patybio.over-blog.com

 

 


Bienvenue à tous,

  262305 247006511979816 100000114082023 1138577 1517032 n 

 

 Sur ce site vous trouverez les "Mille et une facette de Paty".

En effet, on pourra y  voir apparaître aux fils des jours et des saisons, 

 toute une kyrielle d 'articles traitant aussi bien  :

de la phytotherapie,

la cuisine saine et bio,

les compléments alimentaires,

les huiles essentielles, 

les cosmétiques naturelles,


Bien être,


le sport,

  La méditation,

les lectures ,
 
Les citations,

Les musique de relaxation etc...

 

 


        Tous ce qui peut  tourner autour de la devise
          "Mens sana in corpore sono" 

 

 

 

 

J 'aurai du plaisir à partager et lire vos commentaires 

 

 261411 168693236529670 109156979149963 377253 6430745 n

             

  

 

 

Conseils d 'hygiène vie

Samedi 28 avril 2012 6 28 /04 /Avr /2012 18:09

 

Une bombe dans vos intestins

 

Article écrit par : Jean-Marc Dupuis

 

6517297305_70ce6e14d2.jpg

Les bouleversements de notre mode de vie en quelques générations ont abouti à une effrayante intoxication de nos organismes.

Les trois facteurs principaux sont :

  1. le stress et le manque d'activité physique réparatrice ;

  2. l'augmentation des polluants, à commencer par les métaux lourds, dans l'air, l'eau et les aliments que nous consommons ;

  3. une nourriture mal supportée par nos intestins, entraînant l'inflammation du tube digestif, de la porosité intestinale, source d'innombrables maux.

Mais votre corps ne reste pas passif. Au contraire, il ne cesse de vous envoyer des signaux de détresse ! Diarrhées, constipation, douleurs abdominales, ballonnements, flatulences et mauvaise haleine, maux de tête, insomnie, fluctuation d'humeur sont, entre autres, ses façons de vous crier : AU SECOURS !

Déjà le médecin Grec Hippocrate l'avait compris il y a 2500 ans, et les dernières recherches en nutrition ne font que le confirmer encore et encore : vous ne pouvez être en bonne santé que si votre système intestinal fonctionne bien.

« Selon toute vraisemblance », disait Hippocrate, « la source des maladies ne doit pas être ailleurs que dans les vents ou les pets selon qu'ils sont en excès ou en défaut, ou qui entrent dans le corps trop nombreux ou souillés de miasmes morbifiques. ».

Retenez bien cette dernière phrase ! Elle est C-A-P-I-T-A-L-E. Quand Hippocrate dit « Les pets entrent dans le corps », il veut dire que votre intestin n'est pas une barrière imperméable. Au contraire : lorsque se produit une fermentation malsaine de votre nourriture, des toxines, en quantité importante, pénètrent dans votre sang puis dans le reste de votre organisme, où elles peuvent s'accumuler et provoquer de graves dégâts.

Une preuve extrêmement concrète de ce dérèglement est qu'une mauvaise digestion, entraînant de mauvaises odeurs dans l'intestin, provoque le plus souvent une mauvaise haleine. Tout simplement parce que les gaz malodorants vont passer dans votre sang puis se retrouver dans vos poumons

Le problème est que ces mauvais gaz se retrouvent aussi ailleurs dans votre organisme, où ils sont stockés, dans les articulations par exemples. Ils ne sont pas éliminés entièrement par l'haleine, loin de là.

Des selles normales ne sentent pratiquement pas

Il est donc important de préciser que les selles normales ne sentent pratiquement pas. Des gaz et des selles malodorantes sont un signe de dérèglement.

Pour rétablir l'équilibre, éliminez de votre alimentation les aliments que vous ne tolérez pas : bien souvent, l'aide d'un nutritionniste sera nécessaire pour le diagnostic mais sachez que les intolérances alimentaires les plus courantes concernent les céréales raffinées, en particulier le blé riche en gluten, et les produits laitiers. Il faut alors les supprimer pendant trois à quatre semaines pour observer le résultat.

Simultanément, il est indispensable de soigner son hygiène de vie, en faisant plus d'exercice physique doux (au contraire, les efforts physiques violents aggravent l'inflammation), en respirant mieux (cohérence cardiaque), en prenant le temps de se préparer à manger et de mâcher.

Pour restaurer la qualité de la muqueuse intestinale, privilégier des aliments anti-inflammatoires (noix et poissons riches en oméga-3, légumes cuits, salades, épices douces) et des tisanes (acore, ortie, achillée).

Il sera enfin nécessaire, dans la plupart des cas, de réensemencer sa flore intestinale avec de bon probiotiques.

Votre flore intestinale, cadeau de naissance ou cadeau... empoisonné ?

Quand vous étiez dans le ventre de votre mère, votre tube digestif était stérile. Mais 72 heures après votre naissance, il contenait déjà 1000 milliards de bactéries et levures, provenant, pour les enfants nés par voie naturelle, de la flore vaginale de leur mère.

