses » : il contient au minimum 30% de matières grasses en moins qu’un produit similaire.
  • « Pauvre en matières grasses » : l’aliment ne contient pas plus de 3 g de lipides pour 100 g ou 1,5 g pour 100 ml de produit.

Quelques autres allégations

  • « Source de vitamines et/ou minéraux » : si les teneurs de l’aliment en vitamines et/ou minéraux concerné sont significatives (au moins 15 % des apports journaliers pour 100g).
  • « Source de fibres » : si la teneur en fibres est supérieure ou égale à 3 g pour 100 g ou à 1,5 g pour 100 kcal.
  • « Source d’oméga 3 » : si la teneur en acide alpha-linolénique (ALA) est supérieure ou égale à 0,3 g pour 100 g, 100 ml ou 100 kcal ou si la teneur en acide docosahexaénoïque (DHA) est supérieure ou égale à 0,018 g pour 100 g, 100 ml ou 100 kcal.
  • « Riche en… » : si l’aliment contient 2 fois ou plus les valeurs définies pour « source de … ».

 

 

 930680266_7bd9a99ac1.jpg

Voir les commentaires

Etiquetage nutritionnel...Ce qu’il faut comprendre

13 Avril 2011, 07:39am

Publié par patybio

4305591083_74efcd6274.jpg

 

 

   

                      Etiquetage nutritionnel...Ce qu’il faut comprendre

  

                            d 'après le site de la nutrition " Manger-bouger"

 

Programme national nutrition santé

     

Pas toujours facile de s’y retrouver dans l’étiquetage nutritionnel ?

C’est vrai que les informations ne sont pas toujours compréhensibles, et que ces étiquettes sont parfois très complexes.

Manger bouger vous aide à comprendre les principales informations à retenir.


  

La liste des ingrédients :

 

Elle est obligatoire. Ce sont tous les composants qui entrent dans la fabrication du produit alimentaire. Les ingrédients y sont présentés par ordre décroissant d’importance : le premier nommé est celui qui est le plus important en quantité, et ainsi de suite.


L’étiquetage nutritionnel

Il concerne toutes les informations apparaissant sur l’étiquette et relatives à la valeur énergétique et aux nutriments. L’étiquetage nutritionnel est à ce jour facultatif. Il devient obligatoire sur l’étiquette lorsqu’une allégation nutritionnelle figure dans l’étiquetage, la publicité ou la présentation du produit.


Ce qu’il faut retenir !

Ces différentes informations peuvent être précieuses, notamment si l’on suit un régime ou si on est allergique à ces certains aliments. En revanche, les informations concernant par exemple les vitamines, les minéraux ou les micro-nutriments sont intéressantes mais pas forcément utiles si on ne tient pas une compatibilité précise des apports dans la journée ce qui est, dans les faits, quasiment impossible ni même souhaitable.


Le plus intéressant sur les emballages, c’est de regarder les taux de sucres et les taux de graisses pour 100g ou 100 ml de produits, et, quand vous avez le choix, de comparer les produits entre eux.


Par exemple, vous pouvez vous rendre compte rapidement qu’un jus de raisin contient en moyenne 15 g de sucres pour 100 ml, tandis qu’un jus d’orange contient en moyenne 10 g pour 100 ml, soit 30% de sucres en moins.


 

                               Ouvrez l 'oeil et le bon  lorsque vous faites vos courses !

                      Restez attentif aux nouveaux produits allégés souvents nocifs à la santé.

Il est préférable de réduire la quantité d 'un excellent aliment comme  ex : Les huiles de premières pressions à froid ...que de le supprimer complètement pour éviter des carences par la suite !                                        

 

Bon mercredi à tous Paty

3325801960_9ed64f1975.jpg


Voir les commentaires

Nos enfants nous accuseront ...d 'empoisonnement !!!

12 Avril 2011, 08:55am

Publié par patybio

 

 

 

                                                          Deux vidéos alarmantes  ....Extrait du film :

                      Nos enfants nous accuseront d 'empoisonnement !!!!

 

 


 

 

 

 

Prendre le temps de réfléchir avant de faire ses courses  ...est primordial !

Pensez à faire une liste et respectez là au maximum !

On peut manger sainement sans trop dépenser, il suffit de changer certaines de nos habitudes et d 'apprendre très tôt aux enfants ce que je nommerai  :  "Le bien Manger"

Les enfants sont des éponges ils absorbent nos comportements... en les reproduisant plus tard inconsciemments !

Vous pouvez retrouver mes recettes saines faciles  à réaliser avec vos enfants

ainsi que mes conseils d 'hygiène de vie sur ce blog

 

 

Bonne cuisine et excellente journée Paty

 

2346502332_d1b0826a87.jpg  

Voir les commentaires

Fermez Simplement ... votre Bouche

11 Avril 2011, 13:57pm

Publié par patybio

 

 

 

 

 

4783021831_5cd35f6899.jpg


             Fermez Simplement ...votre Bouche
 

La bouche est vraiment très très significative, parce que c'est là où la toute première activité se met en place, vos lèvres ont commencé cette première activité. Tout ce qui englobe la région de la bouche participe au début de toute l'activité: vous avez aspiré, sucé, pleuré, vous avez commencé à chercher ? tâtons le sein de la mère. Et votre bouche est toujours dans une activité frénétique.