La flore vaginale étant étroitement dépendante de la flore intestinale, les mères ayant une bonne flore intestinale la transmettent donc à leur enfant à la naissance. Si au contraire elles ont elles-mêmes des souches de bactéries et levures pathogènes (causes de maladies), les bébés les auront aussi. Pour les enfants nés par césarienne, la microflore provient de l'environnement, et donc de l'environnement hospitalier.

Cette flore intestinale d'origine hospitalière peut avoir des conséquences douloureuses sur tout le reste de l'existence, si elle n'est pas corrigée à temps. Par la suite, la flore intestinale évoluera selon l'alimentation, les maladies, et bien sûr les médicaments qui seront pris (antibiotiques en particulier).

Les aliments riches en fibre sont bons pour la flore intestinale, ainsi que les aliments lactofermentés (choucroute, cornichons, olives...).

Toutefois, il peut se produire des situations où il sera nécessaire d'apporter à votre flore des ingrédients ciblés pour l'aider à retrouver en peu de temps un équilibre durable.

Que doit contenir un bon produit « probiotique »

Ces ingrédients ciblés pour rétablir un équilibre durable de la flore intestinale sont :

  1. les souches « probiotiques » qui sont peut-être en quantité insuffisante (en particulier chez les bébés nés par césarienne ou d'une mère qui avait elle-même une flore déséquilibrée et dans tous les cas où la microflore a été altérée par des facteurs endogènes ou exogènes) : 5 biotypes bactériens ont été particulièrement éprouvés par des tests cliniques, à savoir 4 bactéries du groupe lactique : Lactobacillus acidophilus, Lactobacillus paracasei, Lactobacillus plantarum et Bifidobacterium lactis ; ainsi qu'une bactérie du groupe propionique : Propionibacterium freudenreichii.
  2. des cofacteurs métaboliques qui sont indispensables à la croissance de la microflore probiotique : oligosaccharides prébiotiques, vitamines du groupe B, magnésium et manganèse ;

  3. des cofacteurs physiologiques destinés à protéger et à régénérer les entérocytes formant la muqueuse intestinale : phospholipides, lactoferrine, glutamine, immunoglobulines issues du colostrum, caroténoïdes et vitamines du groupe B.

Cette combinaison d’ingrédients actifs agissant en synergie est particulièrement favorable à une régénération rapide de la microflore intestinale, en particulier lorsqu’elle a été profondément altérée.

La qualité se paie

De façon générale, les choses de bonne qualité, ou perçues comme telles, coûtent cher.

Cette règle s'applique à peu près dans tous les domaines, que ce soit l'immobilier, les voitures, les vêtements, la nourriture et la plupart des choses que vous pouvez acheter.

Mais à l'occasion, une exception peut arriver. Parfois, cette exception est simplement une astuce marketing pour vous faire croire que vous allez recevoir plus que pour la valeur de votre argent.

Par exemple, un vendeur de voiture va essayer de vous présenter son modèle comme équivalent à celui d'une autre marque, beaucoup plus cher, tout en vous disant que vous aurez les mêmes options pour la moitié du prix. Sur le coup, vous pouvez commencer à penser que ce qu'il dit est vrai.

Mais quand vous creusez un peu plus, vous découvrez que les équipements de cette voiture ne sont pas vraiment de la même qualité. Et quand vous conduisez cette voiture, la tenue de route ne vous paraît pas du tout la même que celle d'un véhicule plus cher.

Je ne suis pas en train de faire de la réclame pour une marque de voiture en particulier. Mais je voulais attirer votre attention sur le problème des soldes et promotions en général, qui peuvent être trompeuses. Donc, devant une belle promotion, soyez particulièrement sur vos gardes, et vérifiez la qualité avant de vous jeter dessus.

Dans le monde complexe des compléments alimentaires, il est important pour vous de connaître les tactiques des vendeurs de pilules.

Les tactiques des vendeurs de pilules

Du 29 novembre au 1er décembre 2011 a eu lieu à Villepinte, le grand parc d'exposition au nord de Paris, le salon « Food Ingredient Europe ». Alors qu'il n'y avait que quelques dizaines d'exposants il y a une quinzaine d’années, ce type de salon en compte aujourd'hui plusieurs centaines provenant de tous les continents et qui proposent toutes sortes d’ingrédients naturels extraits d’organismes végétaux et animaux. A chaque édition, ce salon, qui s'adresse aux professionnels des compléments alimentaires, propose de nouveaux ingrédients toujours plus performants et sophistiqués.

La plupart des ingrédients nouveaux s'accompagnent d'études cliniques qui démontrent leur efficacité sur la santé. On constate également un très grande progression dans la qualité des ingrédients.

Mais la chose la plus frappante est que les prix de ces ingrédients vont largement varier pour des produits identiques, suivant leur origine, leur pureté et les études scientifiques dont ils ont fait l’objet.