Toutes les fois où vous vous asseyez pour méditer, toutes les fois où vous voulez être silencieux, la première chose est de fermer la bouche complètement.

Si vous fermez la bouche complètement, votre langue touchera le haut du palais, les deux lèvres seront complètement closes et la langue touchera le haut du palais. Fermez-la bouche complètement - mais cela peut être fait seulement si vous avez suivi tout ce que je vous ai dit, pas avant cela.
Vous pouvez le faire - fermez la bouche n'est pas un très grand effort. Vous pouvez vous asseoir comme une statue, avec une bouche complètement close, mais cela n'arrêtera pas l'activité. Profondément à l'intérieur penser continuera et si le processus de penser continue, vous pouvez sentir des vibrations subtiles dans les lèvres. Les autres peuvent ne pas être à même de l'observer parce qu'elles sont très subtiles, mais si vous pensez alors vos lèvres tremblent un peu - un frémissement très subtil.
Lorsque vous vous détendez vraiment, ce frémissement s'arrête. Vous ne parlez pas, il n'y a aucune activité en vous. Et alors vous ne pensez pas.
"Que ferez-vous ?" - les pensées vont et viennent. Laissez-les aller et venir, là n'est pas le problème. Vous ne devez pas vous impliquer, vous restez à distance, détaché. Vous les observez simplement aller et venir - elles ne vous concernent pas. Fermez la bouche et restez silencieux. Peu à peu, les pensées cesseront automatiquement. Elles ont besoin de votre coopération pour être là. Si vous coopérez, elles seront là, si vous vous battez contre elles, elles seront également là - parce que ces deux attitudes sont des coopérations: l'une avec, l'autre contre. Toutes deux sont une forme d'activité. Observez simplement.
Mais fermer la bouche est très utile. Aussi, dans un premier temps, comme j'ai observé beaucoup de personnes, je vous suggérerai d'abord de bailler. Ouvrez votre bouche aussi largement que possible, tendez votre bouche aussi largement que possible et baillez complètement. Cela commence même ? faire mal. Faites cela deux ou trois fois. Cela aidera la bouche ? rester fermé pendant plus longtemps. Et ensuite pendant deux ou trois minutes, baragouinez à voix haute, dites du charabia, du non-sens. Quoi que ce soit qui vous vienne à l'esprit, dites le haut et fort et appréciez-le. Fermez alors la bouche.
Il est plus facile de commencer depuis l'opposé. Si vous voulez détendre votre main, il est préférable de la crisper d'abord aussi fort que possible. Serrez le poing et laissez-le être crispé aussi longtemps que possible. Faites simplement l'opposé et détendez-vous ensuite. Vous atteindrez ainsi une relaxation plus profonde du système nerveux. Gesticulez, faites des grimaces, des mouvements, des contorsions du visage. Baillez, dites deux ou trois minutes de non-sens, de baragouin et fermez ensuite la bouche. Cette tension vous donnera une possibilité plus profonde de détendre les lèvres et la bouche.

Fermez la bouche et ensuite soyez simplement un observateur.

Bientôt un silence descendra sur vous.

Soyez passif…tout comme vous vous asseyez au bord d'une rivière, la rivière coule et vous observez simplement. Il n'y a aucun désir, aucune ardeur, aucune urgence. Personne ne vous force. Même si vous manquez le but, il n'y a rien de manqué. Vous observez simplement, vous regardez simplement. Même le mot "regarder" n'est pas le bon mot, parce que l'idée même de regarder donne un sentiment d'être actif. Vous regardez simplement, n'ayant rien à faire. Vous êtes simplement assis au bord de la rivière, vous regardez et la rivière coule. Ou vous regardez passivement le ciel et les nuages passent.
Cette passivité est très très essentielle, cela doit être compris, parce que votre obsession pour l'activité peut devenir une ardeur, peut devenir une attente active. Alors avez laissé passé l'essentiel, alors l'activisme est entré de nouveau par l'escalier de service. Soyez un observateur passif.
Cette passivité videra automatiquement votre mental. Les vagues d'activité, les ondulations d'énergie mentale, baisseront peu à peu et la surface tout entière de votre conscience sera sans aucune vague, sans aucune ondulation. Elle devient comme un miroir silencieux."


 

Osho, Extrait de: Tantra: The Supreme Understanding

                                         

 

 

                                                                               Bon début de semaine à tous Paty3328855469_26cd60ab2e.jpg

Voir les commentaires

Initiation en vidéo au Hatha Yoga....

10 Avril 2011, 12:00pm

Publié par patybio

 

 

 

 

 

Voici un extrait pour découvrir une variante du yoga :  Hatha yoga

 

 

   Retrouvez des informations intéressantes à découvrir,

       sur le blog de mon ami  "J.C  Léglise" :

                               http://lesfiches-santenaturelle.com/link

 

           Chaque goutte  de sève contient la plénitude de l'arbre entier.