Imaginez par exemple que votre médecin vous recommande de prendre du calcium. Parmi les produits pharmaceutiques et les compléments alimentaires, vous trouverez différentes formes de calcium, mais à des prix très différents, selon qu’il s'agit de phosphate de calcium, chlorure de calcium, sulfate, carbonate, ou encore de citrate, glycérophosphate, gluconate ou pidolate de calcium ! (Soit dit en passant : ce sont les 3 dernières formes qui sont les meilleures pour la santé).

Cette confusion est un vrai problème car, ni vous ni votre médecin ne pouvez le savoir ; ces différents ingrédients n'ont pas les mêmes propriétés. Ils n'interagissent pas de la même façon avec les autres nutriments que vous allez consommer. Votre corps ne les assimile pas tous aussi bien, c’est ce qu’on appelle la biodisponibilité. Or, sur la boîte, le fabricant n'indique pas nécessairement la forme précise de l’ingrédient que contient son produit. Il peut simplement marquer calcium, et le nombre de gram mes par portion.

Certaines formes sont bon marché, d'autres relativement chères et un fabricant peu scrupuleux n'hésitera pas à vous vendre la forme la moins chère, tout en vous faisant croire qu'elle a les mêmes effets que les autres, ce qui est faux.



Le risque, du côté du patient, est qu'il finisse par en déduire que ces compléments alimentaires « ne marchent pas » et que, dépité, il retourne à la pharmacie chimique.

Le risque des gélules et comprimés de probiotiques

Avec les probiotiques, qui sont formés de microorganismes vivants, c'est encore pire.

Une étude de 2010 a démontré que la plupart des probiotiques vendus dans le commerce ne contiennent pas assez de bactéries vivantes pour avoir un quelconque effet.

Mais faut-il s'en étonner ?

La majorité des probiotiques sont aujourd'hui vendus sous forme de gélules ou de comprimés.

Dans les comprimés, il y extrêmement peu de bactéries vivantes car la pression qui est nécessaire pour former le comprimé fait monter la température au dessus de 50°C et tue une grande partie d’entre elles.

Il est donc quasiment impossible d'avoir des comprimés de probiotiques performants.

Certains fabricants prétendent avoir trouvé la parade en vendant des comprimés de probiotiques qui ont été préalablement protégés par micro-encapsulation. Le problème est que ce traitement augmente de façon démesurée le volume qu'occupent les probiotiques. Pour en avaler la quantité nécessaire (au minimum 1 milliard), il vous faudrait avaler 100 comprimés par jour.

Que penser des probiotiques en milieu liquide ?

Dans un milieu liquide fermenté (par exemple à base de lait animal ou végétal), les bactéries probiotiques ne peuvent pas se conserver longtemps. Les différentes souches en présence vont transformer les sucres et les protéines du milieu, en acides organiques et en eau oxygénée que les bactéries ne supporteront pas longtemps.

D’autre part, il n’est pas possible de maintenir un mélange de souches probiotiques en équilibre dans un milieu liquide car chacune d’entre elles évolue différemment au cours de la fermentation et de la conservation.

Si on prend le cas du yaourt classique, qui ne contient que deux souches bactérienne (Lactobacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus), non seulement elles ne sont que très faiblement probiotiques, mais après leur conservation qui va du lieu de fabrication à votre assiette (plusieurs semaines), la survie des bactéries et l’équilibre entre souches sont fortement altérées ; ce qui ne permet pas de régénérer la flore intestinale, mais seulement d’entretenir des conditions de pH bénéfiques à l’intestin.

Pour agir efficacement sur la microflore intestinale, plusieurs conditions doivent être réunies :

  • Il faut un ensemble de souches bactériennes éprouvées cliniquement et à caractères probiotiques complémentaires (capables de se développer dans le mucus et d’adhérer à la muqueuse intestinale, inhibiteurs de germes opportunistes et pathogènes, stimulant de l’immunité, etc.).

  • Il faut une population bactérienne élevée : 1 milliard de bactéries est un minimum en dessous duquel l’effet est quasi nul ; 10 milliards est préférable et garantit une efficacité élevée lorsque votre flore intestinale est profondément déséquilibrée. Car il faut se rappeler qu’au cours de leur trajet dans le système digestif, les bactéries vont subir des inhibitions (pH gastrique, sécrétion biliaire) qui vont détruire les plus faibles d’entre elles.

  • Il est nécessaire d’y adjoindre un ensemble d’ingrédients qui vont permettre aux bactéries probiotiques de se fixer et de se développer rapidement dans l’intestin (calcium, magnésium, manganèse, acides aminés, lactoferrine, phospholipides, qui sont doués chacun de propriétés particulières).

  • Le tout doit être conservé sous forme de poudre lyophilisée conservée en sachets étanches, sous atmosphère d’azote, à l’abri de la lumière, de l’oxygène de l’air et de l’humidité. Pour cela les sachets comportent trois couches (polyéthylène – aluminium – polyéthylène) qui assurent une excellente imperméabilité tout en évitant le contact entre les bactéries et l’aluminium qui a un caractère toxique.

  •  

  • Comment ne pas gâcher d'argent avec les probiotiques

    Des centaines d'euros sont gâchés chaque année par des personnes qui prennent des probiotiques, mais les avalent au mauvais moment, ce qui réduit leur efficacité à presque rien :

    Les lecteurs de S&N le savent : les probiotiques sont largement détruits par l'acidité d’un estomac fermé, c'est-à-dire au moment où celui-ci produit beaucoup du suc gastriques (riche en acide chlorhydrique) pour digérer les aliments.

    Il est donc très important d’avaler les probiotiques lorsque l’estomac est vide, autrement dit le matin au moment où vous vous levez. Le pH de votre estomac est alors proche de la neutralité. Mais plus important encore, la porte qui ferme votre estomac (le pylore), et qui empêche la nourriture de passer dans l'intestin avant qu'elle ne soit digérée, est ouverte à ce moment-là.

    Il convient donc de diluer le probiotique en poudre dans un verre d'eau tiède à environ 35 °C (pour raviver les bactéries, sans les tuer ni par l’eau froide, ni par l’eau chaude), puis d’avaler le contenu du verre qui passera directement dans votre intestin, à travers le pylore ouvert ! Vos probiotiques resteront sains et saufs. Ils pourront ensuite voyager tranquillement le long de votre intestin grêle, pour arriver à destination, dans votre colon, où ils pourront poser leurs valises, s'installer... et avoir beaucoup d'enfants.

    Vous constaterez d'ailleurs qu'en Inde, on consomme une forme particulière de lait fermenté appelé lassi, très riche en probiotiques. Ce lait fermenté se boit avant le repas, et vous savez maintenant pourquoi.

    La querelle du Bifidus

    Certaines personnes se méfient aujourd'hui des probiotiques à cause d'une campagne menée contre les fabricants de yaourts au bifidus. Des chercheurs se sont en effet aperçus que la flore intestinale des personnes obèses contient une quantité anormalement élevée de bifidobactéries (bifidus actif).

    Des messages circulent depuis, sur Internet, qui expliquent que les probiotiques sont utilisés dans les élevages industriels pour faire grossir les cochons, et qu'en consommer entraînerait chez l'être humain les mêmes conséquences. Mais, comme dans toute polémique, il y a de vrai et du faux.

    En fait, les bactéries de type « bifidus » sont importantes et bénéfiques chez les nourrissons et les très jeunes enfants. Des études ont montré que les populations d’enfants allergiques présentent une flore intestinale moins riche en bifidobactéries que les enfants non allergiques. Mais plus tard, avant l’adolescence, il reste bon de n’en consommer qu’occasionnellement, d'où le soulagement intestinal que beaucoup d’enfants et d'adultes ont éprouvé en consommant leurs premiers yaourts au bifidus actif.

    Cependant, consommer quotidiennement des yaourts au bifidus risque de déséquilibrer la flore et de favoriser la prise de poids. Les mêmes réserves s'appliquent aux laits fermentés sucrés, mais cette fois, c'est le sucre ajouté que contiennent ces produits qui pose problème, car les enfants qui en consomment souvent risquent de prendre du poids de façon irréversible.

    Quelle marque choisir ?

    Pour nous résumer, ma conviction est qu'il faut rechercher un produit s'approchant le plus possible des critères que j'ai énoncés ci-dessus, à savoir :

    • comporter au moins 5 souches bactériennes aux performances probiotiques avérées, et dont la concentration voisine 10 milliards de bactéries par prise quotidienne ;

    • contenir des prébiotiques (oligosaccharides) et les facteurs de croissance (minéraux, oligoéléments, vitamines, acides aminés) qui vont stimuler le développement des bactéries probiotiques une fois qu'elles arrivent dans le côlon ;

    • fournir aussi des substances participant à la régénération de la muqueuse intestinale (phospholipides, lactoferrine, immunoglobulines issues du colostrum, glutamine, vitamines du groupe B) ;

    • se présenter sous forme de poudre, conditionnée en sachet étanche sous atmosphère d’azote, afin d’en assurer une longue conservation, même sans précautions particulières au cours d’un voyage.

    Et surtout, être fabriqué à partir des ingrédients les plus biodisponibles, indépendamment de leur prix de revient.

    A votre santé !

    Jean-Marc Dupuis

  • Je vous donne ce lien pour les personnes intéressées par un complexe probiotique de qualité énoncé dans cet article !

     
  • http://www.lorica.fr/produit.php?id=64 

"La symbiose entre notre flore intestinale et notre organisme : à la source de notre vitalité !"

Photo-KIRLIAN.jpg

Par patybio - Publié dans : Conseils d 'hygiène vie - Communauté : Santé et Guérison
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Samedi 7 avril 2012 6 07 /04 /Avr /2012 18:22

 

L’état de notre santé dépend-elle de notre digestion ?

 

                                  Extrait du livre d'Eric Darche "La digestion clé de notre santé"

 

6076536904_2cb5ce5e3b.jpg

 

 

 

De plus en plus, le grand public prend conscience du lien intime qui existe entre la santé et la qualité des aliments, de la différence des produits (raffinés, d’origine biologique), de la diversité et de l’équilibre, des classes d’aliments.