 

3839518715_fbb3333d51.jpg

Voir les commentaires

Remède d 'autrefois...Le drainant de Paracelse

8 Avril 2011, 06:59am

Publié par patybio

 

 

                Élixir essentiel : le drainant de Paracelse

  5746378917_186990182b.jpg


 Jusqu’à la Renaissance, c’est la théorie des humeurs de Galien qui dominait la théorie médicale. Paracelse révolutionna la médecine et conserva quelques bonnes recettes. L’élixir essentiel, retrouvé dans un écrit de Paracelse, est l’un d’eux. Destiné à l’époque à corriger les excès de table et à atténuer l’effet des poisons, c’est surtout un drainant et un formidable hépatoprotecteur.

Au Moyen-Âge, la théorie médicale en vigueur se fonde sur les préceptes élaborés par le médecin antique Galien. Cette théorie subtile, dite des « quatre humeurs » est basée sur les quatre éléments : feu, terre, air et eau dont tous les corps sont formés. À ces quatre éléments correspondent quatre qualités élémentaire (chaud, froid, sec et humide) auxquelles sont associées quatre humeurs : le sang, le flegme, la bile jaune, et l’atrabile ou bile noire. La maladie est la rupture de cet équilibre que le traitement doit rétablir. Les thérapeutiques mises en œuvre étaient basées sur l’utilisation de plantes qualifiées elles aussi de chaudes, de froides, de sèches et d’humides selon le type de déséquilibre contre lequel elles étaient utilisées.

Les déséquilibres les plus fréquents étaient en fait le résultat d’excès de table, de l’ingestion de produits pas très frais ou de tentatives d’empoisonnement, ce qui était très fréquent à l’époque. Les « excès de bile » se traitaient par des saignées ou grâce à des élixirs de plantes.

 

La recette de Paracelse

C’est la formule de l’un de ces élixirs que le Dr Gil Arnaud, herboriste et bibliophile, a retrouvé dans un écrit du médecin alchimiste Paracelse. Même si celui-ci ne croyait pas en la médecine de Galien, il conserva certaines recettes qui avaient soulagé les malades. L’élixir est en fait un super-drainant qui permet au foie de se nettoyer des polluants qu’il stocke. Le foie est le premier organe à être touché lors d’intoxications diverses : alcooliques, alimentaires, médicamenteuses… 

 

Cinq plantes courantes

La recette est un mélange pourtant tout simple de cinq plantes.

 

  • L’artichaut

L’artichaut contient de la cynarine qui stimule les sécrétions biliaires, de l’insuline, des substances azotées. Son goût amer est considéré comme essentiel au bon fonctionnement de l’organisme pour maintenir l’équilibre métabolique du système digestif, désintoxiquer l’organisme, favoriser la régularité intestinale et fortifier l’organisme. Certains acides contenus dans l’artichaut aident à activer les fonctions du foie pour lutter contre les troubles hépatobiliaires.

 

  • Le chardon Marie

D’un point de vue plus scientifique, le fruit de cette plante renferme trois subs­tan­ces bénéfiques pour le foie, réunies sous le nom de silymarine. La silymarine est hépatoprotectrice : elle permet une guérison plus rapide des hépatites et des cirrhoses en favorisant la reconstruction du foie.

Elle favorise l’écoulement de la vésicule biliaire et, à ce titre, est active en cas d’insuffisance hépatique.

 

  • La bardane

La racine très allongée, riche en po­lyè­nes et acides alcools, détermine l’activité thérapeutique de la bardane. Les acides phénols favorisent l’élimination des toxines au niveau du foie (cholérétiques) et des reins (diurétiques). La racine de bardane est donc utilisée à juste titre en cas d’acné, d’eczéma, de furoncle et d’autres affections de la peau.

 

  • La prêle

Cette plante contient le plus grand taux de silice organique végétale. Élément majeur dans toutes les structures de soutien de l’organisme, une cure permet de faire face à des carences. C’est aussi un excellent antioxydant, agissant contre le vieillissement des tissus, des artères et des articulations.

 

  • La menthe poivrée

Favorise la digestion, soulage les nausées, calme les douleurs, traite les infections respiratoires et gastro-intestinales, l’eczéma et l’insuffisance hépatopancréatique. 

Depuis que l’« élixir essentiel » a été ressuscité, les utilisateurs ont constaté des vertus antiallergiques, digestives, contre les maux de ventre, de tête, sur le foie d’alcoolique, les fièvres, les maladies de peaux et le retour de forme. 

Par François Lehn (article de plantes et Santé)

 

                            Pour les personnes intéressées voici les coordonnées du point de vente :

  • Infos et point de vente :

Élixir essentiel
Les Huiles Essentielles
1 rue 4 Alliances
26200 Montélimar

Tél. : 04 75 51 20 09

 

 

                 La fantaisie est un perpétuel printemps

 

                                                   Excellente journée parfumée Paty

Le bonheurest un rayon de soleil que la moindre ombre vient intercepter ; l'adversité est quelquefois la pluie du printemps.

 

426681957_f5b4acde95.jpg

Voir les commentaires

1 2 > >>