Mais, une autre notion comme la digestion doit impérativement être prise en compte pour s’assurer une réelle et authentique santé.

Tant que l’on souffre de divers troubles digestifs chroniques (ballonnements intestinaux, brûlures, aigreurs d’estomac, diarrhée, constipation), l’on ne peut atteindre un niveau de santé optimal. En effet, tous ces troubles démontrent des difficultés de digestion, pouvant être à l’origine d’une grande déperdition d’énergie, d’inflammations de la muqueuse digestive, de toxines diverses nées de digestion incorrecte, etc.

 

Exemple :

Si la digestion de fruits ou d’amidons est entravée, au lieu d’obtenir normalement des sucres simples (glucose, lévulose, galactose) qui pourront être facilement absorbés, il se produit :

· de l’oxyde de carbone,

· de l’acide oxalique,

· de l’acide acétique,

· de l’alcool,

occasionnant des malaises tels que ballonnements intestinaux, avec émission de gaz malodorants, diarrhées, etc.

Le processus digestif peut être perturbé pour une raison ou une autre, en raison :

· d’une mauvaise mastication,

· d’une incompatibilité dans les associations alimentaires,

· d’absorption de liquides trop abondante pendant les repas,

· d’un stress important inhibant la sécrétion des sucs digestifs, (dans ce cas il y aura une augmentation du processus normal de fermentation et de putréfaction avec production décuplée de toxines).

Dès que les cellules du foie (nommées cellules de Kupfer), ainsi que les cellules du tissu lymphoïde intestinal (follicules solitaires et plaques de Peyer) sont dépassées dans leur fonction détoxinante, il se produit une intoxication de l’organisme par le passage de poisons intestinaux dans les humeurs (sang, lymphe, liquide interstitiel). On parlera alors de toxilymphémie.

Par la suite, ces toxiques nés de digestion incorrecte, pourront être éliminés par les muqueuses (membranes qui tapissent la face interne de tous les organes creux du corps) :

- tube digestif,

- appareil respiratoire,

- utérus…

Celles-ci jouent, vis-à-vis des surfaces intérieures, le même rôle protecteur que la peau pour les surfaces extérieures.

Certaines sécrétions sont digestives, d’autres sont des sécrétions de défense qui ont pour rôle d’agglomérer les premières, isoler les substances nocives, neutraliser les acides et les diluer. D’autres sécrétions représentent l’expulsion des déchets dont l’organisme tente de se libérer.

Ces sécrétions se présentent sous forme de mucus.

L’irritation de la muqueuse par les toxines qui l’encombrent va provoquer une inflammation ou état catarrhal (lié aux écoulements), et pourra donner lieu à différents troubles provoquant des attaques de la sphère O.R.L déclenchant :

- des sinusites,

- des rhino-pharyngites,

- des otites,

- des conjonctivites.

En effet, lors de l’augmentation du processus normal de fermento-putrescence, il se produit une prolifération intense de virus et de bactéries coliques mais aussi entériques, causée par l’installation dans le grêle d’une flore de type fécale, car les bactéries qui peuplent le caecum et le côlon ascendant, migrent dans l’intestin grêle (d’après les travaux de la Doctoresse Kousmine).

En raison de l’inflammation de la muqueuse digestive, ces bactéries pourront s’étendre de proche en proche, de muqueuse en muqueuse, car elle tapisse la bouche, la gorge, l’œsophage, l’estomac, les intestins jusqu’au rectum, et même, se prolonge à l’intérieur des organes féminins.

Cette « ligne de protection » du tube digestif s’étend au-delà de la bouche, jusqu’au nez, aux yeux, et aux paupières. L’inflammation peut même atteindre les oreilles par les conduits internes tels les trompes d’Eustache ! Toutes ces régions corporelles sont donc intimement reliées les unes aux autres.

Selon le Docteur Seignalet, cet apport supplémentaire de déchets bactériens, et alimentaires en provenance de l’intestin grêle, peut être à l’origine de nombreux états pathologiques.

 

On pourra assister à diverses pathologies :

- d’élimination (sinusites, rhino-pharyngites etc.),

- d’encrassage (arthrose, fibromyalgie, goutte etc.),

- auto-immunes (sclérose en plaque, maladie de bassedow etc.).

En règle générale, l’évolution des maladies auto-immunes est de type inflammatoire chronique.

Dans son livre, « Sauvez votre corps » (Ed. J’ai lu), la Doctoresse Kousmine relate l’histoire de certains de ses patients guéris de maladies très graves.

 

Pour ce faire, on aura recours à des périodes de jeûne ou de diète, accompagnées de corrections alimentaires favorisant une meilleure digestion. Des compléments alimentaires doivent être proposés pour combler les carences en nutriments (vitamines, minéraux, enzymes, corps gras, etc.) On procédera dans certains cas à des lavements étalés sur quelques jours. La Doctoresse Kousmine signale qu’elle a également recours aussi en tant que médecin, à différentes mesures spécifiques (traitement médicament) (traitement médicament etc.) en fonction des personnes et des particularités de chacune.

L'amélioration de la digestion contribue à favoriser la guérison de nombreuses pathologies associé à des traitements spécifiques liés à chaque pathologie.

Cette doctoresse a signalé dans son livre « Soyez bien dans votre assiette » Ed. Tchou, que les souris cancéreuses supportent des doses de poisons intestinaux mortelles pour les souris saines. La tumeur pourrait apparaître ici comme une mise entre parenthèse de nombreux toxiques intestinaux, afin d’éviter qu’ils ne se retrouvent dans la circulation générale.

La doctoresse Kousmine précise : « Un tissu cancéreux est donc capable de capter les micro-organismes et les toxines en circulation dans le sang, mes expériences sur les souris cancéreuses m’ont permis de démontrer cette propriété ».

Elle a également procédé à plusieurs reprises, à des biopsies ou prélèvements de fragments de tissus tumoraux, pour des analyses approfondies. Ses recherches ont permis de découvrir régulièrement des bactéries (colibacilles, corynebactéries, etc.) que l’on trouve habituellement dans l’intestin grêle (duodénum et jéjunum).

L’intoxication intestinale, pourrait expliquer, pourquoi les cancers concernant les organes de la digestion comme le pancréas et le foie, sont parmi ceux qui « tuent » le plus vite. En effet, ces organes sont en permanence imprégnés et empoisonnés par le « bain » toxinique d’origine gastro-intestinal dû à l’indigestion chronique. À cela se rajoute les substances toxiques alimentaires (conservateurs, additifs, pesticides, métaux lourds, etc.) ainsi que ceux provoqués par les aliments grillés, brûlés, caramélisé, etc.

Comme l’a relevé Robert Masson, le manque de fibres dans l’alimentation, favorise la stagnation des matières fécales contre la muqueuse du côlon. Certains de leurs composants peuvent être cancérigènes du fait de la dégradation pathologique des sels biliaires ou tout simplement d’un accroissement excessif des phénomènes de fermentation et de putréfaction.

Le contact prolongé de ces composants est susceptible de participer au déclenchement du cancer du côlon et de l’intestin grêle. Bien qu’il puisse y avoir de nombreuses causes au déséquilibre de la flore intestinale, la carence en fibres y contribue de façon importante.

Bien des personnes acceptent de vivre au quotidien avec toutes sortes de symptômes en relation avec des troubles digestifs chroniques (ballonnements, gaz, diarrhées chroniques, etc.) sans prendre conscience qu’à terme elles ne pourront jamais vraiment recouvrir une bonne santé. Tous ces troubles chroniques favorisent le manque d’assimilation et les carences organiques, l’altération du bol alimentaire et de la flore intestinale, et l’intoxication permanente de l’organisme.

Ces symptômes sont à l’origine d’inflammations et d’irritations chroniques des tissus, contribuant à l’apparition de pathologies plus ou moins graves pouvant aller jusqu’au cancer.

Il ne s’agit pas ici de faire naître la panique ou la crainte d’hypothétiques pathologies plus ou moins graves, mais au contraire de favoriser l’application de tous les facteurs contribuant à assurer une digestion parfaite sans aucun symptôme signalant des troubles digestifs. La normalité devrait être le bon état de santé et non le fait de partager des symptômes courants avec le plus grand nombre.

 

Pour être vraiment en bonne santé, il semble illusoire de n’accorder de l’importance qu’uniquement aux aliments. Il sera donc nécessaire et impératif, de favoriser et de respecter toutes les règles régissant une bonne digestion, sans laquelle aucun produit alimentaire ne peut réellement profiter à l’organisme.

 

Eric Darche

Naturopathe Spécialisé en Nutrition

http://www.ericdarche.com/

 

 

 

                                « La santé, c'est un esprit sain dans un corps sain. »

 IMGP1844

Par patybio - Publié dans : Conseils d 'hygiène vie - Communauté : nature et bien être
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mercredi 14 mars 2012 3 14 /03 /Mars /2012 18:23
 
 
 
Le curcuma une panacée a utiliser au quotidien
 
5900514708_68e2512ca4.jpg
Par patybio - Publié dans : Conseils d 'hygiène vie - Communauté : Naturopathie Holistique
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Lundi 5 mars 2012 1 05 /03 /Mars /2012 14:03
Un partage utile pour aider des personnes qui sont malades ou tout simplement pour stimuler les points reflexes !
reflexologie palmaire droite
Par patybio - Publié dans : Conseils d 'hygiène vie - Communauté : nature et bien être
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Jeudi 1 mars 2012 4 01 /03 /Mars /2012 15:04

 

 

Comment booster vos performances intellectuelles ?

264693_10150248461034383_292437974382_7291761_3283656_n.jpg

 

Vous passez votre temps à chercher vos clés, vous préparez un examen… Quel que soit votre âge ou votre activité, la phytothérapie et les huiles essentielles vous seront d’un grand secours.

Que vous ayez du mal à retenir vos pages de cours ou votre liste de courses, à vous concentrer ou à retrouver le nom de l’auteur du livre que vous êtes pourtant en train de lire, il existe des moyens naturels de booster votre mémoire… À chacun son remède !

♦ VOUS ETES IRRITABLE, SURMENE(E), STRESSE(E) et vous vous énervez de ne plus trouver rapidement les noms propres, les titres de livres et de films que vous venez de lire ou de voir.

PHYTO

Faites-vous préparer la formule :

EPS ginseng EPS cassis aa qsp 150 ml

⇒ Prenez 1 cuillerée à café diluée dans 1 verre d’eau le matin et à midi pendant 3 semaines.

AROMA

⇒ Diffusez dans l’atmosphère pendant ½ heure plusieurs fois par jour une quinzaine de gouttes d’huile essentielle de bois de rose, de lavande, de petit grain ou d’ylang ylang à la maison, au bureau, dans votre voiture.

⇒ Appliquez 2 gouttes d’HE d’épinette noire sur vos reins le matin après la douche.

⇒ Avalez 1 goutte d’HE de cannelle de Ceylan dans ½ cuillerée à café de miel 1 à 2 fois par jour, une dizaine de jours de suite.

⇒ Supplémentez-vous en magnésium : Prenez 2 comprimés de Mag LP 100 le matin, 2 le soir pendant 15 jours, puis 1 matin et soir pendant 2 à 3 mois.

 

VOUS ETES ANEMIE(E), CARENCE(E) EN FER 

⇒ Si vos résultats sont faibles, complémentez-vous en un bon fer, bien assimilable.

Fer aminocomplexé : 1 par jour pris au repas de midi, sans café ni thé au cours ou juste après ce repas et, en revanche, croquez 1 comprimé de vitamine C (acérola) en début d’après-midi, et ce pendant au moins 3 à 6 mois.

 

Retrouvez l'article complet de Danièle Festy dans Rebelle-Santé N° 143 (mars 2012), avec des conseils spécifiques pour ceux qui préparent un examen, ceux dont la thyroïde fonctionne au ralenti, des conseils généraux sur l’hygiène de vie, l’alimentation et les compléments nutritionnels.

Par patybio - Publié dans : Conseils d 'hygiène vie - Communauté : Famille Trucs et Astuces
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Samedi 25 février 2012 6 25 /02 /Fév /2012 20:33

Se soigner avec les jus frais selon l'Ayurveda


Une autre « pharmacie dans la cuisine » : découvrez des recettes de jus de fruits, de légumes ou d’herbes, boissons délicieuses et pleines de vertus.

Parmi les 5 thérapies élaborées avec des aliments, la plus efficace, la plus puissante et la plus rapide d’action est « swarasa ». SWARASA signifie : jus de fruits et de légumes frais. Ils sont dits « frais » parce qu’il s’agit de les boire aussitôt préparés, quand ils sont concentrés en énergie pranique. Les jus en brique ou en bouteille ne contiennent plus de « prana » (énergie vitale) et plus de vitamine C. Il vous faut donc une centrifugeuse, un mixeur ou un extracteur de jus. Il faut les boire de préférence pur, c’est-à-dire sans eau.

On va y ajouter certaines choses qui vont améliorer leurs pouvoirs thérapeutiques.
Ces substances ajoutées sont dites « yogi vahi ». Cela signifie qu’elles ont le pouvoir d’augmenter la qualité de l’aliment ou du médicament.
Ainsi, le miel est un très bon véhicule. Il augmente le pouvoir d’assimilation.
Le citron est un bon catalyseur. Il permet une meilleure assimilation et une meilleure fixation sur les tissus.
Le sel de mer, tonifiant, est à ajouter à un jus régénérant. Le sel de l’Himalaya permet de mieux pénétrer le foie et les reins.
Le miel, le citron et le sel permettent de mieux fixer les éléments énergétiques dans les régions qui en ont le plus besoin.

Exemples :
 
⇒ LE JUS DE DATTES
De saveur douce et un peu astringent, il équilibre les 3 doshas et renforce tous les tissus. Il est riche en magnésium, ce qui est bon pour lutter contre le stress et la dépression. Il renforce l’immunité. Il est riche en fer et renforce le tissu sanguin en cas d’anémie. La datte est un fruit très régénérant, même pour le tissu reproducteur, ce qui en fait un bon atout pour les femmes après l’accouchement et pour les personnes convalescentes. Préparer la veille au soir 10 dattes écrasées sans le noyau dans 100 ml d’eau (2 verres) et le lendemain matin boire le jus avec de la poudre de cardamome, 1 c. à café de miel et une pincée de sel de roche.

 

⇒ LE JUS D’ÉPINARD
C’est le remède de choix contre la constipation avec inflammation (brûlure gastrique). Il soigne l’anémie et la baisse d’énergie. Il se prend avec 1 c. à café de miel, 1 c. à café de sucre, une pincée de sel et une autre de cumin.

 

⇒ LE JUS DE PERSIL
Il est apaisant pour la physiologie et le mental. Il est diurétique et permet de nettoyer le système urinaire. Il aide à digérer et soigne les flatulences. Il traite les parasitoses et les infections intestinales. De saveur douce et chaude, il équilibre vata et pitta. Prendre 1 c. à café avant les repas avec ½ c. à café de miel et du sel de roche.

Article de Rebelle-Santé

 

Lire l’article de Geneviève Martin dans Rebelle-Santé 143 (mars 2012).

 

 

 

Et les fruits passeront la promesse des fleurs

MALHERBE

 

Bonne soirée et très bon dimanche ...Pensées vers vous tous Paty

478270846_faad1b58dd.jpg

 

Par patybio - Publié dans : Conseils d 'hygiène vie - Communauté : partage
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires

Créer un Blog

Recherche

Texte Libre

 Il ne suffit pas d'engranger les récoltes du savoir, du savoir- faire ni de vendanger les fruits du savoir-être et du savoir- devenir, encore faut il accepter de les offrir pour s'agrandir ensemble jacques Salomé

 3886387485_df1a4bf520.jpg

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>

Recettes à succès

Pour accéder au recettes directement  

cliquez sur les titres

 

 

  Petits gâteaux aux poires et farine de petit épeautre

  IMGP3183

Galettes de quinoa aux carottes et poireaux

  Galettes de quinoa aux carottes et poireaux

 

 Crumble aux fruits rouges et muesli Bio ! 

         

  IMGP3144

 

Le gâteau d 'anniversaire aux pommes en forme de rose

 

IMGP1642

 

Citrons farcis à la tomate , feta et olives

IMGP2502

 

 Maestro basilic en cuisine Petits cakes

 IMGP2164

Tarte aux tomates, poivrons, origan et thym frais

   IMGP2365

 Petits sablés aux huiles essentielles de citron

 

IMGP1644

 

Cake aux fruits rouges  

 

IMGP2585

Riz aux graines d Amarante,tomates cerises et poivron jaune

IMGP2268

  

Galettes de flocons d Azukis à la ciboulette et menthe

IMGP2329

 

 Boulettes de viande aux graines de sésame,tournesol et algue ! 

 

  IMGP1795  

 

 Gratin de courgettes au chèvre,et graines de tournesol

 

IMGP1825

 

Deux recettes au choix pour vos soirs d été

IMGP2494

 

IMGP2412

 

 

Nid de crevettes fraîches sur duo de poivrons rouges et verts

IMGP2527

 Paniers farcis à la viande, olives et graines de courge

IMGP2387

 

   Salade printanière de quinoa aux petits légumes

 IMGP1850

 

Les linguines au pesto

Bruschette aux artichauts

Ballotins de saumon au chèvre frais et pamplemousse

 

 

La recette du mercredi avec vos enfants: Les pancakes  

 

IMGP1862

 

 pâtes au saumon basilic parsemés d' algues rouges

IMGP1897

 

Salade au Gomasio, huile de Sésame et Cameline

 

 salade gomasio

  Une de mes petites douceurs au huiles essentielles de citron

IMGP2523

 La recette du mercedi :Tarte à la tomate et basilic

tarte tomate suite

 

 

Salade de carotte aux fleurs séchées!

 IMGP1962

 

Conchiglioni farcis à la feta et graines de tournesol

 

IMGP1936

 

Le pain Essene

 

IMGP2079

 

  Risotto Arborio printanier aux asperges

 

IMGP2073

 

 

Pitas à la farine de quinoa et sel de Guérande

IMGP1951-copie-1

 

Quiche aux courgettes, feta, ciboulette et olives vertes

 IMGP1966

 

 

  

 

Fraises en robes de chocolat noir

 

IMGP2185

 

Galettes solaire à la farine de chataîgne et aux épinards

 IMGP2126

 

Pomme d 'Amour farcies à la ricotta et graines de tournesol

 

  IMGP2197

 

Brownie à la farine de Quinoa et sirop d 'agave

 

IMGP2211

 

l' Engrain et le Blé du Gaulois à découvrir!

 

IMGP2248

 

Petites galettes de coquillettes au basilic,bacon et parmesan

 

IMGP2134

 

 

Pommes de terre au gorgonzola, roquette de Jamie Oliver

 

  baked potato skins with gorgonzola, rocket and mustard fruit

 

Muffins aux fruits des bois 

IMGP2301

 

Muffins aux courgettes, farine de petit épeautre et parmesan

IMGP2310

 

Salade italienne de légumes grillés avec du farro

italian roast vegetable and farro salad

 

 La salade du soleil de paty

 IMGP2353

 

Soupe à la tomate et au thym frais

 IMGP2317

Légumes du soleil émincés avec sa ronde de dés de poulet

IMGP2482

 Salade Grecque aux lentilles

 

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés